Cannes narre aux navets

Publié le 26 Mai 2010

Je suis furieux ; je suis révolté ; je suis ulcéré, déçu, frustré, désenchanté ; je suis même zoutré grave.
Le festival cinématographique de notre bonne ville de Cannes (Europe) a en effet méprisé profond mon génial film « du miel pour les ours »
non seulement, ce minimétrage n’a eu aucun prix, mais il n’a jamais été évoqué par le jury ou encore les festifs veaux qui trainaient leurs mocassins dorés sur la Croisette.

C’est honteux ; c’est une insulte à l’art ; c’est une injure à mon génie !

Bon d’accord, il n’avait pas été sélectionné ni même proposé à la sélection, et le génie n’a pas de prix, mais ce n’est pas une raison, na !

Au lieu de ça, c’est un film même pas européen qui a eu le napalm d’or et je ne m’en souviens ni du titre, ni du nom du réalisateur qui est à coucher dehors (son nom, pas le bonhomme)
Je n’ai pas vu ce navet pistonné au politiquement correct, mais selon les premières victimes de sa projection, ce serait aussi long et chiant qu’un film de Duras — il fallait le faire hein !

Moi, qui ai dépensé tant de temps, de santé et d’argent pour réaliser cet archi chef-d’oeuvre de toute l’histoire du cinéma qu’est « le miel pour les ours » ; moi, qui me suis pressé les neurones, les manettes et même le reste du ciboulot pour écrire un scénario passionnant et des dialogues étourdissant d’humour et de spiritualité ; moi qui ai composé une musique originale et ultra contemporaine que même Phillip Glass, les Pink Floyd ou encore Bach en sont jaloux, je le sais, je le sens.

Tant pis pour eux, je vous le dis !
Dorénavant, je les méprise ces nuls de la bobine. Qu’ils aillent se faire projeter et palmer au diable !

Pour ceux de mes lecteurs de tout âge, poil, sexe, horizon et statut qui n’ont pas assisté à la première de « du miel pour les ours », ils peuvent s’en payer gratos la projection en continu en allant voir par ici.

Je suis zoutré.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

myrtille 27/05/2010 10:33


Eyjafjallajökull, il s'appelle, le palmé, je crois bien.

Mais tu t'en fouuuus, keski compte ? Un ramasse-poussière en plaqué, ou l'admiration de tes lecteurs, heingg ?


Martin-Lothar 28/05/2010 21:16



Myrtille, la tortue-garoue : N'astique pas trop ma modestie, en ces moments de galère, elle est souvent hargneuse... (bises à toi et à ton engeance)



petiterenarde 26/05/2010 21:34


Et pourtant , vous étiez prêt à monter les marches, hein ! : les lunettes noires et le chapeau d'Albert auraient fait un carton ...


Martin-Lothar 28/05/2010 21:12



Petite Renarde : Un carton ? Voire un tabac oui ! Un loup en rayban et un ours (en peluche) à béret basque, le top de chez top quoi. Quelle bande de ... Festifs mais nul à ch... (Bises)