Du fleuve Aa et d’autres identités occidentales

Publié le 1 Décembre 2009

La veuve Info, cette folle des logis, vaticine en ce moment sur des inondations graves voire profondes affectant notre beau pays du Pas-de-Calais. Elle annonce même que le fleuve méga sacré Aa menace de sortir de ses gonds sinon de son lit et même du pied gauche en plus.

Tout fout le camp, je vous le dis.

C’est vrai qu’on ne rigole pas avec l’Aa (ah ! Ah !) même si ce cours d’eau légendaire passe trop souvent pour une vulgaire rigole aux sources de fleuves prétentieux et sales comme la Volga, le Mississipi ou encore la Seine (saint Denis, pas Montjoie, 9-3 hein !)

Avec ses 80 kilomètres de longueur, il les fait tous pisser de rire…

Mais on ne rigole pas de l’Aa, jamais, ah mais !

 

Je te rappelle en effet, ô lecteur oublieux, que je suis le futur empereur d’Occident (et plus si affinités) et que dès lors, j’ai pour consigne de méditer chaque matin l’adage fameux qui sera inscrit sur mon mausolée :

« Aa débordé, Occident grippé »

Remarquons que cette sentence grave et mouillée intègre « A » (alpha) et O (oméga) — Trop fort le loup !

J’en remets encore dans ta mémoire, ô internaute distrait, en te signifiant, une fois de plus que ce brave fleuve se situe en plein dans la future Lotharingie qui sera le cœur de mon empire lupin, éternel et universel (Et toc !)

Géographiquement, il coule calme, mais résolu entre deux autres fleuves lotharingiens que sont la Somme et le Rhin (L’Aa n’est pas de la pisse d’âne quand même)

On ne rigole pas avec l’Aa ! Jamais, je vous dis !

Et puis d’abord, de bâbord et même de tribord, ce fleuve impérial est un fleuve.

 

Je rappelle aux cancres las qui se caressent béats et crétins leur semblant de testicules subventionnés au fond de la blogosphère qu’il y a une différence notable entre un fleuve et une rivière.

En effet, on est un fleuve quand on se jette direct, éperdu ou pas, dans une mer ou un océan reconnu, cartographié, patenté, sérieux quoi !

Tout ce qui se jette ailleurs ne sera que rivière, ruisseau, ru, torrent, capote usagée, coup d’œil, crachat et in fine, pipi de chat.

Attention quand même, pisser dans une mer ou un océan du haut d’une falaise normande ou landaise pour se croire, un instant, source d’un fleuve légendaire n’est qu’outrecuidance dégénérée et même une grosse connerie à se faire moquer profus en cas de coup de vent marin.

Je vous aurai prévenus hein !

 

Cela étant, notre Aa a bien d’autres qualités frisant le divin voire le divan et à faire verdir de jalousie tous les fleuves jaunes ou pas

Déjà, si l’on prend un bon dictionnaire des noms propres (ou crades qu’importe)  ce fleuve est premier (preums, comme on dit sur les blogues bien fréquentés ou pas) de la liste.

L’Aa vient en effet avant Aachen (pseudo : Aix-la-Chapelle) qui est une ville impériale et mythique des autres empereurs de ces bois lotharingiens.

Vient ensuite le nom d’une autre ville « Aalborg » (ou Alborg) joli port de pêche du Jütland danois que j’ai visité au siècle dernier et non loin duquel, je me suis baigné dans la mer baltique parmi des méduses et des Vikings (Je ne suis pas resté longtemps dans cette eau septentrionale à cause surtout de sa température pour le moins « polaire » même en plein mois d’août)

 

La plus grande gloire de l’Aa provient sans aucun doute du vice des cruciverbistes.

Je rappelle aux susdits cancres (qui voudront bien poser leur casquette, leur machette et leur batte de base-ball) qu’un cruciverbiste n’est pas une  espèce rare de chanvre indien ou de morpion, mais un amateur de mots croisés.

Les mots croisés datent de la plus haute Antiquité même s’ils sont beaucoup plus jeunes que le fleuve Aa dont la définition incontournable est : « Fleuve côtier de nord de la France »

C’est vrai qu’il est pratique notre Aa hein !

Pratique et paresseux, mais divin, impérial, essentiel et plein de beautés en paysages.

