Citation — Jules Renard, Journal

Publié le 3 Avril 2014

 

VallottonJulesRenard.jpg

J’ai trouvé ça au fond de ma tanière, parmi les feuilles et les ossements :

« La crainte d’une chute, voilà ce qui suffit à un ministre pour faire égorger des milliers d’hommes »

« — Quand j’étais ministre de l’Intérieur… — cela fait bien, au départ d’une phrase. »

(Jules Renard, 1864-1910, Journal)

 

Note : nous connaissons tous Jules Renard, ce gars roux et garou, comme l’auteur du roman (très autobiographique) intitulé : « Poil de Carotte », mais hélas, trop peu de gens le connaissent comme « journaliste intime » et grand chasseur et tueur à balles d’aplomb et poudre d’ironie de « modernes conneries » en tout genre.

Un fin limier des bêtises et des ridicules des « grands » de la politique, du théâtre, des arts et de la littérature d’hier et par contrecoup, d’aujourd’hui du reste, et c’est bien là toute la magie de ce Jules.

Les Rimbaud, Verlaine, Maurras, Hugo, Goncourt, Barrès, Wilde, Daudet, Flaubert, Mallarmé, Zola, Guitry, Courteline, Toulouse-Lautrec, Allais, Rostand, Claudel et toute la clique de la « Belle Époque » (ou pas) se voient aligner sur le champ de tir pour se faire tirer… le portrait ! Et parfois, on aimerait mieux être ailleurs, bien que ce soit le plus souvent très rigolo et toujours étonnant (lire sa relation d’un duel opposant deux crétins mondains du genre BHL et Attali et auquel il assiste en compagnie de Paul Gauguin, notamment).


Je précise que la seconde citation fait méchamment allusion à un auguste trou-du-cul ministériel de l’intérieur de je ne sais plus quelle république française et que je ne nommerai pas parce qu’il est heureusement mort et oublié ad vitam aeternam, celui-là (RIP).

À lire d’urgence le Renard, surtout par les temps où il courut (ou pas) et qui en France, tout au moins, semblent toujours avoir cours plus d’un siècle après.

Bon sinon, je me demande si je vais toujours intituler ce blogue : « le Manuel de Survie » ou le faire valser, compte tenu des blagues courant sur un autre « Manuel » (de mort certaine aux dires d’aucuns — ou d’autres Jules)

On t’aime vieux Renard, reste avec nous !


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Jules Renard

Repost 0
Commenter cet article