Quantique d'une Chine deux fois millénaire

Publié le 23 Novembre 2013

TaoYinYang

Frères humains (ou pas) qui avec moi vivez, en vérité, je vous le dis : ne chinoisons plus avec les Chinois et les Chine de ports marseillais ou pas.

Mes rares, mais fidèles lecteurs se souviendront de mon billet du  4 janvier 2009 (lien ici) dans lequel, certes encore sous l'emprise de vins fins et de foie gras d'oie et de bon aloi (comme disait ma mère) je célébrais l'an neuf et né en moins 2009, en causant de l'an IX (après Jésus de chez Christ & compagnie) et dans lequel, notamment, je rappelais à tous les cancres las que nous sommes, qu'en ce temps vraiment ancien et pas moderne, ni festif, ni citoyen de deux mille ans, les conneries pas possibles graves qu'un des mes collègues empereur chinois1, nommé Wang Mang avait commises sans l'avis autorisé de la Céjeté, du Pet-sait, de l'Humeaimepet, de lEfhaine, de l'extrême centre du milieu radical ou encore du secrétaire caporal-sous-chef du Pet-Esse ou autre tramway nouillorquais remuant, clownesque, dansant de l'arrière-train et nommé désir :


« Pendant ce temps-là, en Chine, un certain Wang Mang renverse la dynastie Han et pour calmer le peuple, il décidera de limiter le commerce des esclaves et procédera à une vaste répartition des terres... »

Or donc et subséquemment, j'ai appris hier — 22 janvier de l'an 81 après J. C. (Jacques de chez Chirac) — par la lecture d'un billet (Lien ici) de l'irrespirable Hashtable (un intellectuel ultra-turbo-néo-libérale à masque à gaz, énucléateur de chatons et hacheur menu de bébés prolétaires, en lien à gauche, pub) que le Parti Communiste chinois allait sous peu se permettre de distribuer aux gueux du même bois, des parcelles de terre en guise (comme disait notre duc du même métal) de propriété privée !

Fouchtra de notre mère !

Mao, Georges Marchais, le Che, Lénine, Chavez, Staline et le petit Karl sont en pleurs et en mêlée stressée sur la pelouse rouge du Paradis !

Même Pinochet, Adolphe et le Grand Charles en ont une larme à l'œil dans les tribunes du stade édénique — c'est vous dire !

Bref les gars, c'est définitivement le bordel sur cette planète.

Et que fait Dieu ?

...

Il est vrai que c'est un peu fort de café soluble ou non d'apprendre de telles choses, surtout en Europe et donc en France (?) où les États-Moloch omnipotents, hors d'haleine, affamés, déshérités, endettés jusqu'à peau d'huissier suicidaire, n'ont de cesse désormais que de renifler de leurs narines pompeuses et de gratter de leurs doigts fébriles et crochus, des fonds de tiroirs ou de lessiveuses qui ne leur appartiennent même pas.

... 

Bon, sérieusement, ne sachant pas trop comment les Chinois vont d'or et navrants s'échiner ainsi, je me sens sur ce, un peu comme un pensionnaire d'une maison de retraite nommée sans doute « Les Occidentales », qui, debout sur la cuvette des WC, regarde au travers d'une étroite et vétuste lucarne, des gamins aux yeux bridés réinventer des jeux savants, de merveilles et d'avenir, avec les billes que nous avions abandonnées naguère dans la cour des grands de l'école d'en face pour aller enfin nous éclater repus, comme des cons finis, dans un vain Disneyland de prisunic.  

...

Il n'y a pas à redire, ces maudits Chinetoques savent bien faire les vraies révolutions et comment trop rebondir en avant pour retomber sur leurs pattes (alimentaires ou pas) !


Vae victis.


Note 1 : Je précise aux lecteurs peu avertis de ce blogue que je suis le futur empereur de L'Univers & d'autres maintes terres plus éloignées, rigolotes et impossibles, tu mourras à poil devant le monoprix, achevé à coup de minitel fluo par le trésorier-chef de la Halde.


Illustration : les jumeaux quantiques Yin & Yang (ou signe du Tao)


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

werewolf 25/11/2013 18:29


Le symbole reproduit a pour nom Tai Ji " les confins du suprême" (et non les confits du suprême -de volaille- )