Pink Floyd — Schtroumpfs roses et vache atomique

Publié le 13 Juin 2013

 

VachePinkFloyd.jpgVoilà le portrait en pied de la vache sans doute la plus célèbre du monde. Une anglo-normande de sa race et de son herbe qui m’a ainsi regardé pendant des heures et des heures alors que j’écoutais comme un veau battre le cœur atomique de cette mère bovine ou pas, parmi les vibrations et les chants de quatre Schtroumpfs roses & garous.

Contrairement à une vieille légende urbaine et française toutefois, ces mots de Pink Floyd n’ont rien à voir avec le flamant, ce bel oiseau de Phoenicopterus roseus ni d’ailleurs avec la couleur rose du même plumage, mais ils viendraient plutôt d’hommes bleus, une espèce de Schtroumpfs, dans la mesure où il s’agit des prénoms de deux musiciens de blues : Pink Anderson et Floyd Council.

Du reste, je considère que les Pink Floyd sont dans la musique pop, ce que les Schtroumpfs sont à la bande dessinée avec toutes leurs variétés mélangées, mais réunies : il y a le Schtroumpf rock, le Schtroumpf blues, le Schtroumpfs jazz, le folk, le country, le baroque, l’électro-acoustique, le classique, le new-age, le contemporain, etc.

C’est inimitable ; ce sont les Pink Floyd.

…       

La vache elle, se nommait Lulubelle III, et elle fut immortalisée par le photographe Storm Thorgerson pour illustrer la pochette du cinquième album de Pink Floyd sorti en 1970 et titré Atom Heart Mother (la mère au cœur atomique) agrégeant divers morceaux et chansons composés et interprétés par David Gilmour (guitare), Nick Mason (percussions), Roger Waters (basse) et Richard Wright (claviers).

La « face A » de ce disque est un morceau en patchwork, Atom Heart Mother, de près de 23 minutes, où l’orchestre rock des quatre se débat au milieu d’un chœur à quatre voix, un ensemble de cuivres, un violoncelle et différents bruitages électroniques ou pas (moto, hennissement, locomotive, cloches et d’autres non répertoriés).

Les soli de violoncelle suivis de ceux de la guitare slidée, ainsi que le final dantesque auront toujours ma peau à chairdepouler. 

On dirait la bande-son d’un film psychédélique jamais tourné sinon dans la tête de l’auditeur béat, vibrant, boutonneux et imaginatif que je fus.

Du reste, une autre légende raconte que Stanley Kubrick demanda en vain au Pink Floyd d’utiliser cette musique pour le film Orange Mécanique (1971) avant de s’adresser finalement (et heureusement) à l’inénarrable Walter-Wendy Carlos (dont je causerai bientôt ou plus tard).

La face B est constituée de 4 chansons très chouettes, très originales et très différentes de style les une des autres, bref, c’est du Pink Floyd pur jus et même pur jus d’orange atomique eut égard au dernier titre : Alan's Psychedelic Breakfast (le petit-déjeuner psychédélique d’Alan).

« Marmelade… »

Je vous propose une superbe vidéo réalisée par Raphaël Allain où le premier titre de l’album Atom Heart Mother est interprété avec grand talent par des étudiants du Conservatoire de Paris (CNSMDP) lors d’un concert, en mars 2003 :

 

 

On t’aime vachement Lulubelle III ; reste avec nous. 

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zorglub34 04/07/2013 23:16


Qu'il est difficile de faire un choix entre Meddle, Animals, Dark Side et Wish You... Echoes est une grande oeuvre, même si les ballades de la face A sont plus légères. L'enchaînement des trois
morceaux principaux d'Animals s'inscrit dans une logique (si le mot peut correspondre à Pink Floyd) et un thème bien développé. C'est dans doute le plus rigoureux. Mais imaginez-vous sur une
route nationale la nuit, Animals sur le lecteur, un peu d'herbe dans le cornet et vous ne verrez jamais passer les kilomètres. Dark Side est de loin le plus "rock" (le mot est un peu fort au
regard de l'ensemble de l'album) avec un "Times" qui ne cessera jamais de me faire soulever les poils, même après trente ans d'écoute régulière ou un "Money" des plus entêtants. Wish You est un
aboutissement total entre les génialissimes "Shine on ..." et le merveilleux titre éponyme hommage à Syd Barrett... A écouter allongé sur un lit, avec le nécessaire à portée de main. "The Wall",
inclassable, déroutant. On communie tous sur "Another brick in the wall", on est touché par "hey you", mais on passe trop souvent à côté de "Confortably numb" (superbe version sur Pulse). On
passe d'un extrême à l'autre entre "Mother" et "Run like hell". On se croirait dans un épisode du "Monty Python flying circus" en entendant "The trial" et aux portes du paradis aec "Goodbye blue
sky"... si le sujet n'était pas si triste...


