Francophonie ou franco connerie ?

Publié le 29 Septembre 2006

La campagne électorale franchouillarde de chez 2007 bat son plein et franchement, ça devient grave de chez Pitoyable !
Alors que le con court n’a même pas commencé et que tous les médias causent sans arrêt et en tous sens de deux gens qui ne sont pas encore candidats, la France de chez Profond bat ses coulpes et autres campagnes afin que le monde entier s’en batte vraiment les couilles.
Et l’on distribue le fric à tout va et à n’importe qui (mais je vous avais prévenus hein ! Et c’est pas fini !)
Ça tombe bien car paraît-il, il y a une croissance inespérée qui remplit les fouilles de tout le monde.
Un chant du cygne cette croissance sans aucun doute ?

Ceci étant, une grande partouze francophone se tient actuellement en Roumanie (qui est un grand pays francophone, comme personne en France ne le sait d’ailleurs et qui va bientôt faire partie de l’UE)
Le Liban (où tant de sang français impur va bientôt couler) s’est désisté de cette surboum débile.
C’est vrai que le monde change très, très rapidement (et trop vite pour les dinosaures qui nous gouvernent) et que la langue française (peut-être plus que toute autre) vit des moments bien difficiles.

Lors d’un dîner récent de blogueurs, j’ai entendu dire d’une linguiste distinguée (que je ne nommerai pas) que le Français écrit se distinguait grave du Français oral par son académisme préhistorique. (Résumé de chez Grosso Modo, hein !)
Je suis d’accords, somme toute.
Pour l’exemple, allez lire le blogue du Québécois Daniel : Il y a une faute d’orthographe, de frappe ou de grammaire tous les deux mots dans ses notes.
Pire dans les commentaires.
Je ne vous parle pas de la ponctuation.
Par contre, tous les trois mots, il y a une expression, une locution ou un mot à foutre les genoux par terre à n’importe quel Rimbaud de banlieue fleurie et parisienne.
Daniel est-il hors la loi ?

Une langue ne se code pas, elle se vit et ses faiblesses quotidiennes en font sa force ; sinon elle meurt.
C’est vrai que le Français par son extrême précision est la langue du Droit par excellence (et je suis juriste) ; C’est vrai que l’Allemand par sa rigueur est la langue idéale pour la Technique et la Science ; C’est vrai que l’Anglais (le Globish hein !) par son extrême imprécision est la langue dédiée au commerce.
Mais bon, à trop vouloir décréter une langue, on finit par en faire un verbiage de crétins et finalement un silence de mort.

Brûlons les Académies et autres institutions pseudo révolutionnaires et colonialistes repentantes de mes deux.
Ce ne sont que des croque-morts maffieux qui résument toute une communauté à leur petit cercle vicieux.
Faisons-le savoir à ces deux gens « pré élus » par la nomenklatura et qui se targuent de leur jeunesse ou de leur sexe alors qu’il (ou elle) ne sont que le fils ou la fille de leur père institutionnel et de leur mère conventionnelle.
Rien de plus, apparemment.

Faisons-le savoir aux éditeurs et aux journalistes et autres critiques qui jaugent la langue comme des antiquaires véreux le feraient d’un secrétaire convention de chez Louis XVI rustique.
La langue se parle et s’écrit comme elle se roule en patins ; sans capote, sans vaseline, sans sécurité sociale et sans allocations familiales.
Nous sommes tous des académiciens désormais ou nous ne serons jamais rien de parlant.

Poète ou président ! (poil aux dents)
Langue de vie ou langue de bois mort !

Il y aura toujours sur le net de vieux croûtons de mon genre pour rappeler l’étymologie des mots ou l’origine des expressions d’une langue que je serai dorénavant fier de parler, d’écrire et de sucer.

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martin Lothar 30/09/2006 13:34

Huguette : Effectivement une bonne loi ne fait que s'adapter aux besoins et aux évolutions de la société. Elle ne doit pas les précéder ni même suggèrer quoique ce soit. C'est un outil.Lewis : Je suis aussi d'accord avec toi.Werewolf : Le SMS est peut-être un des moyens de faire évoluer (et donc vivre) une langue. Il y en a d'autres, heureusement !Doudou : Daniel est assez intelligent pour comprendre que je lui ai rendu un bel hommage. En bon artisan, il sait que la langue n'est qu'un outil (et non pas une fin, comme semblent le penser beaucoup trop d'auteurs contemporains) que chacun doit adapter à ses besoins, à sa personnalité et à ses pensées.Par ailleurs, je sais que tu ne sais pas que Daniel a un très grand souci de l'orthographe et de la grammaire : Non seulement, il a beaucoup de choses à dire, mais il tient à ce qui cela soit bien dit et accepté, sinon compris par le plus grand nombre.Ceci étant, comme l'a fort bien écrit Huguette, il ne faut pas que la complexité de la langue empêche d'accéder au plaisir d'écrire.

Doudou Janis 30/09/2006 12:49

Martin,Daniel va te traiter de "Langue de Pute" !et la petite Huguette qui donne sa langue au chat au loup pardon.

werewolf 30/09/2006 09:14

Cé pa un jurisse qui va nous fère la loie , non mé!

lewis 30/09/2006 07:02

je suis en gros d'accord avec Martin. Pour une fois.

huguette 30/09/2006 02:31

Merci pour ce fulgurant message !La langue doit être tordue. Elle ne doit surtout pas être une épée de Damoclès pour ceux qui ne se sentent pas à l'aise avec l'orthographe ou la grammaire. Les fautes sont impardonnables pour les gens dont le métier est en relation avec l'écriture : les secrétaires par exemple (j'en suis). Mais elles ne doivent en aucn cas empêcher d'accéder au plaisir d'écrire. Il y a des histoires derrière chaque faute. Enfin ce que j'en dis, hein...