Citation — Cormac McCarthy

Publié le 7 Juillet 2012

CormacMcCarthy« Voici quelques temps j'ai lu dans le journal que des enseignants sont tombés sur un questionnaire qui avait été envoyé dans les années trente à un certain nombre d'établissements scolaires de tout le pays. Donc ils ont eu entre les mains ce questionnaire sur les problèmes rencontrés par les enseignants dans leur travail. Et ils ont retrouvé les formulaires qui avaient été remplis et renvoyés par des établissements de tout le pays en réponse au questionnaire. Et les plus gros problèmes à signaler c'étaient des trucs comme parler en classe et courir dans les couloirs. Mâcher du chewing-gum. Copier en classe. Des trucs du même tabac. Alors les enseignants en question ont pris un formulaire vierge et ils en ont imprimé un paquet et ont envoyé les formulaires aux mêmes établissements. Quarante ans plus tard. Voici quelques-unes des réponses. Les viols, les incendies volontaires, les meurtres. La drogue. Les suicides. Alors ça m'a fait réfléchir. Parce que la plupart du temps chaque fois que je dis quelque chose sur le monde qui part à vau-l'eau on me regarde avec un sourire en coin et me dit que je vieillis.  Que c’est un des symptômes. Mais ce que je pense à ce sujet c’est que quelqu'un qui ne peut pas voir la différence entre violer et assassiner des gens et mâcher des chewing-gums à un problème autrement plus grave que le problème que j'ai moi. C'est pas tellement long non plus quarante ans. Peut-être que les quarante prochaines années sortiront certains de leur anesthésie. Si c'est pas trop tard. »

(Cormac McCarthy, toujours né en 1933, No Country for old men, chapitre VII)

 

Note : Sur le fond, je n’ai rien à ajouter. Sur la forme, je n’ai rien ajouté (le traducteur de l’étasunien au français — gloire à lui — se nomme François Hirsch.)

Celui qui nous cause-là, est un sheriff  du Texas (je crois) qui a pour nom : Ed Tom Bells (Cloches). Il est un des sept personnages-clé de l’avant-dernier roman de McCarthy, publié en 2005, entre « Cities of the plain » et « The Road, la Route », et qui est à mon avis, la clé de tous les romans précédents. Mais j’en reparlerai.

Si les démons et autre Anton Chigurth ne le mangent pas, Cormac McCarthy aura 80 ans l’année prochaine. Je ne crois pas, hélas, que ce soit l’âge et le bonhomme idoine pour les jeunes cons assassins (hashi-chiens) de la littérature contemporaine et autres membres vaselinés de jury, Nobel ou pas, mâcheurs de chewing-gum ou non et qui dans quarante ans s’en mordront encore les doigts parce que ça sera trop tard. Bien fait pour eux.

Tout fout le camp, même les pionniers.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

werewolf 08/07/2012 09:49


Je ne sais si son heure a sonné, mais pour avoir écrit ça, il a du se faire sonner les cloches !

Martin-Lothar 09/07/2012 21:29



Werewolf : je cite : "il a du se faire sonner les cloches". Carrément mis à la poubelle, tu pourrais dire hein... Heureusement que le ciné est là un peu... Moi, je ne l'oublierai jamais le
Cormac.