Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Personnage — Tarzan - Edgar Rice Burroughs

3 Janvier 2012 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Tarzan

 

Tarzan.jpgTarzan a cent ans.

Ce fameux garou, homme-singe ou singe-homme, comme on le pensera ou pas, est né en effet et en 1912 (zeugme !), de l’imagination d’un Étasunien nommé Edgar Rice Burroughs (1875-1950).

Tarzan a cent ans.

Ça ne nous rajeunit pas hein, mais ça devrait quand même te laisser grand Pan, toi, sinon pantois.

Cela étant, que Tarzan ait douze ans ou cinq cent mille ans, il y aura toujours et à jamais derrière, cette figure impossible, littéraire, BD dessinée, cinématographiée, souvent ridicule et virtuelle en diable ; il coulera toujours dans cette moelle épinière, dans ce squelette de pseudo homo sapiens-sapionce, l’hydromel sacré, la soupe mythique qui a fait et fera encore aller, ou grandir l’humanité, pour des cierges et des siècles, ah, mais.

Parce que nous sommes tous des Tarzan, des Jane et des Boy quelque part, surtout par nos temps qui courent ou pas.

Tarzan a cent ans, Tarzan est éternel, parce que Tarzan est un besoin de l’homme, du loup, de l’ours, de la mouche, du coche, du chien, de l’éléphant, du tigre, de la girafe, du cancre las (ou pas), du renard, de la belette comme du singe.

Toutefois, Tarzan du haut de son siècle, de ses lianes et de ses arbres n’est qu’un jeunot, un petit djeune de notre enfance de banlieues fleuries ou incendiées : il ne sera jamais que le fils de bien d’autres enfants sauvages : ceux de Rousseau, de Robinson Crusoé, de Victor de l’Aveyron, de Mowgli, de Peter Pan, d’Huckleberry Finn, et cetera de chez Toussa & Cie Unlimited.

Parce que Tarzan est un besoin de l’homme de tout sexe, âge, poil et horizon.

Pour tout vous dire, je n’ai pas (encore) lu le texte original d’Edgar Rice Burroughs (je ne le trouve pas, même en anglais ou en chimpanzé !), et j’espère y découvrir autre chose que les bêtises à pleurer que le cinéma (entre autres) a fait de ce héros : un type (incarné par l’acteur Johnny Weissmuller) né ou élevé dans la jungle primaire et qui, à vingt ans vous cause un anglais oxfordien, shakespearien de first class ; qui, tous les matins du monde de sa forêt africaine made in Club Med est aussi rasé, parfumé et coiffé de près qu’un ministre de la culture en cocktail dînatoire un soir de réveillon, au Louvre ; un bonhomme qui, malgré toutes les épines jungleuses, les dents de crocodiles, les serpents, les crocs carnivores affamés, le SIDA des rhinocéros, n’a aucune plaie ni cicatrice visible, ni aucune marque rouge honteuse de mercurochrome ; un gars qui porte des slips pure peau bling-bling taillés par Channel-Léopard à faire pâlir Kevin, Klein, voire tous les petits bateaux du monde.

En plus, il arrivera à se trouver — au hasard hein ! — un jour, une meuf du tonnerre de Zeus ou du canon de Vénus, poubelle tu meurs pour aller danser, sa Jane (incarnée par l’actrice Maureen O'Sullivan) avec qui il fait son crac crac des familles pour produire Boy, le plus beau, gentil (et crétin) petit garçon du monde (incarné par l’acteur Johnny Sheffield).

Faut le faire hein ?

Et je ne vous cause pas de la bonne, la femme de ménage, cette conne Cheeta…

Il n’a que de la chance ce mec ! (Et un bon impresario aussi)

 

Toi Tarzan ; moi Martin Lothar.

 

Surtout que j’ai appris récemment que ce Tarzan de mes deux ne serait en fait qu’un plagiat d’un autre héros (français Môssieur !) nommé « Saturnin Farandoul » (ça ne s’invente pas, demandez donc à monsieur Google, à madame Yahoo ou au petit Bing) créé 33 ans avant par Albert Robida (1848-1926)

Douze ans avant, un certain Joseph Conrad portait sur l’Europe, sur l’Occident et sur l’Afrique et ses nègres jardins un autre regard, cruel, perçant, comme une flèche lancée droit « au cœur des ténèbres »

 

