Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Le kangourou de poche

11 Octobre 2005 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Bestiaire

Il paraît qu’il y aurait plus de 57 millions de kangourous en Australie. Bon d’accord, l’Australie n’est pas une petite île, mais quand même. 
Ils représentent d’ailleurs une véritable calamité dans la mesure où ces bestioles traînent partout  et bouffent toutes les cultures qui leur tombent sous les pattes.

Ils ont de grandes pattes d’ailleurs (c’est pourquoi ils sont de la famille des macropodidés : Tout le monde ne peut pas s’appeler Lothar)
Les kangourous ou les wallabies (espèce de petit kangourou toi-même) pique-niquent même sur les autoroutes où ils sèment régulièrement des paniques pas possibles.
En plus, ils traversent royalement hors des clous sans attendre que le petit bonhomme soit vert ce qui cause très souvent des accidents.
Mais la bagnole n’est pas le plus grand prédateur des kangourous. Leurs bêtes noires aux kangourous ce sont les dingos, les fermiers dingues ou les chiens fous.
A vrai dire, leur prédateur patenté, historique et bien aimé a disparu depuis 1930 : c’était le thylacine ou loup-marsupial ou encore tigre de Tasmanie qui était un mammifère marsupial (il portait des jeans avec une poche devant – voire un slip kangourou) carnivore de la taille d'un loup, au pelage tigré.
Il a été tué par tout le monde parce qu’il bouffait aussi les moutons qui à vrai dire ont une viande « beaucoup plus meilleure » que celle du kangourou.
Toutefois, le mouton n’est pas un marsupial car il n’a pas de poche ventrale (du grec marsipos « sac »)  et il n’est pas très utile pour se faire un slip.
Voilà ce qui arrive : A force de tuer les loups (garou ou marsupiaux) les cons et les kangourous prolifèrent et l’on ne sait plus quoi en faire.
C’est comme les entreprises françaises profitables : A force de les protéger contre les prédateurs étrangers, elles vont proliférer et l’on ne va plus savoir que faire des subventions européennes, de l’argent du contribuable et finalement de notre richesse.
Sauf à acheter tous les kangourous australiens (il y en aura au moins un par français) et en faire une bête de compagnie.
On promènera notre kangourou en laisse pour aller faire les courses au supermarché, ça sera très chic.
En plus, dans la poche du kangourou, on peut mettre le porte-monnaie, la baguette, le litron et éventuellement le journal du matin (ou du soir pour les lève-tard)
L’avantage aussi, c’est que le kangourou n’a pas de cri et est donc des plus silencieux (ça nous changera des chiens) et comme il est herbivore, il fait des crottes moins collantes et moins puantes.
L’embêtant chez les kangourous c’est qu’il tape souvent du pied (ou plutôt du ski qui lui sert de panard) ce qui fait beaucoup de bruit et le fait ressembler à mon patron dans le hall d’entrée de la boîte quand j’arrive en retard le matin, des poches sous les yeux et la queue entre les jambes.

Fin de loup

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
De chez Popeck?
Répondre
S
Je ne porte que des sous-vêtements 100% mouton.
Répondre
M
Il semblerait que le string de bure porté à l'envers soit la grande tendance de la saison. (vu au défilé STV&enn')
Répondre
M
57 millions de kangourous pour à peu près 20 millions d'habitants (3 kangourous par habitants) ? Quel drole de pays.Mais si un mouton peut être utile pour faire un slip, tricoté, c'est chic.
Répondre
W
va-t-il devenir un loup gourou ?
Répondre
M
Je ne suis pas fils de paysan, mais mes terrains de jeux n'étaient que fermes, bois et champs.
Répondre
R
Heu... Je demande ça, c'est pas par indiscrétion, c'est pour ma prochaine note!
Répondre
R
Je note. Dans une ferme?
Répondre
M
lupus lupi homo ?(ce que bien sûr nous ne traduirons pas par "le loup fait sa folle entre copines" mais plutôt par "le loup a raté sa lessive")
Répondre
A
L'animal est souvent une métaphore de l'humain... Et de toute façon : homo homini lupus ! (Je suis d'humeur pontifiante, ce soir)
Répondre
M
Roxane : J'aime bien les chats, mais je déteste la télé. Oui j'ai grandi à la campagne... et dans les meules de foins.Amarante : Il y a même des êtres humains dans mon zoo (si, si des vrais et des vivants, hélas...)
Répondre
R
C'est plus fort que lui, il a dû grandir à la campagne...
Répondre
A
Mais c'est une vraie ménagerie, ce blog ! Une chatte n'y retrouverait pas ses petits...
Répondre
R
Moi je préfère les chats, je suis une vraie mère à chat. T'as regardé un documentaire sur la cinquième ce matin tôt? C'est pour ça que tu étais en retard au travail?
Répondre