Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Chronique de la soupe du pauvre

12 Octobre 2008 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Divers et d'autres saisons


Par ces temps de récession et de disettes à la fois promises, organisées et décriées par tous les imbéciles et tous les incompétents du monde qui nous gouvernent ou pas, je vous offre une recette très simple et très économique : « La soupe du pauvre » comme l’appelaient nos grands-mères (qui savaient de quoi elles ne parlaient pas) ou encore « la soupe du vieux garçon » qui oublie cent fois dans la semaine de faire ses courses en temps voulu ou pas (comme moi, par exemple)

Ingrédients : 2 litres d’eau, des larmes, de la salive.
Temps : 15 minutes

La recette : Dans une grande casserole (éventuellement volée ou trouvée dans une poubelle ou à la déchèterie) faire bouillir jusqu’à ébullition deux litres d’eau (du robinet ou à défaut, de pluie, des chiottes ou d’ailleurs)
Versez-y alors tendrement toutes les larmes de votre corps en vous remémorant le bon vieux temps ou toute chose triste à pleurer : Plus vous serez désespéré, plus la soupe sera salée.
Avant de servir, crachez profus et baveux dans la soupe pour le luxe, la morgue et surtout pour le velouté.
Voilà, c’est prêt.
Si vous ne mangez pas toute excellente soupe en une seule fois, vous pouvez la garder au frigo ou sur le bord de la fenêtre pendant tout le temps qu’il en restera.

Bon appétit !
Merci qui, on dit ?

Illustration : Ferdinand Georg Waldmüller (1793, 1865) La soupe (1859) Huile sur toile (94 x 122 cm) Österreichsche Galerie, Vienne, Autriche.

Fin de loup
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
ça existe en sachet, pour les pauvres pressés ?
Répondre
M

Myrtille : Ah te revoilà ma Pomponnette ! Oui en sachet et en spray sûrement (bientôt dans les boutiques de luxe !)


L
Je connaissais la soupe au caillou, une variante...
Répondre
M

Mère Castor : Oui, mais sans cailloux


B
Sans façon, en revanche j'ai mangé hier un petit Neufchâtel ( en forme de cœur) sur du pain en grappillant les grains mûrs de mon raisin. Divin!
Répondre
M

Berthoise : Sale riche va !


A
Allons, tant qu'il y aura des souris...
Répondre
M

Alf : Fous-leur la paix à ces pauvres bêtes !


P
Beurk, tu serais plus proche géographiquement, je t'inviterais à manger un morceau de jambon sur du pain.
Répondre
M

Prax : UN plat de luxe ! Sale riche !