Archéologie viking

Publié le 21 Janvier 2011

 Varulf, un frère loup viking (tendance danoise — je rappelle aux cancres las qui s’ipadent béats au fond de la blogosphère, que le mot danois « varulf » est l’équivalent de l’anglo & saxon « werewolf », du picard « leu-warou » et du français « loup-garou ») m’a envoyé, il  y a quelques jours, un lien vers un site ouèbe (qu’il a d’ailleurs réalisé avec tout le talent que je lui connais en la matière) dédié à une association archéologique regroupant nombre de ses voisins danois (humains, pas chiens, hein !) qui s’occupent passionnés de rebâtir une ville viking  nommée Sebbersund (près de Nibe et d’Aalborg, dans la presqu’île danoise et continentale du Jutland — CF pour situer, la carte ci-dessus : le « A »)

Sebbersund-copie-1.jpg

Bien évidemment, ce site étant en danois, hélas, pauvre Yorrick, j’ai demandé à Varulf de me fournir quelques précisions (reproduites ci-après) en bon français bien de chez nous, pour vous aider à mieux comprendre les belles photos que vous pourrez y voir (onglet « foto »)

J’ajoute que je prépare des billets dédiés primo, aux Vikings (« peuple », s’il en fut, aussi mal connu que maltraité) et secundo, au hareng, poisson basique, antique et traitable à toutes les sauces, sans aucune vergogne.

 

Place à Varulf :

EgliseSebbersund.jpg

Au pied de la colline de Saint Nicolas à Sebbersund, il y avait à l'époque des Vikings un grand centre commercial entre l’an 700 jusqu’à l’an 1100 (après J.C.)

Il y a des traces d'environ 300 huttes dans lesquelles des tisserands, des forgerons de fer, bronze, argent et orfèvres ont eu des ateliers. Certaines des trouvailles peuvent être vues au musée de Lindholm høje.

Les fouilles montrent qu’à la fin des années 800, il y avait au moins 2 églises et un cimetière avec des traces de 1000 tombes. Les plus anciennes étant celles de Chrétiens anglais.

 

L’Association « Vikingebyen i Sebbersund » (La ville viking de Sebbersund) travaille pour la reconstruction d’une « stavkirke » (église en bois) sur place, ils entretiennent une salle d'exposition et font continuer les fouilles.

 

Nous diffusons les connaissances et nous contribuons à l'intérêt pour la ville par la reconstruction de maisons Viking et l’organisation de journées d'activités dans des ateliers recomposés.

 

Les autres pages du site sont réservées aux activités, aux photos, entre autres des photos de la reconstruction d'une maison (le plus intéressant pour les incultes qui ne causent pas le viking), au projet de reconstruction du village et de l'église. Et aussi les arrêtés judiciaires sur la classification aux monuments nationaux danois. On a classé environ 63 ha et on va détruire une route qui traverse l'endroit (L'église sera en fait au milieu de la route actuelle !).

 

On a retrouvé des preuves de chrétienté à cet endroit, probablement venues avec des moines irlandais arrivés sur des drakkars avec les commerçants vikings. Ces bateaux passaient par l'ouest du Limfjord qui était ouvert sur la mer du Nord.

Cela a changé l'histoire du Danemark parce que l'on croyait que ce pays avait été christianisé beaucoup plus tard. Christianisé d'ailleurs par un moine amiénois, Ansgar (ils ont vraiment foutu la merde partout, ces chtis !)

 

D'après Saxo Grammaticus, le Limfjord s'est refermé aux environs de 1200. Cela expliquerait la disparition de Sebbersund car la voie maritime pour le commerce avec les îles Britanniques fut coupée !

Ce site viking est un régal pour tout archéologue: comme la ville s'est éteinte presque du jour au lendemain, rien n’a été construit dessus, comme dans presque tous les sites archéologiques où une ville s'est développée.

 

C'est la ville voisine, Nibe qui a pris de l'importance. Le fjord étant fermé, la salaison de l'eau a diminuée, ce qui fait que les harengs ont trouvé l'environnement ad hoc pour leur reproduction. Ils ont envahi le fjord et la baie de Nibe est devenue l'endroit idéal pour la pèche aux harengs, les Nibenites les ont salés et vendus à la Hanse Teutonique de Hambourg. Pendant des siècles, Nibe fournissait seule toute l'Allemagne du nord en harengs salés. Ils sont devenus très riches, (les Nibenites, pas les harengs !). A la réouverture du fjord, les harengs disparurent du jour au lendemain ! Alors, hein, votre réchauffement climatique, il n'a rien inventé ! Et les Nibenites, firent la queue à l'agence pour l'emploi, comme tout le monde.

 

Le fjord s'est donc rouvert le 3 février 1825 après une tempête, ainsi relié à la mer du Nord. On parle beaucoup en ce moment de le refermer avec un barrage  doté d'une écluse, parce qu'il y a de plus en plus d'inondations sur ses rives, notamment à Løgstør et, aussi, à Sebbersund.

Le Limfjord est connu pour ses moules (Mytilus edulis) et ses huîtres de taille exceptionnelle.

 

En illustration, une photo collage que j'ai faite en plaçant une maquette au 1/10 à l'endroit et à l'orientation exact où l’on a découvert les traces de l'église et où elle sera reconstruite. La maquette a été faite par des membres de l'association et se trouve au musée de Nibe.

 

Fin de ulf

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article