Chronique de l’argent malodorant

Publié le 23 Juillet 2008

Je sais bien que l’argent n’a pas d’odeur, mais j’ai appris par l’agence pressée Reuters qu’une Hollandaise avait laissé filer 900 euros en billets dans la cuvette de ses toilettes.
Elle en alerta aussitôt les services municipaux qui purent localiser le magot et le récupérer dans les égouts.
Bon,
la dépêche ne raconte pas comment cette personne a fait pour perdre ainsi cet argent et à cet égard, on est en droit de se poser bien des questions.

L’hypothèse la plus réaliste est qu’elle détenait le trésor au fin fond de sa culotte et qu’elle l’oublia au moment de retirer le vêtement pour sacrifier aux exigences de la nature.
Ceci étant, si je sais bien d’une part que le sexe de la femme a aussi le nom grivois de  « tirelire » et d’autre part qu’un slip est le dernier endroit fouillé par le commun des pickpockets (ou voleur à la tire), cette cache me semble quelque peu risquée surtout par les temps qui courent ou pas !

Autre possibilité : Elle vida ses poches de tout leur contenu qu’elle jeta dans la cuvette avant de tirer la chasse, mais ce faisant, elle devait vraiment penser à autre chose ou encore, elle ne portait pas ses lunettes.

On pourrait présumer aussi que cette femme a un rapport sado maso avec le fric ou que dans un moment d’extase idéologique anticapitaliste, elle eut un brusque geste protestataire en se torchant de billets d’euros.
Pour ce genre de pratique qui se révèle rapidement onéreuse avec des monnaies fortes, je préconise d’utiliser de petites coupures de dollars zimbabwéens qui sont moins chères au change qu’une feuille de bon PQ (même parfumé avec des petits mickeys dessus) sachant que la banque centrale du Zimbabwe vient de mettre en circulation des billets de 100 milliards de dollars zimbabwéens pour pallier l’inflation qui est de l’ordre de 2,2 millions pour cent par an dans ce charmant pays.

Enfin, on supposera que la cause de ce type d’étourderie est un temps profond d’absence ou d’inattention pathologique tels ceux qui provoquent en ce moment la mort quasi épidémique de jeunes enfants oubliés des journées entières par leurs parents dans des bagnoles chauffées à blanc.

Ce monde et ses gens deviennent de plus en plus bizarres, je trouve…

J’ai dit « bizarre » ?

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Divers et d'autres saisons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel 03/08/2008 21:11

Après avoir lu l'information, j'avais imaginé deux sous titres possibles. Puis tu as écrit ton article et, hors celui que tu donnes, j'avais oublié mon idée ; cela m'est revenu au coin d'une flaque d'eau stagnante : Les égouts du paradis !

A bientôt !

Martin-Lothar 07/08/2008 14:09


Michel : Pas mal...


la Mère Castor 24/07/2008 20:45

le monde devient distrait. Ou indifférent. Amuse toi bien à la noce, le loup, et reviens vite (mais pas trop, attention aux chauffards de l'été)

Martin-Lothar 24/07/2008 21:02


Mère Castor : Merci. J'ai un mot de trois lettres en synonyme de "distrait" ou "indifférent", mais bon. Pour la noce, ma voiture connait le chemin, Qu'elle se démerde hein ! Bises


Prax 24/07/2008 10:28

Les enfants, l'argent, deux choses à surveiller comme le lait sur le feu

Martin-Lothar 24/07/2008 21:00


Prax : Monsieur est un philosophe en plus d'un poète ; je l'avais toujours pensé !


Leila zhour 24/07/2008 10:06

je vous assure mon cousin...
bonjour mon loup.

Martin-Lothar 24/07/2008 20:59


Leila : Tiens j'ai dis "bizarre" comme c'est bizarre. (Je vois que tu connais tes classiques. Bises)