Le loup, Pan, la vierge et les deux Jésus

Publié le 18 Février 2008

En novembre 2007, des archéologues italiens firent une découverte fortuite sur le mont Palatin: Une vaste cavité, manifestement oubliée de tous, se révéla sous le palais de l’empereur Auguste en plein cœur du « Germanum » la partie la plus sacrée du mont, et donc de Rome.
Après le percement de la maçonnerie constituant la voûte, une caméra fut introduite et l’on a pu apercevoir l’intérieur d’un hypogée de 6,56 mètres de diamètres et 7,13 mètres de haut.
lupercale.jpg
Les parois de cette chambre sont décorées de dessins de coquillages de mosaïques et de fresques géométriques avec un aigle blanc peint sur un ciel bleu au plafond.
D’après son ornementation, cette grotte à l’origine naturelle aurait été aménagée et embellie, pour la dernière fois du moins, sous Auguste, au premier siècle avant Jésus-Christ.
Les archéologues pensent avoir enfin découvert le fameux « Lupercal », c'est-à-dire la tanière où, selon la légende, Romulus et Remus furent nourris et sauvés par une louve.

Je rappelle aux cancres las qui se rongent les ongles bêtement au fonds de la blogosphère que ces jumeaux qui fondèrent Rome étaient les fils d’un roi du Latium et de la vestale Rea Sylvia qui, pour les protéger des manigances de leur oncle, les livra tout bébé, tel Moïse, à la fortune du Tibre.
Le couffin s’échoua sur la rive du fleuve au pied du mont Palatin, dans les racines d’un figuier et fut découvert par une brave louve qui venait se désaltérer.
L’animal emporta les enfants dans cette grotte – une sorte de crèche hein ! - et les allaita jusqu’à ce qu’un couple de bergers (Lupa et Faustulus) les recueillent pour les élever en pâtres comme leurs propres enfants.
On connaît la suite : Romulus se baffa grave avec son frère Remus qu’il tua tout juste après avoir fondé la ville tout comme Caïn (le paysan sédentaire) tua Abel (le berger nomade) au sortir du paradis.
Ça c’est la légende officielle hein !

Derrière ce conte à dormir debout sa cache toutefois un vrai mythe du tonnerre de Zeus qui traverse telle une lance spartiate plusieurs siècles de notre histoire, de la Grèce à Rome en passant par la Crète, pour scotcher aujourd’hui encore quelques traditions bien connues.

Car Remus et Romulus étaient les fils du dieu Mars (Arès) himself qui toutefois les laissa tomber dès leur naissance !
Si,si, je vous le dis comme je le sais de mémoire de loup patenté et authentique.

Leur destin fut brodé en fait par une autre divinité, hors du commun celle-là, que d’aucun sorcier, enchanteur, mage et autre prêtre de l’Obscur et de l’ésotérisme s’accorde à reconnaître pour le vrai Diis Pater (le père de tous les dieux), le dieu unique à multiples avatars, le plus ancien et lointain de tous : Le Grand Pan !
Waou ! Notre histoire se complique là hein !
Surtout que quand on évoque le Grand Pan (le Grand Tout), il faut parler de l’Arcadie et du mont Lykaos (la montagne du loup), mais ça nous entraînerait un peu loin – et bien au-delà de la Grèce, savez-vous – et ça sera le sujet d’une autre note palpitante.

Toujours est-il que c’est bien le Grand Pan qui présida à la fondation de Rome à travers un dieu nommé Faunus (le faune) ou encore Lupercus !
Faunus ou Lupercus était le dieu des troupeaux, des foules et des bergers, un être mi-loup, mi-bouc, qui rendait les femmes fécondes et protégeait les maternités. C’était le dieu des générations  en quelque sorte.

