Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Gare aux zorilles

4 Juin 2009 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Bestiaire

La zorille du Cap ((Mellivora capensis) aussi appelé « ratel » est un sacré blaireau.
D’ailleurs, comme ce dernier, c’est un mustélidé, une sympathique famille qui comporte notamment la belette, la loutre, la moufette, le grison, la martre, la fouine, la zibeline, le vison, le putois, le furet (ou putois domestique) ou encore l’hermine.
Son nom, il le signe de la pointe de sa griffe (4 cm quand même) d’un « Z » qui veut dire « zorillo » (petit renard) en espagnol, même si notre animal n’a pas de masque ni de cape et ne surgit pas les nuits orageuses sur un cheval fou et gueux pour aller venger ces pauvres cons de péons qui sont trop beurrés à vomir pour le faire eux-mêmes.

Comme tous ses potes de sa classe, le ratel vous pètent grave facile et puant à chier au nez pour vous envoyer marcher à l’ombre et quitter ses plates-bandes de récréation où vous n’avez rien à faire ni d’Eve ou du vert Adam (Ah mais !) surtout qu’il n’hésite jamais à s’attaquer colérique à bien plus gros que lui.
Il faut dire que ce blaireau sud-africain a très mauvais caractère et teigneux profond, il est peu partageur de ses vivres préférées que sont les termites, le miel (d’où son nom latin, « mellivora ») les scorpions ou les serpents dont il se fout comme de sa première chaussette des sornettes, venin ou autres piqures.
Pour trouver cette nourriture, et notamment les nids d’abeilles sauvages, la zorille se fait guider par un oiseau du cru (un indic indigène à plumes) à qui il laisse les ruines en salaire après s’être goinfrée goulue poilue du bon miel tout chaud et dégoulinant.

Comme le furet son cousin, la zorille court sans arrêt, mais plutôt dans les déserts ou les steppes que dans le « bois joli mesdames » et surtout, il sait le faire très bien et très vite en arrière, mouvement rétrograde crétin et dangereux qu’il partage seul avec nos bons politiques pseudo européens (Homo politicus europeanis sapionce) et l’écrevisse olympique à jarretelle fluo.

Même si notre ratel peut s’apprivoiser tout jeune et devenir un compagnon rigolo pour les gosses, il faut savoir qu’il n’arrête pas de grogner du matin au soir, tel un contribuable français et qu’il mord pour un rien et souvent, pour le plaisir.
Somme toute, le ratel (comme le contribuable, du reste) est vraiment un blaireau râleur, mais sympathique et de plus en plus rare, évidemment.
Allez, on t’aime zorille, reste avec nous hein !

Fin de loup
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Si seulement tu t'étais présenté ! " votez Le Loup ", en voilà un slogan qu'il aurait eu de la gueule , rogntudju !
Répondre
M

Gothic Inside (Scogneugneu, quel pseudo !) : Attends ce soir... (Je suis un européen amateur et con vaincu, tu le sais... )


G
Eh bien, maintenant, je saurai pour qui voter dimanche !
Répondre
M

Gothic Inside (Caramba, quel pseudo !) : Tu voteras pour moi hein ? C'est ça ? allez...


L
En résumé : il pue il grogne il mord et il pègue
et peut faire le tout à reculons
Merci pour cette leçon d'histoire naturelle.
Répondre
M

Mère Castor : De rien. Tiens, je pense à m'occuper bientôt et sérieusement (comme d'hab) des castors, femelles, mâles et garous ou pas hein !


S
Quand cessera t-on de trouver de telles insanités sur le ouaibe? Amédée Lastugue, célèbre naturaliste de Bigorre a montré que le zorille est le fruit d'un amour contre nature entre Zorro et un gorille femelle, dans son célèbre ouvrage: "Des crocodiles dans l'Adour, la fin d'un mythe". Il faudrait se renseigner avant d'écrire de telles sornettes. Fort heureusement, les vrais scientifiques veillent!!!
Répondre
M

Saturnin : Sainte colère encore. Je suis désolé d'être aussi cancre las... (Ah ! Amédée Lastugue, on ne s'en souvient jamais assez ! Comment vont ses varices ?)


P
Du miel et des griffes, j'y vois une métaphore sur le genre (homme/femme, hein, pas bon/mauvais genre)
Répondre
M

Prax : Tu mets ta phore où tu voeux hein !


A
Furet son cousin
Murer son voisin
Inviter sa voisine...
Ad'a
Répondre
M

Ad'a : Les poètes ont toujours raison et rendent grâce à tout pour des siècles et des siècles, ah mais !