Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Cochonnerie de grippe

27 Avril 2009 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Angoisses

C’est quand même bien angoissant cette grippe porcine qui empeste notre bon Mexique et le monde entier par dessus le marché en crise fin de cycle économique.
D’autant plus que ces pauvres gens viennent de se prendre un tremblement de terre sur la tronche comme si leur pré carré de patate terrestre avait toussé ou éternué grippé.
Bon, je vous l’ai dit souvent, c’est la vie hein ! La vie qui était un sacré virus du tonnerre de Zeus quand elle était môme.
Et puis je le répète, les virus comme les loups étaient là bien avant nous, d'abord et les premiers sont bien les super prédateurs de première classe (haut la main) dans notre jungle jungleuse et grouillante.

Cela étant, ces virus m’agacent profond a toujours vouloir choisir pour nid des trucs que j’aime : Les volailles, pour l’aviaire et les cochons pour la porcine.
Ils ne pourraient pas copuler dans la salade cuite ou les salsifis ces microbes dégénérés ?

D’accords, cette grippe porcine ne s’attraperait pas en mangeant du saucisson ou du jambon parce qu’elle est « aérienne » qu’ils disent nos biologistes.
Aérienne, aérienne, n’importe quoi là !
Je veux bien que la grippe aviaire soit « aérienne » mais la porcine, on ne me fera jamais avaler çà : Avez-vous un jour un cochon rose voler, vous ?
Moi, j’ai vu voler des éléphants roses et pas grippés, mais c’était dans des circonstances particulières et même spéciales.
Alors, camembert hein !

Dans cette confusion scientifique, je vous donne un bon conseil prophylactique : Evitez de rouler une pelle à une truie dans la rue ou de vous asseoir dans le train ou le métro à côté d’un cochon ou d’un sanglier qui porte le sombrero et le poncho.
Faites surtout évacuer la rame ou le train si ce voyageur porcin se met à dire « caramba » à tout bout de champ ou encore à hurler des « Aïe, aïe, aïe » ou des « coucouroucoucou »  en grattant une énorme guitare.
Je vous aurai prévenus hein !

Merci qui ?

Fin de loup
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
dans le porc....(pas de) salut!!
puisque tu a trouvé un barbecue chez moi,on va se les griller là bas les cochons!!!
:)))
Répondre
M

Mélusine : Le cochon au barbecue, c'est divin sauf pour ceux qui l'ont pris en grippe.


P
Je pense qu'il va y avoir uns psychose sur le jambon de Bayonne, séché à l'air et pas cuit.
Répondre
M

Prax : Mais ça ne vole pas les jambon de Bayonne ; ça se vole à la rigueur.


A
La rame ou le train,
Le contrôleur n'en fout pas une,
Sa femme n'en a cure ( de campagne... )
Ad'a
Répondre
M

Ad'A : Merci pour ce petit poème ferroviaire. Sa femme est bonne comme le pain (de campagne)


M
Allons allons, le loup n'a quand même pas peur des petits cochons !
Répondre
M

Myrtille : Depuis qu'ils ont des kalachnikovs, si.


W
C'est la déconfiture aux cochons!
Répondre
M

Werewolf : Excellent.


M
Oui, je suis d'accord; et puis ces gros porcs souvent volent en classe affaire.
Répondre
M

Monsieur : Et qui vole une classe affaire, vole une récrée à faire.


L
Tu sais mon loup, il est de vils coyotes qui sont bien content de toutes ces cochonneries mexicaines car ça leur évite de parler des merdouilles d'ici mêmes. Les plus authentiques cochons ne sont pas toujours ceux qui ont une queue en tire-bouchon. Il leur arrive de cacher un fameux coupe-choux sous leur couche de lard.
Répondre
M

Leila : Un virus est quand même quelque chose à surveiller de près et ça tue plus sûrement que les vilaines bêtises d'un certain nombre d'abrutis profonds qui nous gouvernent ou pas.


S
"Je connaissais une grosse cochonne mexicaine"...
non ce sont les paroles d'une chanson de Tino Rossi.
Répondre
M

Saturnin : Ah si c'est Tino alors...