Lagan 152 (deux, mais d’eux ?)

Publié le 14 Septembre 2012

Il puait tant des pieds que même ses chaussures en marchaient à côté de leurs pompes.

 

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Lagans

Repost 0
Commenter cet article

lycaon 11/10/2012 18:19


En soufflant dans un cor, ses chaussures assuraient le rythme de sa marche, une devant, une derriere, se bourant l'oignon. Quand à l'odeur, (de sainteté- puisqu'il etait curé) elle le rendait
maitre de sa paroisse alsacienne.

Martin-Lothar 19/10/2012 22:58



Lycaon : es-tu le Lycaon d'antan ou de naguère ? Merci pour cette belle citation, mais j'aurais aimé qu'elle fut signée...