On ne sait pas très bien ce que signifiait « Lupercus » mais dans ce mot il y a évidemment la racine « lupa » (louve) et certains le traduisent par « celui qui écarte les loups » en lui donnant ainsi la même signification que « Lycurgue » (un des plus grands et étonnants rois de Sparte et d’ailleurs même, de toute l’Antiquité) (1)

Lupercus était le sujet d’un culte très primitif et particulier à Rome, dans la mesure où ses sectateurs n’étaient composés que des jeunes hommes rejetons des familles fondatrices de la ville et que l’on appelait « les Luperques »
Tous les ans, le 15 février (2) fête des Luperques ou des Lupercales, ils se réunissaient dans la grotte de la louve mère des jumeaux (le Lupercale enfin retrouvé ?) pour se purifier selon un rite ultra secret, cela va sans dire ; pour enfin s’éparpiller dans les rues de Rome, tout nus et tout bronzés, armés de lanières de cuir avec lesquelles, ils poursuivaient et fouettaient toute jeune vierge qu’ils pouvaient rencontrer.
C’était là une manière de favoriser la fécondation des jouvencelles qui incontinent, le soir même « passaient à la casserole » en faisant des galipettes sans dessous dessus avec les garçons lors d’une orgie mémorable présidée par Bacchus (un fils ou un avatar de Pan, lui aussi)
Le lendemain matin, tout le monde devait remettre ses vêtements, se recoiffer et se serrer la ceinture jusqu’à nouvel ordre : Les garçons repartaient en guerre pour se faire les pieds ou encore ils allaient casser des cailloux et les filles commençaient à compter jusqu’à neuf en regardant leur ventre…
Après la lubrification et la bacchanale, venait la purification, l’ascèse à respecter mordicus jusqu’au moins l’équinoxe du Printemps : un carême avant la lettre en quelque sorte !

Ces lupercales perdurèrent à Rome jusqu’en 496 (après JC), date à laquelle le pape Gélase 1er interdit ce « carnaval » païen et il le remplaça par la fête plus stricte et plus triste d’un saint nommé Valentin de Terni, le saint patron des fiancés et des amoureux !

C’est ainsi les gens, que ces lupercales sont à la fois à l’origine du Mardi Gras, du carnaval, du carême et de la Saint Valentin et quelque part, pour les Romains, c’était aussi une sorte de « Noël » et de 14 juillet…
Etonnant non ?

Trop forts les loups hein !

(1) Certaines thèses affirment d’ailleurs que ce Lycurgue chassé de Sparte se serait réfugié – devinez où ? – En Italie…

(2) Le 15 février à partir de Jules César. Avant la réforme du calendrier par Jules, les lupercales se situaient au quinzième jour du dernier et dixième mois de l’année (soit le 15 décembre)  

Illustration : Photo du « lupercale » découvert en novembre dernier.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Divers et d'autres saisons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

leila z 22/02/2008 20:07

ça alors !
Dire que mon fiston se nomme valentin et que le p'tit nom qui lui colle au frusque, même que je fais attention, c'est "mon p'tit loup"...
Lupus Martinus, tu m'épates. Mais pour le culte des luperques, je savais ! (trop forte, hein?) Apulée en parle très brièvement dans son âne d'or et comme ça m'avait intriguée, j'avions fait des recherches...
bises.

Martin-Lothar 22/02/2008 20:56

leila z  : Ah, Apulée et l'âne d'or, je vais en parler de ceux-là !

Fredesk 20/02/2008 23:00

allez, sors moi a tout jamais de tes liens et adieu

Martin-Lothar 21/02/2008 20:17

Fredesk  : Bis repetita non placet

Fredesk 20/02/2008 22:59

Mais je le saisssss pfff vous comprenez only VOTRE humour, pas celui de Fredesk... je démissionne !

et embedondainement... c était parce que tu cherchais des néologisme... mais tu sembles pas avoir compris ca non plus

bah... je commence à etre habitué... entre la france et le québec c la grande noirceur

Martin-Lothar 21/02/2008 20:17

Fredesk  : Sois un peu plus explicite, c'est tout. Moi non plus je ne comprends pas tout des autres hein !

Ayeeee 20/02/2008 04:41

Est-ce que ça faisait Pow Pow quand mister Pan tirait du fusil ? :o)

Merci pour cette page d'histoire et cette découverte archéoptéryx euh logique.

