Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Quantique du rabot à fromage (avec iCul gastronomique)

27 Février 2021 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Boire & manger, #Histoires d'Histoire, #iCuls & haïkus, #Quantiques du loup

Quantique du rabot à fromage (avec iCul gastronomique)

Frères humains qui avec moi vivez dans nos confins hygiéniques, pour vous souvenir de tout, de rien et en fin de compte de n’importe quoi, en vérité je vous le dis, c’est un 27 février 1925 qu’un Norvégien nommé Thor Bjørklund (1889-1975) — prononcez comme vous le pourrez — inventa le rabot à fromage (ostehøvel, dans la langue des Vikings d’Oslo).

Ce brave Thor, humble et paisible artisan de Lillehammer (une ville un peu plus au nord que Roubaix et Tourcoing), loin d’être complètement marteau, se demanda justement : « Ah, si j’avais un marteau ou un truc dans le genre pour mettre en morceaux ce foutu brunost de mes deux »

Il faut dire que le brunost, un fromage norvégien brun caramel (et soit dit en passant, définitivement dégueulasse) n’a rien à envier en vieillissant peu ou prou au meilleur béton de chez le Lafarge français ou de l’Holcim suisse qui certes ne sont ni des fromagers, ni des fromages.

Attention, ce rabot n’est requis que pour les fromages à pâte dure et son usage serait trop rigolo (inutile, voire dangereux) pour la vache-qui-rit ou le camembert californien.

Quantique du rabot à fromage (avec iCul gastronomique)

Alors, notre jeune Thor, adroitement et en toute sérendipité, pensa à un de ses rabots d’ébéniste et imagina cet ustensile aussi génial, indispensable, incontournable que l’eau tiède, le fil à couper le beurre (ou le roquefort breton), le vapocraqueur soudanais ou encore le fusil à tirer dans les coins.

De cette trouvaille qu’il breveta en 1925, il fit une entreprise industrielle qui fit vite flores et même fortune jusqu’à une quasi-faillite causée notamment par la contrefaçon misérable de jaloux malandrins.

Malgré tout, la fabrique de rabots à fromage subsiste de nos jours dans la froide, scandinave et olympique Lillehammer où les héritiers de Thor Bjørklund n’ont de cesse de perfectionner cet outil gastronomique.

Je ne saurai trop les conseiller de penser à l’informatique et à l’intelligence artificielle, histoire de nous permettre, grâce à un rabot numérique, de connaître l’origine exacte du fromage ainsi découpé (voire la race des vaches à lait et tout le bordel et son train) et de savoir par exemple, que l’on nous a fourgué un faux gruyère berrichon, c’est-à-dire, un vrai emmental javanais dont les faussaires auraient bouché les trous à l’aide de reblochon normand.

On t’aime Thor Bjørklund (prononcer comme on peut) qui a fait tout un fromage pour le découper habile et fin ; reste avec nous.

 

Il nous en fit tout un usage

Pour d’avantage

De fromage

 

Note : CF le rabot à fromage sur Wikipédia.

Illustration : Antoine Vollon, 1833, Lyon-1900, Paris, Nature morte au fromage, vers 1878, huile sur toile,85 x 89 cm, Metropolitan Museum of Art, New York.

 

Fin de loup

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

BR 02/03/2021 23:25

Et si le manche manque au maillet du blanc, le fils du ciel le copiera quand même en lui associant une édition pirate des Pensées de Lichtenberg ne comportant que les pages paires -- on sait les impaires plus vagues et plus solubles dans l'air.

Kobus van Cleef 28/02/2021 18:10

Pour le rabot à fromatch', je suis dubitatif, la poignée me semble peu ergonomique,voire même contreintuitive, pas étonnant que ce soit commercialisé par les fils du ciel

Connaissez vous la blague ?

Donne un marteau à un blanc il construira un bateau, donne le à un fils du ciel,il le copiera à des millions d'exemplaires

Kobus van Cleef 28/02/2021 18:07

La nature morte ne saurait l'être avec un fromatch'aussi vivant qu'un claquos
Un camembert, en d'autres mots
À le voir, on dirait qu'il va parler