Rune — un homme averti en vaut deux

Publié le 22 Juillet 2012

CaravaggioSacrificeIsaac.jpg

« Un homme averti en vaut deux »

(Maxime Nadage, toujours né en cinquante mille ans et des fraises)


Note : « Un homme averti en vaut deux » est le genre d’assertion, de phrase, d’adage, de maxime, de mots dits, maudits, qui feront toujours et ne déferont jamais, et pour des cierges et des siècles, ah, mais, ce que nos trop bouffis, festifs et sucrés sociologues (philosophes d’État et dans tous leurs états) nomment « civilisation ».

C’est en fait le genre de trucs, de pensées, de gestes qui firent que l’Homo sapiens sapionce est autre chose qu’un simple animal.

Mais bon, en 2012 (au siècle n° 21, à ce qu’on dit), tant en politique, en économie, en écologie ou autres sciences (pot) de mes deux, on a divinement oublié ce que signifient les mots « avertir » ou « homme » et on considère que toute vérité, sortant ou pas de son puits de jouvence ou non, n’est bonne qu’à faire des pipes dans une chambre d'hôtel.

On galèje ainsi pour sauver son emploi sans trop savoir qui est son employeur…

J’espère pour vos enfants qu’ils sauront toujours compter jusqu’à deux

 

Illustration : attribuée à CARAVAGGIO (Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage) 1571-1610, Le Sacrifice d’Isaac, huile sur toile, 116 x 173 cm, Barbara Piasecka Johnson Collection, Lawrenceville, Georgia, USA.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article