Les runes du loup-garou - Fragment n° 54

Publié le 12 Août 2005

Classé dans la série : « Les runes du loup-garou »

J'ai trouvé ça au fond de ma tanière parmi les feuilles et les ossements:

Toujours par quelques endroits fourbes se laissent prendre
Quiconque est loup agisse en loup ;
C'est le plus certain de beaucoup.

(Jean de la Fontaine, 1621-1695, fables, le loup devenu berger)


Cils qui le leu  veult ressembler
La piau du leu doit affubler
(Gaulthier de Coinsi, XIII siècle)

Note du loup : Jean de la Fontaine est mort un an après la naissance de Voltaire que je citais dans ma rune numéro 49.
Ces deux loups illustres sont à n’en point douter de la même portée : Ils ont passé leur vie à morigéner l’humanité pour son plus grand bien et pour sa meilleure évolution. Près de trois cents ans après leur disparition, rien ne semble avoir bougé d’une toise (pour rester à leur mesure)
La Fontaine, si longtemps ânonné dans les écoles, ne semble avoir jamais influencé les anciennes têtes blondes qui, une fois chenues, répètent et refont inlassablement les âneries parfois mortelles que le poète Esope, un des inspirateurs de Maître Jean, fustigeait déjà dès le sixième siècle avant Jésus-Christ ; lequel Christ semble aussi faire long feu.
L’humanité serait-elle le cancre de l’évolution ? (Voire le chancre !)
La Fontaine, amoureux parmi les amoureux des femmes, de la beauté, de la grâce, de la nature, de l’art, de l’humanité et de toutes leurs vertus réunies fut aussi un ami des plus fidèles parmi les fidèles ; ce qui lui valut pas mal d’ennuis d’ailleurs.

Cette rune m’a été soufflée par un autre loup-garou (et très fidèle lecteur, amitiés min fieu !) : Werewolf alias Leu-warou alias FauxBerger et dont certains commentaires sentent souvent le rouchi voire le roussi (Comprenne qui pourra) mais qui n’a malheureusement pas (encore) de blogue à mettre en lien à droite.

Fin de loup

Publié dans #Runes

Repost 0
Commenter cet article

Tony 16/08/2005 22:40

Tiens des vers en picard... C'est marrant...