Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Quantique du « on »

5 Janvier 2010 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Le Dico

Dans un billet du 30 juillet dernier (en lien en fin de note, mais pas tout de suite parce que je cause-là) la toujours excellente Berthoise (en lien aussi à droite, pub) exprima ses très légitimes angoisses métaphysiques sur le pronom « on » et ses accords grammaticaux consécutifs.

Elle proposa même de marquer du pluriel le ou les adjectifs qualifiant « on » quand ce pronom cachait plusieurs personnes.

Exemple : Ecrire « on est cons » au lieu de l’académique « on est con »

 

Il est vrai que la grammaire française a des artifices parfois rigides, souvent incohérents car obsolètes comme elle comporte des fondamentaux qui relèvent plus de la philosophie que de l’art de manier notre belle langue qui n’en finit plus de se chercher, de survivre (ou de se perdre) dans le vaste monde mouvant et vibrant où « l’on » fait souvent semblant de penser voire de vivre.

 

Il est vrai aussi que si le « on » peut désigner un pluriel, il n’en demeure pas moins très singulier du point de vue de la grammaire comme de l’intellect.

Singulier et plural à la fois, indéterminé et indéterminable, venant de l’étranger, mais typiquement français, toujours particulier.

Le « on » est surtout, et avant tout quantique !

 

Notre grammaire le veut exclusivement singulier même s’il désigne des milliards d’abrutis : En fait, le « on » est un seul et même ensemble dont le nombre d’éléments varie du zéro à l’infini (un infini plus souvent négatif que positif d’ailleurs dans la mesure où l’on voue généralement ces éléments aux gémonies de l’oublie ou de l’opprobre)

 

Sous le masque du « on » les personnes désignées, visées voire accusées sont toujours des êtres humains (homo sapiens sapionce) de tout sexe, âge, conditions, poil, même si parfois on les compte pour des bêtes.

Ainsi, un berger ne dira jamais : « On a tué mon mouton » mais : « Cette saloperie de loup a tué mon mouton »

D’ailleurs, ce mot « on » vient du Latin « homo » (homme) qui se transforma en vieux français en « Hom » puis en « Om » et finalement en « On » à partir du siècle n° XIII.

A l’origine, son vrai sens était : « Un homme, quelqu’un, un quidam » parfaitement inconnu, indéterminé et vaguement indéterminable en plus.

 

Notre « on » est désormais trop souvent assimilé au « nous » :

« Hier, on est allé aux Chepams. On s’est bien frittés la gueule avec ces pédés d’enculés du 9-3 » entendons-nous ou disons-nous bien de fois.

Alors que la phrase grammaticalement correcte est évidemment :

« Hier, nous sommes allé sur les Champs-Elysées. Nous en avons décousu profusément avec ces Messieurs de la Seine-Saint-Denis »

Toutefois, dans le « on » on ne peut pas déterminer ou reconnaître qui que ce soit : Il est un peu le « X » de la plainte, l’inconnue d’une malheureuse équation, la variable d’une impossible fonction différentielle.

A peine pourrions-nous utiliser le « on » pour désigner la société, la nation, l’humanité, ou encore les pratiquants de coutume : « Ici, on fait ceci ou cela »

Le « on » est un parfait anonyme et parfois, sinon toujours, il fait peur…

En fait, ce « on » se confond intellectuellement car il est à la charnière du pluriel et du singulier dans la liste des pronoms :

Je, tu (vous), il, on, nous, vous (tu), ils (on)

Ainsi le grand César (celui de Brutus, pas de Pagnol), quand il écrivait « il a foutu la pâtée aux Gaulois » voulait signifier « on » et non pas « je » contrairement à ce que l’on pense et ce, d’une part parce qu’il ne parlait pas un traître mot de français (ce con) mais d’autre part, par habilité politique et diplomatique.

De même, le dernier vrai grand roi du monde, Louis n° 14, disait « nous » (qui englobe, le roi, l’état et ses imbéciles de conseillers) au lieu de « je » (trop commun) ou encore « on » (trop impersonnel) surtout en parlant des bêtises les plus débiles comme la révocation d’un édit de son pépé (par exemple, au hasard)

 

Cela état, cette assimilation du « on » au « nous » est parfois plus ambiguë : En disant ou en écrivant « on » pour « nous » le locuteur ou le scripteur fait intentionnellement ou non, soit une association soit une dissociation avec les autres personnes composant ce nous.