Martin-Lothar 20/02/2008 19:57

Ayeeee  : Pan jouait de la flûte surtout.

catherine Goux 19/02/2008 20:25

Si vous voulez voir l'endroit où je croisais souvent des loups, c'est chez moi ! (pas pub, c'est juste pour Martin)

Martin-Lothar 19/02/2008 21:45

catherine Goux  : J'arrive, je ne vais pas loup(er) ça quand même.

Prax 19/02/2008 09:08

Entre les hommes-vaches basques et les hommes-loups romains, mon coeur ne balance pas.

Martin-Lothar 19/02/2008 21:43

Prax  :  Oui, mais les loups sont moins lait...

pénéloop 18/02/2008 23:31

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

Joachim de chez nous

Martin-Lothar 19/02/2008 21:42

pénéloop  : Merci pour Joachim. C'est beau l'Anjou, c'est vrai.

Crooke 18/02/2008 22:31

Mais, heu! Ils sont pas censés être originaires d'Albe, les jumeaux?

Ça veut donc dire qu'ils ont été abandonnés d'Albe précisément du côté de Rome, ousque précisément une louve les aurait recueillis et nourris dans une grotte qui serait précisément sous le mont Palatin. Et après, comme par hasard, c'est là précisement qu'ils sont retournés, quelques années plus tard, pour fonder une Cité.

Tout cela sent précisément la reconstitution historique officielle à plein nez ;-)

Y z'étaient forts, ces Romains.

Martin-Lothar 19/02/2008 21:40

Crooke : Cette histoire a tellement été trafiquée (par Ovide, Auguste et tutti quanti) qu'on ne peut avoir que du mérite et du plaisir à la réinventer. Je ne suis donc ni le premier, ni le dernier.

la Mère Castor 18/02/2008 21:10

un puits de science, ce loup, et intéressant en plus. Que dire de plus ?

Martin-Lothar 19/02/2008 21:37

la Mère Castor  : Arrête de me faire rougir comme ça, je vais perdre tous mes moyens...

monsieurmonsieur 18/02/2008 21:09

On baisait qu'à Carnaval chez les romains ?

Martin-Lothar 19/02/2008 21:36

Monsieurmonsieur  : Non, mais là c'était officiel et béni des dieux, alors...

Zetron 18/02/2008 21:04

Mine de rien, sans ce blog ma culture générale en prendrait un coup...
Rien d'autre d'intéressant à dire...

Martin-Lothar 19/02/2008 21:35

Zetron  :  Arrête de te faire du mal comme ça hein !

Gothic inside 18/02/2008 20:34

La cérémonie dont parle Miss Moi ne doit avoir, finalement, qu'un lointain rapport -si je puis dire - avec les lupercales : cette érudite demoiselle ne nous dit-elle pas qu'il n'y a pas d'orgie derrière, alors qu'avec les lupercales c'est par derrière et par devant ! voilà qui nous en bouche un trou ...

Martin-Lothar 19/02/2008 21:34

Gothic inside   : Ton com commençait bien mais il se barre en couille à la fin. Ah bravo hein !

catherine Goux 18/02/2008 20:19

Tiens, l'histoire du panier en osier, ça me rappelle quelqu'un ....

Martin-Lothar 19/02/2008 21:33

catherine Goux  : C'est pas moi en tout cas...

alf 18/02/2008 20:07

Un vrai lupanar !

Martin-Lothar 19/02/2008 21:32

alf  : Il y a de fortes chances que ce mot ait son étymologie de ces fêtes !

Mlle Moi 18/02/2008 19:56

J'ai pas mal pensé aux Lupercales, quand j'étais en Océanie. Y a un rite de fertilité un peu du meme style, qui consiste pour les jeunes hommes, à la période des ignames nouvelles, à se déguiser en "esprits", et à aller fouetter et bombarder les femmes (et les enfants). Y a pas d'orgie derrière, mais c'est quand meme censé favoriser les récoltes et la fertilité des femmes.

Martin-Lothar 19/02/2008 21:31

Mlle Moi  : Le Grand Pan est partout !