Des Loups et des Hommes

Publié le 20 Novembre 2013

LekythosLoupDolonLouvre.jpg

« La dernière victime humaine [en France] à avoir péri sous la dent meurtrière du loup serait une femme de la Chapelle Montbrandeix, un village de la Haute-Vienne situé entre Châlus et Nontron. C’était le 2 octobre 1918 ».

...

C'est du moins ce qui nous rapporte Daniel Bernard dans son ouvrage intitulé « Des Loups et des Hommes » (CF référence plus bas).

Ce bouquin m'a été offert à Noël par un loupiot de ma meute et je l'avais mis alors sous une pile d'ouvrages à lire pour le redécouvrir il y a quelques jours, à l'occasion d'un dépoussiérage intensif de mes bibliothèques croulantes et vénérables.

Bref, j'ai commencé hier à dévorer des yeux et du cerveau ces loups et ces hommes et d'emblée, je peux vous dire que ce monsieur Bernard a signé un ouvrage d'une vaste érudition, fort bien documenté, alléchant, passionnant et illustré d'une rare et belle imagerie.

Bon, c'est vrai que pour le moment, j'en ai plus appris sur l'homme que sur le loup, car je pensais vraiment que le dernier mordu mortel humain et français était un poil plus ancien dans l'éternelle guerre lupino-humaine.

En effet, et j'en reparlerai, ce n'est parce que le loupissime Louis Pasteur découvrit le vaccin contre la rage que les loups (et autres moutons) cessèrent subitement d'être hydrophobes...

Surtout qu'en octobre 1918, ce ne furent que des hommes enragés — par on (et autre Pasteur) ne saura jamais quel virus — qui s'entretuaient à tombeau ouvert et encore plus bêtement, aussi stupides que des loups affamés secs par le plus méchant des généraux Hiver.

...

À propos de frimas de saison et de rage, demain, dans mon train quotidien, je continuerai cette lecture attractive en attaquant (si j'ose écrire) la bête du Gévaudan. Je vous raconterai tout, car je pense que j'aurai largement le temps en chemin de faire (ah, ah !), eu égard à la neige qui s'annonce et au siège de Paris organisé, soit par Issy, soit par Bercy, par des paysans mouton-contribuables enragés à chaperon ou bonnet rouge, ou pas.

Demain, le loup (hou ! — comme chantait Serge, Reggiani, pas Lama-Delon) va (peut-être) entrer dans Paris...


À suivre.

 

Référence : Des Loups et des Hommes, Daniel Bernard, Éditions De Borée. Septembre 2011, ISBN : 978-2-8129-0442-4.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Loups et loups-garous

Repost 0
Commenter cet article

la Mère Castor 21/11/2013 11:32


on attend la suite avec impatience, l'histoire des loups est passionnante.