L’exemple le plus courant d’association est celui du supporter de foot qui, à la fin du match, hurle en rotant sa bière : « On a gagné ; on a gagné ! » alors qu’il n’a rien fait de spécial (à part vider des canettes) pour emporter la partie.

Par contre, il ne dira que très rarement : « On a perdu » mais plus volontiers : « Ils ont perdu ces nuls à chier de bâtards de mes deux ! »

 

On voit par là que le « on » est plus quantique tu meurs à poil devant chez Benett(on).

 

Je me demande enfin, si ce « on » n’est pas le pluriel moderne, voire techno grave de notre irrésistible et psychologique « ego » (émoi, et moi) mais ce sera le sujet d’une autre rélexi(on) et d’un autre billet.

 

CF : Le billet de Dame Berthoise.

 

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierreline 12/01/2010 23:04


Je propose un nouveau sujet de polémiques épiques et grammaticales: le VIVE
Si l'on écrit "vive le nouvel an", doit-on écrire "vivent les vacances" ? Qui doit vivre dans ces cas là ?


Martin-Lothar 20/01/2010 20:00


Pierreline : Pour moi, le verbe "vivre" est de tous les temps pourvu qu'il s'accorde... Merci pour cette idée.


Giovinetta 08/01/2010 16:20


oh je voulias juste dire que si tu veux un arbre généalogique VIERGE pour le remplir selon ta famille, j'en ai plusieurs modèles à ta disposition.


Martin-Lothar 12/01/2010 20:42


Giov : Tu ne comprends plus rien à ma meute hein ?


muriel 07/01/2010 20:06


J'ai oublié de préciser que j'ai trouvé votre (ton) article très intéressant (et drôle! oeuf corse!)
A quand un "billet" consacré au vous et au tu?


Martin-Lothar 12/01/2010 20:34


Muriel : Ah le "tu-vous franchouillard" je le garde sous le coude un moment encore. C'est bien délicat comme affaire hein !


Giovinetta 06/01/2010 22:21


afin de courser ces vers qui t'épatâtent, je te signale que je tiens à ta disposition par mail divers arbres généalogiques à remplir, ayant déjà pour l'entourage cherché ce genre de choses. Je
tente ici une insertion mais....
raté bien sûr


Martin-Lothar 07/01/2010 19:24


Giov : Ce n'est pas moi qui fait cette généalogie de la meute, mais je sais que ça prend beaucoup de temps pour notamment vérifier chaque donnée...


Berthoise 06/01/2010 07:13


Je suis flattée d'avoir provoqué un tel rebond.
Ventrebleu, et quel bond !


Martin-Lothar 07/01/2010 19:20


Berthoise : Bon, Bond et rebond, c'est normal, c'est fait pour ça les blogues.


Muriel 05/01/2010 22:12


Tout comme Berthoise avec qui je partage (en autres choses) le goût des culottes blanches en coton avec ou sans bretelles (le goût des choses simples quoi!), je suis fréquemment embarrassée rapport
à l'accord du participe passé quand le sujet est ce foutu "on". 'fin, j'étais embarrassée parce que bon, faut pas déconner, ça me turlupine pas non plus...

Ce qui m'a toujours gênée par contre (quand j'étais étudiante), c'est l'emploi quasi obligatoire du "on" ou du "nous" (un chouïa ridicule, il faut bien le reconnaître) dans les devoirs où les
annonces de plans se font à coup de phrases très raffinées du type:
"NOUS analyserons, dans un premier temps, les différentes manifestations de la connerie ambiante du premier Empire à nos jours avant de NOUS pencher sur ses causes et d'envisager les différentes
formes qu'elle pourra revêtir dans un avenir proche."


Martin-Lothar 07/01/2010 19:19


Muriel : Oui, c'est à tomber sur les "je, nous"


Prax 05/01/2010 16:27


On a pissé sur la Lune.
Bai, il y a du collectif dans cette micti(on)


Martin-Lothar 07/01/2010 19:16


Prax : J'en pisse de rire. Meilleurs voeux à toi (je passe hein! )