En définitive, je vais tout réécouter :)

Martin-Lothar 11/08/2013 21:33



Zorglub : je cite : "je vais tout réécouter" : chiche ! bonne vibration alors.



Mlle Beulemans 28/06/2013 17:28


Cher Martin Lothar, sans me vanter, j'ai découvert la vidéo des étudiants du Conservatoire de Paris il y a quelques années et elle reste dans mes favoris. Je me demande même si je ne t'avais pas
envoyé le lien... D'autres depuis se sont "frottés" à cette musique


https://www.youtube.com/watch?v=3cEwMz7T6tU


 

Martin-Lothar 30/06/2013 00:14



Mlle Beulemans : oui, je m'en suis souvenu, mais je ne savais plus trop qui m'avait signalé cette vidéo. Désolé. Merci donc de me rappeler à l'ordre et de rassembler ainsi mes neurones en
partouze. Quand on fait une recherche sur M. Gougeule, on tombe sur le lien du billet et puis sur celui de Radio France-Châtelet. C'est plus récent et plus pro, certes, mais je préfère quand même
les élèves du Conservatoire. Voilà. C'est comme ça. Bises (et encore merci pour ce lien)



farf 15/06/2013 22:05


Ach, j’ai un énorme faible pour Wish ou were here, qui fait partie ma fameuse liste « île déserte équipée de lecteur CD ».


J’aime énormément Animals aussi.


Dark Side of the Moon m’ennuie un peu, j’avoue, et si The Wall a énormément marqué mon adolescence, je ne l’ai plus réécouté depuis… pfiou, au moins ça !


Et j’ai beaucoup de tendresse pour les deux premiers, barrés de chez Barrett ;)


Mais WYWH restera indétrônable, je crois.


 


 

Martin-Lothar 15/06/2013 23:01



Farf: nous sommes parfaitement "en Echoes" sur les PF ^^. A propos de "Face A", sans vouloir vous donner de conseil, je pense que vous devriez (si ce n'est déjà fait par ailleurs) vous inspirez
de ces musiques d'île désertes pour imaginer et écrire des textes divers et variés. Sachant que je sais que vous avez un sacré coup de crayon. Bien à vous.



TG 15/06/2013 21:48


Comment çà Meuh moi-même?


Pour votre peine, vous apporterez une bouteille de wisky à la maison!


Et du bon


Non mais!

Martin-Lothar 15/06/2013 22:51



TG : si vous le prenez sur ce ton, je ne vous apporterai pas de "bon wiski", mais un "excellent scotch" de chez Bonage en cadeau à madame TG pour vous savez quoi. (Et toc, na !)



vika 14/06/2013 21:35


J'adore cet album que j'écoutais en boucle, dans ma lointaine jeunesse.


J'ai toujours le disque, mais plus le tourne disque...


Merci pour la vidéo, chair de poule et émotions garanties

Martin-Lothar 15/06/2013 21:22



Vika : si tu aimes encore, c'est que ta jeunesse n'est pas si loin que ça.



TG 14/06/2013 07:20


Meuh!

Martin-Lothar 15/06/2013 21:21



TG : Meuh toi-même et camembert hein !



farf 13/06/2013 15:13


J’aime beaucoup cet album aussi. Summer ’68, If, Fat Old Sun et le morceau-collage titre sont géants.


Quant au grand Strom Thorgerson, ceontpetrud epochettes aussi belles que mémorables, il est mort il y a 2 mois environ :(

Martin-Lothar 15/06/2013 21:20



Farf : quel est l'album que du préfères des PF. Tiens, j'ai mentionné des cloches dans Atom HM, mais si je me souviens bien, on les entend plutôt à la fin ou au de début de "Summer 68" ?