Mais bon, foin de tout podium et de tout enfer : celui des sauvages que je préfère sera toujours mon Mowgli, la Grenouille-Garoue (élevé bio et avec amour et ordre par les loups, éduqué par un ours, pote d'une panthère, défendu par un serpent, ennemi intime de ces salauds de singes de Bandar Log et d’autres chiens rouges et qui a couru pieds nus et tout cru dans la vraie jungle des hommes, je vous le dis)

 

Allez, on t’aime quand même NOTRE Tarzan, vieux machin centenaire ; reste avec nous et si tu veux nous plaire encore, présente-toi donc aux prochaines présidentielles du Frankistan : je voterai pour toi, car même tout nu en peau de bête et parfumé par l’Oréal, tu seras encore le moins bouffon de tous ces clowns à sifflets, à roulettes et à lunettes qui veulent nous gouverner — ou pas.

 

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ESTHER 10/01/2012 17:19


A la Saint Martin-Lothar, la Normandie fête son Guillaume le Batard !

Martin-Lothar 10/01/2012 22:45



Esther : oui, ce fut ma fête aujourd'hui... (Merci et bien à vous)



Gil 10/01/2012 12:19


"oui, les loups quantiques adorent les chats" : y a intérêt ! Mais je n'en ai jamais douté. Savez-vous que cet avatar est un simple dessin à colorier provenant d'un album pour enfants ? Mais j'en
ai chié des ronds de chapeau pour trouver ce truc tout simple qui correspondait parfaitement à ce que je cherchais.


"Je vous connais savez-vous ?", ah la la, dans l'espace du net, tout le monde vous entendra crier^^ Mais merci à vous, je suis touché, vraiment. Et meilleurs voeux à vous aussi, oeuf corse !

Martin-Lothar 10/01/2012 23:06



Gil : les choses les plus simples sont les meilleures en fait. A bientôt.



la Mère Castor 08/01/2012 14:53


Mowgli est mon chou chou aussi. Normal, il a été élevé sous la louve, lui.

Martin-Lothar 10/01/2012 23:05



Mère Castor : et une marraine castor en plus... Il n'a que de la chance ce gosse. (je passe bientôt hein !)



Constantin 07/01/2012 09:07


Merci pour vos bons vœux et vos fidèles visites. Je vous souhaite également une très bonne année, sous la protection d'Apollon Lycogène. Cordialement à vous.

Martin-Lothar 08/01/2012 22:31



Constantin : merci, de rien, mais vous ne pouvez pas savoir à quel point, votre (premier) commentaire est pour moi un honneur, une fierté, une grâce enfin. Bien à vous.



Saturnin Abadie, épicier dératiseur 06/01/2012 22:10


C'est la guenon Sheeta qui est morte hélas et personne n'en parle déjà plus.


Triste monde dans lequel nous vivons.


 


Quand même bonne année de la part de Mlle Beulemans et de Saturnin Abadie.

Martin-Lothar 10/01/2012 22:58



Saturnin : encore meilleurs à vous deux, mes très chers. Pour la mort de Sheeta le 24 décembre dernier, c'est de la daube : il y a belle lurette que les singes acteurs des films sont morts et
enterrés. Par contre, le chimpanzé décédé a une histoire bien particulière (que je raconterai — ou pas)



Gil 06/01/2012 21:45


Joli. Et joli blog que je (re)découvre, plein de Bizarres fin et début de siècle, de Vialatte, d'oulipismes et de moyen-âgismes, j'aime. "Tarzan a cent ans, Tarzan est éternel, parce que Tarzan
est une besoin de l'homme, du loup etc"... phrasé très vialattien, non?^^


PS : vous connaissez le blog de Harry Morgan, The Adamantine ? Erudit des littératures dessinées et populaires, très "fin-de-siècle",devenu passablement réactionnaire ces derniers temps, ce qui
ne gâte rien, ça pourrait vous plaire.


http://theadamantine.free.fr/


 


 


 



Martin-Lothar 08/01/2012 22:49



Gil : merci. Meilleurs voeux à vous et à tous les vôtres. Je vous connais savez-vous ? Je sais que vous fréquentez comme moi des tanières de sales gosses. Sachez que je vous apprécie beaucoup.
Cela étant, je vous remercie aussi parce que votre félin "gravatar" (superbe d'ailleurs — oui, les loups quantiques adorent les chats) m'a fait penser que dans ma mention de Mowgli, j'ai oublié
la panthère... Je vais me flageller toute la nuit et corriger aussitôt que possible. Bien à vous.