De l’avion Solar avec son iCul volant et consécutif

Publié le 10 Juillet 2010

VinciMachineVolante.jpgVotre corps, d’une extrémité d’aile à l’autre, n’existe que dans votre pensée qui lui donne une forme palpable. Brisez les chaînes de votre pensée et vous briserez aussi les chaînes qui vous retiennent prisonnier... (Richard Bach, Jonathan Livingston le goéland)

Le 7 juillet dernier, l’avion solaire, Solar (1) à réussi son premier vol de nuit (Saint-Exupéry doit être heureux, vibrant, comme Icare, dans leur tombe d’eau et de corail)
Ses concepteurs, Bertrand Piccard (encore un Picard !) et André Borschberg, deux professeurs Tournesol (c’est le cas de le dire ou jamais) veulent aller plus loin et plus longtemps avec leur machine volante, leur char attelé à une étoile — notre étoile, le soleil, car ils envisagent en 2013 de faire le tour du globe — notre planète — avec.  
Belle entreprise, riche idée, génial exploit que cet avion mu par l’énergie solaire et qui est en quelque sorte, l’anti-mythe d’Icare.
L’aventure d’Icare, fils de Dédale le concepteur du labyrinthe du même nom où fut enfermé le terrifiant taureau-garou, le Minotaure, se termina très mal par contre.
Néanmoins, j’ai toujours été fasciné par cette légende (j’écris «légende» plutôt que «mythe» dans la mesure où dans cette affaire, aucun dieu de l’Olympe ou d’ailleurs n’est intervenu pour ne pas sauver ce pauvre Icare ou pour l’enfoncer d’ailleurs) (2)
L’histoire d’Icare, cet oiseau-garou, ce Prométhée en herbe par procuration aussi, n’est qu’une histoire d’homme.
Une histoire européenne, antique, éducative en diable, le conte primitif d’un vieux rêve enfin, sommes toutes, bien humain, et c’est pourquoi je la considère un peu comme un de ces «archi-mythes» fondateurs de notre belle civilisation occidentale (ou pas) (3)

L’avion Solar qui a la même envergure qu’un A340 (64 mètres d’ailes bourrés de cellules photovoltaïques) n’est cependant pas près de faire une concurrence grave à Airbus, Boeing ou autres (car il y en d’autres, si, si) Il ne pèse en effet pas plus de deux tonnes et n’admet qu’un seul passager qui accessoirement doit tout faire (pilote, hôtesse, navigateur, radio, surveillant de grille-pain, mitrailleur, mécanicien, décapsuleur de 1664, de Leffe et pirate de l’air quand il s’ennuie parfois dans la nuit)
Ce n’est qu’un prototype encore ; un chic type, certes, mais pour longtemps proto et il le restera bien après que les A840 ou les 947 n’aient plus une goute de kérosène  n°5  à  se mettre sous les aisselles. (Quelques poignées d’années, en fait, à ce que prophétisent les moins pessimistes)
Cela étant, nous aurons toujours à puiser dans le passé pour dépoussiérer quelques inventions de derrière les fagots et pas piquées des vers, telle la machine volante de notre bon Léonard (da Vinci, pas Cohen) qui, il y a déjà près de cinq siècles, marchait à l’huile de coude (comme celle d’Icare) et non pas à l’huile de pierre (ou pétrole, pour les cancres las qui s’envoient shootés en l’air au fond de la blogosphère) ou encore à l’huile solaire comme aujourd’hui, en Suisse, avec le Solar à soleil pistonné.
Je pense donc que quand il n’y a aura plus de pétrole — qui, soit dit en passant, est aussi naturel qu’un boulanger, l’air, l’eau ou le soleil — les A1340 pourront encore voler avec un peu de solaire et grâce surtout au pédalier que chaque passager aura sous les pieds et qui activera les hélices.
On pourra y rajouter des rames (pour les décollages)
On a tous notre galère hein !
Sacré Léonard.

Enfin, pour donner le moral à tout le monde, je vais me retirer quelques heures dans mon labo pour vous trouver en un tournemain, une énergie fiable, puissante, profuse, pas cher, inépuisable, sans OGM, sans sucre, sans alcool, sans colorant sans édulcorant, sans additif, sans odeur, sans saveur et grâce à laquelle on pourra tous s’envoyer en l’air pour des cierges et des siècles, ah mais !
Ce sera un truc quantique, sans nul doute.

Si le Solar te fait la nique, gare
Au soleil ne t’égare
Pauvre Icare


Notes :
1) Pour tout savoir sur l’avion solaire Solar, demandez à monsieur Google, bande de fainéants.
(2) Lire mon magnifique génial poème sur Icare
(3) Sur l’origine du mot «Europe»

 

Illustration :
Leonardo da Vinci (1452-1519) Machine volante (vers 1487) pointe de métal, crayon et encre sur papier (235 x 176 mm) Institut de France, Paris, Europe.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Nature & sciences

Repost 0
Commenter cet article

volant 23/09/2014 13:29

Avez-vous trouvé cette énergie fiable alors? :-) Des japonais il y a quelques mois ont créé une moto qui se meut grâce aux eaux usées des toilettes, traitées et compressées pour servir de carburant...j'espère que votre énergie sera un peu plus "sexy" ^^

iPidiblue les pattes en l'air 11/07/2010 12:54


Ah ! oui, oui vivement l'an trois mille où dix milliards d'avions Solar dans les airs obscurciront le soleil toute la journée ... avec des pervenches-libellules qui foutront des papillons à ceux
qui n'auront pas payé le parcmètre avant de garer leur merveille volante à la Tour Eiffel.


Martin-Lothar 16/07/2010 21:38



iPidiblue : on se calme,on se calme, ce n'est pas hier la vieille non plus hein !



monsieur 10/07/2010 22:17


on sent bien ce qui vous secoue, vous, espèce de fantasque loup volant.
Je trouve votre article très beau, mais n'auriez-vous pas pu mettre la chute d'Icare faite par Brueghel?


Martin-Lothar 16/07/2010 21:37



Monsieur : En cherchant bien dans le foutoir de ce blogue, vous trouverez cette chute de maître Brueghel... (enfin, si je m'en souviens bien) Il y en a une autre aussi, d'un autre, moins connu.