J'ai huit ans

Publié le 22 Mai 2013

La mort m’étant impossible à vivre, voici la stèle de tous les possibles ; ma trace sur une pierre d’éternité. Il en va de ma survie :


GuillaumeHuitMoisJ'ai huit ans

J'ai huit ans, enfin ce blogue a huit ans aujourd'hui.

Déjà... Mon pôvre Môssieur...

Eh, oui... Ma pôvre Dame…

Du reste, j'aime beaucoup le nombre huit qui est le plus quantique, le plus yingyanguien de la série des neuf, en comptant le zéro pour nul et non avenu.

Le chiffre huit peut en effet se faire retourner sur la tête sans perdre ses huit galons et quand vous le couchez, il devient une lemniscate, le signe de l'infini.

6006303.jpg

En plus, ce blogue comme tous les autres n'existeraient pas sans un octet d’un et de zéro ; c'est vous dire que le huit est important pour moi aujourd'hui.

Il faut absolument que je fasse un billet infiniment long et barbant sur le huit, ce grand inconnu.

...

Cela étant, en huit ans de blogue, je pense en avoir cent fois plus appris sur les gens, les choses, les êtres, le monde, l'univers et leur bordel et tout leur train qu'en dix ans de lycée, d'université, voire de carrière ou de galère sans nom.

Cela est sans aucun doute dû à la vastitude de notre Sacro-Sainte Toile, son génial touche-à-tout, son étonnant touche-à-tous et surtout, à son enfin foutue liberté chérie depuis des cierges et des siècles, ah mais.

Une liberté qui est cependant de moins en moins tolérée par de méchants, bêtes, mafieux, cyniques, sinistres clowns qui ont encore les infâmes prétentions et vanités de nous gouverner ou de nous dicter comment on doit pisser, manger, gagner, respirer, aller, venir, partager, dépenser, bouger, aimer, penser, voter, rêver, réagir, dormir, bloguer et touti-toussa de chez Quanti d'homme, en nous assénant nuit et jour des arguments préhistoriques, sophistes, débiles, festifs et des modèles imbéciles, jurassiques à chier, à pleurer.

Et plus ça va, plus ils élaborent des chaînes, des prisons, des interdits, des grilles, des tabous, des peurs, des portes, des menottes, des barrières, des morales, des camps, des boulets, des carcans pour protéger leurs indignes privilèges et trônes, et une fois de plus, pour foutre dans les oubliettes de l'Histoire le libre humanisme tant rêvé, espéré par la sueur, les larmes et le sang de nos ancêtres de tout poil et d'horizon.

Je vous aurai prévenus hein !

...

Bon sinon, pour célébrer mes huit ans bloguiens, le prochain billet (ce soir, ou demain ?) sera consacré à une cantate fameuse de l'archiloupissime JSB (alias Jean-Sébastien Bach pour les intimes).

À vos écrans et vos casques.

...

J'ai huit ans et comme disait le grand Achille Talon (mon personnage préféré de BD) :

« Un vertige m'envahit. Je suis ému... »

...

Je t'aime les blogues.


Illustration : un petit garçon d'environ huit mois qui, je crois bien, se prénomme Guillaume, mais ne m'en demandez pas plus, car je ne m'en souviens pas.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le manuel de survie

Repost 0
Commenter cet article

26/10/2013 13:10


moi, je dis bra-vo !


Merci d'avoir su écrire avec des mots "propres" tout plein de vérités !


Et dire que je n'étais arrivée ici uniquement pour savoir s'il existait une façon géométrique de tacer le signe infini ...


Joli blog, plein de culture ...


Pour la connaissance des gens, moi, je n'ai rien appris sur les gens (avec et grace à mon blog) : les observations de la vraie vie ont juste été confirmées ...


Ah qu'il est joli ce monde de "communications" ...


Bonne continuation.

Martin-Lothar 30/10/2013 21:24



LÔ : merci. Mais où est votre blogue ?



la Mère Castor 24/05/2013 07:37


j'ai loupé, distraite je suis, cet anniversaire. Permettez moi de saluer avec respect, admiration et toutes ces sortes de choses votre blog unique et ce bel enfant à l'air sérieux, voire froncé,
qui semble se demander quel sera le sujet de son prochain billet. (pour mes 8 ans, mes parents m'avaient offert un dictionnaire que je possède encore, mes enfants disent : il est trop vieux, ton
dictionnaire ! Mais je sais qu'il est très jeune, puiqu'il contient, intacte, la joie que j'ai eu à le recevoir. Je ne me souviens d'ailleurs d'aucun autre anniversaire)

Martin-Lothar 25/05/2013 16:17



Mère Castor : Merci.



Nijenn 23/05/2013 10:34


Bon anniversaire le Loup-Garou ! Il me plaît bien ce petit Guillaume avec ses "babybottes" d'époque (je sais de quoi je cause, j'avais les mêmes !) et ce beau regard grave du marmot qui voit déjà
plus loin que sa caisse à jouets.


Belle journée à toi. Ici, c'est grand soleil et ciel bleu depuis le lever du jour. On n'y croyait plus... Ils disent que ça ne va pas durer, mais je suis comme toi : je pense ce que je veux et
tant pis si je me trompe !

Martin-Lothar 25/05/2013 16:11



Nijenn : Merci. Oui, à temps de chien, sale temps pour les loups. Bises



ESTHER 22/05/2013 12:34





Que votre blogue dure.....et qu'il ne soit pas entaché à nouveau de vos absences indécises et "imbéciles", qui nous ont dépités tant de fois .....


Un  Guillaume aurait dit : " Vienne la nuit, sonne l'heure, les jours s'en vont et je demeure". 


Longue Vie à ce petit Guillaume, à ce blogue, à Martin, à Lothar, au loup et à sa meute !





 

Martin-Lothar 25/05/2013 16:10



ESTHER : merci. Mes abscences tiennent à ce que je dois galèrer pour notamment gagner ma croûte et mes indécisions, à mon éternel et toujours vain désir de "tabula rasa". Bien à vous.