Les embarras de Rome

Publié le 8 Décembre 2007


HEEMSKERCKbacchus

« On meurt d’insomnie, ici ; on est malade de mauvaises digestions qui entretiennent des fermentations dans l’estomac. Où louer un appartement où l’on puisse fermer l’oeil ? Il faut une fortune pour dormir dans notre ville. Voilà ce qui nous tue. Le passage embarrassé des voitures dans les rues étroites, le désordre bruyant du troupeau qui n’avance pas ôteraient le sommeil à Drusus lui-même ou à des veaux marins »
(Juvénal, Satyre III)


Note ; Juvénal fut un poète satyrique latin du premier siècle de notre ère.
Il exécrait la Rome de son époque et méprisait surtout ses d’habitants citoyens bobos inutiles et leurs hardes de feignants de luxe de tout poil à commencer par leur chef en chef « Néron » (Drusus, dans le texte cité)
L’Urbs de son temps était pour lui un vaste lupanar à chier où partouzait une société pourrie et repue ayant trahi à jamais le mythe de sa fondation, toute son Histoire et qui passait sa vie à se gaver et à saloper les symboles de Bacchus, de Janus ou du Grand Pan, notamment.
Malheur à ces crétins !
Je rappelle que le mot lupanar vient de « lupa » (louve) et ce rappel est d’autant plus cocasse que le 20 novembre dernier, des archéologues italiens ont découvert sur le mont Palatin, sous le palais de l’empereur Auguste, les vestiges de la « Luperca » ou la « tanière romaine » : La grotte où d’après la légende, une louve aurait allaité Remus et Romulus (j’en reparlerai prochainement)
Dans cet extrait, Juvénal décrit les embarras de Rome et sauf erreur, deux mille ans après, ce texte semble toujours d’actualité dans Rome, dans l’empire d’Occident, d’Orient et partout ailleurs, d’ailleurs.
Vae victis…

Illustration : Maerten van HEEMSKERCK (1498-1574), Procession de Bacchus (1538), Kunsthistorisches Museum, Vienne.

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martin-Lothar 10/12/2007 20:52

Saturnin : Oui, il nous manque beaucoup, ce loup-garou...Monsieur : Bien sûr que le monde est beau, mais il y a beaucoup trop de cons pour ne pas l'admirer. Evolution ? : Rappelez-vous que je suis quantique comme vous et tout l'univers : Ce n'est pas avant/arrière ; c'est 1 ou 0 (-1 si vous voulez - à discuter).Partimou : Oui j'ai vu et c'est de plus en plus rare. Mais, j'espère que tous mes liens à droite pub en profiteront un peu au moins...Prax : Ah très beau - tout à fait digne de ce blogue !Mandolino : Voir mon com au Parti Mou - tu es concerné aussi, je le souhaite.Gothic Inside (Quel pseudo) : Non, jamais égalé c'est vrai et en plus il en avait où je pense en se prenant au Néron ou à ses potes - C'est pas comme maintenant hein ! Monde de... Pff !

Gothic inside 09/12/2007 19:38

Toujours juvénile, le Juvénal ! beaucoup imité - notamment par Boileau - mais jamais égalé ... et j'aime bien la photo illustrant ce post ; mais que fait donc la poliiiiiice ?

Mandolino 09/12/2007 01:26

Hey, tu es le ptit coup coeur de la sélection blog

Prax 08/12/2007 22:11

Les loups, hou, les loups sont entrés dans Paris. Et les loups sont entrés à pied d'où le loup panard

partimou 08/12/2007 20:24

Martin, vous êtes à l'honneur sur la page Canalblog

Monsieur 08/12/2007 20:17

Oui, vous avez raison monsieur; en lisant les premières lignes, j'ai cru lire un texte du XXème ou XXIème siècle.Mais, si ce discours est donc d'actualité, c'est que l'on peut considérer assez sûrement qu'il n'y a pas d'évolution possible pour l'humanité? Savez vous, ce monde qui ne change pas, c'est une raison de l'aprécier, comme une chose à laquelle on ne pourra de toute façon que participailler de façon minime. Ne croyez vous pas qu'entre l'éspérence confiante en un monde meilleur, et votre juste et amer fiel à l'encontre de cette évidence, il y ai l'évidence que, d'une manière obscure, le monde est beau?

saturnin abadie 08/12/2007 18:00

Ce Juvénal, quel grand homme! Il faisait le frontispice de notre belle revue "toujours plus haut", du temps des amis bigourdans de la poésie naïve:"Vascones est, alimentistalibus usi, prochexere animas." Juvenal Satire xv