Chronique de l’uchronie

Publié le 24 Janvier 2008

 

« Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé » (Blaise Pascal, Pensées, 90)
TiepoloChevalTroie.jpg
Un commentaire d’hier de Laouenanig (blogue « face au vent », en lien à droite pub) qui évoque la possibilité de la « non naissance » ou de la mort prématurée d’un personnage historique et consécutivement de la suite des évènements sans lui,  m’a branché sur le mot « uchronie »
Ce substantif a été inventé au siècle n° 19 par le philosophe Charles Renouvier (1815-1903) qui fit ainsi un parallèle avec la fameuse « utopie » de Thomas More (1478-1535)
Ces mots ont une structure étymologique semblable dans la mesure où au « U » privatif et grec, le premier adjoint le « chronos » (temps) et le second, le « topos » (lieu) : sans (non) temps / sans (non) lieu.

Si vous jetez toutefois un coup d’œil sur Wikipedia pour ce mot, vous constaterez que l’article dédié (fort bien fait au demeurant, CF lien en fin de cette note) nous laisse un peu dans un tourbillon de questions ne serait-ce que pour la définition de l’uchronie.
Il faut dire que ce n’est pas simple car à l’instar de l’Histoire, l’uchronie est quelque peu universelle et se doit de tenir compte de tout et de tout prévoir avec autant de rigueur et de réalisme !

J’aime bien la définition du Trésor de la Langue Française Informatisée (TLFI, en lien à droite, pub) : uchronie : « Histoire refaite en pensée telle qu'elle aurait pu être et qu'elle n'a pas été »
L’uchronie est donc un temps, (passé, présent ou à venir) se déroulant « autrement »
Elle serait un peu à l’Histoire ce que la science est à la science-fiction.
L’uchronie sous-tend aussi un certain nombre de notions passionnantes tels que « l’effet papillon », la causalité, « le chaos », « la divergence », la destinée, la théorie de l’évolution, le dessin intelligent, la théorie quantique, le paradoxe temporel et bien d’autres encore.

L’uchronie est particulièrement intéressante pour ceux qui ont de l’imagination et qui aiment l’Histoire ; pour des gens qui l’aiment et qui se doivent évidemment de la connaître sur le bout des doigts, sinon ils tombent vite dans la « fantaisie » chiante à deux balles si du moins ils ne s’appellent pas Philip K. Dick ou autres.

Cela étant, en deçà de la grande l’Histoire et pour ce qui concerne l’humble destin de notre tout un chacun, nous pensons parfois à ce qu’aurait pu être notre vie d’humain ou de loup si tel ou tel évènement n’était pas survenu ou si par exemple, nous avions répondu « autrement » à une question cruciale qui nous a été posée un jour.
Le plus souvent d’ailleurs, nous nous prenons un bon mal de tête et nous laissons tomber rapide notre propre uchronie en disant que de toute façon, on est ce qu’on est, etc. etc. et basta !
D’ailleurs, beaucoup de blogueurs font de l’uchronie (parfois sans le savoir) en « trafiquant » peu ou prou leur réalité, leur personnalité ou leur parcours.

Bon sinon, c’est vrai que la face du monde eût été changée si un Grec (Épéios ou Ulysse selon les versions) n’avait pas eu l’idée du cheval de Troie : Les Troyens auraient gagné par abandon et Enée (prince troyen, ancêtre de Remus et de Romulus) n’aurait jamais rejoint l’Italie pour fonder les prémices de Rome dans le Latium.
D’accords, certains historiens vous parieront leur poids en malabars que la guerre de Troie n’a jamais eu lieu ni d’Eve, ni d’Adam !
Mais si dès le début on commence à compliquer les choses comme ça, je ne vous raconte pas la gueule de votre uchronie à la récré hein !

Lien Wikipedia : Cliquer là

Illustration :Giovanni Domenico TIEPOLO (1727-1804) La Procession du cheval de Troie. (1773) National Gallery, Londres

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Commenter cet article

deun 25/01/2008 18:48

nouvel article sur les ovnis du 3ème reich. Et demain, les pyramamides et les extra-terrestres.

Martin-Lothar 26/01/2008 17:10

Deun : Bienvenu. Je te surveille hein ! Fais gaffe, les loups-garous sont un peu des ET quelque part !

Prax 25/01/2008 14:28

Oui, tu as raison, on ne demande pas à un écrivain de réussir sa vie mais de réussir son livre.

Martin-Lothar 26/01/2008 17:08

Prax  : Il vaudrait mieux qu'il réussisse les deux non ?

toto le crapo 25/01/2008 14:07

euh, c'est la base de toute une partie de la littérature, non ?

Martin-Lothar 26/01/2008 17:07

toto le crapo  : Euh, de quoi parles-tu là ?

Prax 25/01/2008 09:02

Passez son temps à réécrire son passé est le meilleur moyen de rater son présent.

Martin-Lothar 26/01/2008 17:06

Prax : Ça n fait pas de mal non plus de se souvenir un peu de son passé. Rien que ça...

Fredesk 25/01/2008 06:13

La face du monde aurait peut-être été changée mais ça n'aurait pas changé les hommes pour autant... si bien que... peut-être qu'à la fin, tout serait exactement pareil que c'est :)

Martin-Lothar 26/01/2008 17:05

Fredesk  : Je ne suis pas loin d'être d'accords avec toi. Mais bon, c'est si compliqué tout ça hein !

Pierre-Jean 24/01/2008 20:34

Dans ce style d'écriture je viens de lire l'arbre des possibles de Bernard Werber, j'ai adoré.

Martin-Lothar 24/01/2008 21:23

Pierre-Jean  : J'aime beaucoup Bernard Werber, mais il y a longtemps que je l'ai lu.