Chronique du pire cauchemar

Publié le 12 Septembre 2008

La nuit dernière, vers trois heures, je fus réveillé par un épouvantable cauchemar : J’étais avec une collègue dans un de ces restaurants rapides et bon marché qui nous sont venus au siècle dernier, mais néanmoins vingtième de son prénom, d’une loutre atlantique (du nouveau monde comme disait Christophe, le navigateur de l’an 1492, pas le chanteur néo romantique des septante).
Pour tout vous dire, rien que le fait d’oser imaginer poser mon humble (et callipyge) fessier de jeune pas encore vraiment vieux demi-dieu apollonien et bachique dans ce genre d’établissement est déjà en soi — et pour moi— un très mauvais rêve à censurer illico.

Le pire, l’enfer gastrique et hépatique vint quand, après avoir avalé goulument une de ces horribles sinon immondes choses bien symboliques emblématiques, que l’on appelle « b*g m*c » je déclarai à ma commensale : « C’est bon, ce truc et en plus ce n’est pas cher »
Sic !
C’est sur ce mot « cher » que je me réveillai transi, en sueur, tremblant et en chair d’une poule à la limite de l’apoplexie.
Vous conviendrez qu’il y a de quoi.
Toute l’heure qui suivit, je tentai vainement d’analyser ce rêve infernal, mais n’ayant jamais cru aux fariboles à base de zizi sexuel de ce bon docteur Freud et de toute sa clique consécutive de tartuffes pervers et refoulés — aucune érection constatée au réveil — j’en ai conclu qu’en cette nuit de 11 au 12 septembre, mes puissants, alertes et riches neurones furent victimes d’un attentat à n’en point douter, terroriste !
En vérité, je vous le dis, j’ai failli appeler le GIGN sinon le SAMU !

Si je me suis levé enfin, c’est pour vider une vessie remplie trop brusquement par ce foutu cauchemar et tout en procédant à cette saine vidange, j’ai perçu ce mot « cher » se répercuter en écho dans le luxe et la beauté de ma vaste cavité crânienne — pourtant pleine comme un œuf, hein !
J’ai eu alors la révélation que j’avais fait une énorme faute d’orthographe dans mon lagan n° 82 de la veille en écrivant : « Le fric est vraiment la pire des drogues, mais tout compte fait, c’est la moins cher »

Jusqu’à ce que je camoufle ce crime odieux, soit vers onze heures ce matin, j’avais espéré que personne ne le remarquât.
Hélas, c’était sans compter sur le très grand talent de mes lecteurs en la matière, car le subtil Prax (de chez Crudité & Fleur bleue, en lien à droite, pub) avait déjà fait la remarque par un commentaire certes, courtois et discret.

En définitive, je crois avoir fait cette nuit-là, une crise aigue et subliminale « d’ortographoïde » qui est la maladie terrible des blogueurs.
C’est grave docteur ?

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Angoisses

Repost 0
Commenter cet article

Servumpecus 15/09/2008 22:04

Non non non calmez-vous cher patient, ce n'est pas grave. Bref : ça ira pour cette fois. Vous faites juste une fixation sur l'accent grave.
Signé : Servumpecus, alias Dr. Crobe

Martin-Lothar 16/09/2008 20:24


Servum : Certes docteur, mais ce qui est chair est souvent très cher !


Prax 15/09/2008 09:42

une faute reste rarement impunie (c'est très judéo-chrétien)

Martin-Lothar 15/09/2008 21:20


Prax : Et il n'y a plus d'impunité sans correction.


Monsieur 14/09/2008 16:32

STV a raison, et je ne dis pas cela que pour avoir quelque chose à rajouter.

Martin-Lothar 15/09/2008 21:18


Monsieur : Rien ne vaut le veau du cerf, c'est évident !


STV. 14/09/2008 12:28

Moi je dis que le cerveau est un organe formidable.

Martin-Lothar 15/09/2008 21:15


STV : Oui, il en a d'autres toutefois, mais je ne m'allongerai pas plus sur le sujet !


anita 13/09/2008 09:50

Essaierais-tu de te vendre pour un big mec bon et pas cher?

Martin-Lothar 15/09/2008 21:12


Anita : Oui, je veux être obèse pour pas cher na !


Saturnin Abadie 12/09/2008 23:39

Mlle Beulemans et moi même Saturnin
Avions vu cette faute quand soudain
Un doute nous vint à l'esprit:
A t-il abusé de vache qui rit?
Fallait t-il lire chair
Ou se contenter de chère?
Nous ne savions que penser,
Nous sommes partis nous coucher.

Jamais je n'irai dans un Maquedo, plutôt bouffer de la patée pour chien...

Martin-Lothar 15/09/2008 21:06


Saturnin : Je ne fume plus la vache qui rit depuis longtemps !


Alf 12/09/2008 21:09

Un bon M*c D* ! Avec de vrais morceaux de chien inside.

Martin-Lothar 15/09/2008 21:05


Alf : Oui untel ou hot-dog, il faut choisir !