Mars attaque

Publié le 4 Mars 2014

LimbourgMars.jpgémoi du printemps des guerres des farces

des vanités ces garces

j’en ai mars

Mars attaque nos chaumières renvoyant le général Hiver dans ses quartiers antipodistes. Chacun son tour, sachant que cette vieille baderne attendra la mi-avril pour expirer son dernier mot ou déchirer son testament.

Mars attaque et c’est le moment d’affuter les socs, de dérouiller les kalachs, de brosser les bœufs africains, de peigner les autruches d’Ukraine, de botter les roquets atlantes et de pisser dans les violons républicains.

Car c’est aussi ventôse pour les gallo-bobos-moyens qui, en attendant germinal comme des Godot béats, iront bientôt se vider les urnes dans les annales municipales en rêvant de grandes marées d’équinoxe, de printemps démocrates et d’averses de fric gratuit.

D’ailleurs, les politiques se prénommant Jules ou César devront se méfier du samedi 15 mars (jour de la sainte-Louise et des ides du même métal tranchant) et éviter les Marc, les Antoine et toutes leurs brutes de fils indignes aussi. Pomper le gogo ne leur apportera rien de bon, même pour l’octave du dessus.

C’est aussi en mars qu’on cassa le vase de Soissons et que l’Empire romain fut divisé en orient et en occident : on inventa alors la première « guerre froide », le verre à moitié plein, le schisme et l’eau tiède dans la foulée.

Mars attaque et Vénus sentira le poisson jusqu’au 20 où elle se transformera en bélier puant qui est aussi une bête à corne et à sabots, comme le Grand Pan.

Toutes choses égales par ailleurs, un jour vaudra alors une nuit puisque ce sera l’équinoxe et le sacre du printemps itou, même si pour les Igor, une blanche vaudra toujours deux noires.

Les Martiens attaquent parce que Mars est un dieu-soldat et qu’ils s’ennuient terriblement sur leur planète rouge.

Surtout qu’aujourd’hui, 5 mars, c’est Mardi gras. C’est le jour ou jamais de s’en mettre plein la lampe, car demain, c’est carême les gars : ceinture à clous, pain sec et eau de source pendant quarante jours.

Je vous aurai prévenus.

Ça vous fera quand même du bien, bande de morfales.

 

Illustration : les Frères de Limbourg, (1412-1416 ?) Enluminure des Très Riches Heures du duc de Berry, mars.

 

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Divers et d'autres saisons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

la Mère Castor 05/03/2014 10:51


entre poisson


et bélier puant


mon coeur balance.

Martin-Lothar 12/03/2014 22:20



Mère Castor : Et quand sert le ver sot, les vierges pois sont verts...