Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Le lustre de Bach

13 Mars 2009 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Bach & fils

Aujourd’hui, j’ai passé plus de deux heures à raccrocher dans l’entrée de ma nouvelle tanière un lustre décroché en moins de cinq minutes dans l’ancienne.
En fait, il fallait que je le raccourcisse pour ne pas que les plus d’un mètre quatre vingt dix ne se le prennent dans la tronche (j’ai quelques amis de cette taille et plus même !)

Content de ce (pénible) exploit, j’ai trouvé bon alors de rebrancher la chaine stéréo dont je ne me sers plus depuis des mois et des mois.

Il était dix neuf heures environ quand, ayant trouvé la nouvelle fréquence de Radio Classique, j’entends l’annonce des variations Goldberg de Bach…

J’avais fait une note sur cette œuvre de chef – universelle, inépuisable, indispensable : Un chef-d’œuvre de survie quoi !
Vous pouvez lire ça, à ce beau sujet, si ça vous dit.

En plus, coïncidence ( ?) c’était une interprétation de Glenn Gould.

J’ai pleuré.

Mais beaucoup d’entre vous ne sauront jamais pourquoi j’ai chialé alors toutes les larmes de mon foutu, fichu, foutu, foutu corps…

Fin de loup
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Tu pleures comme tous les maladroits qui se tapent sur les doigts en posant des lustres, c'est ça ?
Répondre
B
Je commençais à me faire du souci.
Répondre
T
Ce sont aussi les 1ers à sécher quand le soleil revient.


Je suis confuse... je ne connais pas les variations ni de Glenn ni de Barbara Gould. Bach, oui, mais non. Enfin si, mais je sais pas quoi.
Euh... Doit y'avoir moyen d'écouter un peu sur Deezer... je vais voir.
Répondre
S
Nous avons une chose en commun mais pas deux: J'ai et j'adore les variations Goldberg par Glenn Gould ( qui disait que l'enregistrement le plus récent était le meilleur) et ça m'emmène très haut, mais ce que nous n'avons pas en commun: Je n'ai pas d'amis de plus d'1,90 mètre. Ce n'est pas commode pour eux car quand il pleut, ils se mouillent en premier.
Répondre
L
Bach me fait pleurer aussi. Sans doute pas pour les même raisons.
Les variations Goldberg par Gould, sublime.
Répondre
H
Je ne crois plus aux coïncidences ni au hasard :)
Bises
Répondre