Parcourir les berges de l’Aa et mourir !

 

Enfin, je me glorifie d’avoir pataugé des heures et des heures, encore impubère et innocent, dans un des affluents de l’Aa sacré, à la chasse aux têtards ou d’autres bestioles influant ou pas de tels milieux aquatiques, merveilleux et enfantins.

J’ai sûrement pissé dedans en plus, na !

Alors…

 

Bon, si ces jours-ci l’Aa se gonfle et nous gonfle, ce n’est pas à cause de la fonte des glaciers ou des larmes des grippés ou des chômeurs, mais à cause des pluies de saison et de bonne nature.

Or moi, je dis que tout ce qui tombe du ciel est béni et utile, même pour un fleuve phréatique voire tellurique,.

Son nom, il le signe à la pointe d’une goutte d’eau latine et même indo-européenne : « Aa » vient évidemment d’un « aqua » (eau) qui n’a pas « U » de « Q »

 

Frères humains de tout sexe, âge, horizon et poil, en vérité je vous le dis : Vénérons le fleuve Aa ; ne le laissons pas déborder et foutre le camp comme un vulgaire assujetti à l’ISF !

Aimons-le pour des siècles et des cierges, ah mais !

 

Mon ICul dans le divin Aa

Aa, Aa, ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ha ! Aa.

 

Illustration : Nicolas POUSSIN (1594, Les Andelys, 1665, Roma) L’hiver, (1660-64) Huile sur toile (118 x 160 cm) Musée du Louvre, Paris, Europe.

 

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Commenter cet article

Flivo 05/12/2009 08:58


Aâ poser son Icul en zone blanche près du lac d'Ôo et se laisser aller...


Martin-Lothar 06/12/2009 18:35


Flivo : C'est vrai que pour ce qui concerne le lac d'Oo, il n'y a pire aîné... (Ha ! ha !)


TG 03/12/2009 18:27


ih ih ih ih!! elle est bonne. ohohoh


Martin-Lothar 06/12/2009 18:33


TG : Hu, hu, hu ! Hou, hou ! et que veux-tu que la bonne y fasse ?


Saturnin Abadie, dératiseur 03/12/2009 18:10


Aa A la queue leu leu, Aa A la queue leu leu...J'arrête car j'ai attrapé une lotharingite.


Martin-Lothar 06/12/2009 18:32



Saturnin : Pour la lotharingite, il existe de bons vagues seins. (Piqûre de rappel !)



Muriel 02/12/2009 18:02


Un truc plein d'eau dont le nom correspond au sigle des Alcooliques Anonymes...c'est amusant.


Martin-Lothar 06/12/2009 18:30


Mureil : De l'Aa (aqua) on a aussi vite fait l'aquavit ou autre eau de vie. 


Gothic inside 02/12/2009 15:49


Je ne sais pourquoi, ton Icul majestueux m'évoque, par ses sonorités, une séance chez le dentiste . Mystères de l'inconscient ...

J'aime l'Aa, en bonne cruciverbiste, mais je lui reproche toutefois de ne pas se jeter dans l'Oô, charmant petit lac près de Luchon, qui en serait fort honoré . Il est vrai qu'alors, l'Aa ne serait
plus un fleuve ...


Martin-Lothar 06/12/2009 18:29


Gothic Inside (Par Belzebuth, quel pseudo !) : Oui, et puis avec l'Aa dans l'Oo, Clermont-Ferrand deviendrait la dernière plage à la mode...


Prax 01/12/2009 21:48


Je voulais écrire unique et interminable.


Martin-Lothar 06/12/2009 18:26


Prax : Tout ce que tu écris est unique (et interminable dans nos esprits)


Prax 01/12/2009 21:47


J'apprécie que tu parles du sud ouest, mais les Landes sont une inque et interminable plage de sable sans aucune falaise. (pour bronzer tout nu, c'est plus pratique qu'une falaise quand même)


Martin-Lothar 06/12/2009 18:25


Prax : "Les falaises des Landes" est un hameçon tendu — rien que pour toi et auquel tu as mordu franchement comme je m'y attendais. Cela étant, je sais que sur certaines plages des Landes, il y a
des vagues grandes comme des armoires ou des falaises normandes. Alors camembert hein !