Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Anne-Marie V.

15 Septembre 2010 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Loups et loups-garous

Si je me refuse à me vitriner virtuel sur fesse bouc, je suis inscrit depuis belle lurette sur le site de « réseautage social » (comme on dit maintenant avec un parapluie où je pense) dénommé « copain d’avant »

Pour ceux qui ne connaissent pas (ils doivent être rares et un peu mou du net hein !) c’est un site permettant de retrouver tous ses anciens copains, amis (ou ennemis) intimes de tout sexe, âge, poil et horizon, que l’on a fréquentés plus ou moins violemment et volontairement, durant 1 heure à 150 ans, dans des lieux aussi publics que l’école, le collège, le lycée, l’armée, l’université, l’X, l’ENA, Normale Sup, le club des Poètes Atomiques Français ou encore l’Ordre Templier & Fractal des Dénoyauteurs de Pastèque.

Bref, ce site permet de retrouver des gens « perdus de vue » que l’on a semés au bon ou au mal gré du courant tranquille ou bouillonnant du long fleuve de notre vie de loup, de berger, de mouton ou de chien.   

 

Pour tout vous dire, je n’ai pas hanté souvent « copain d’avant » et quand un message m’alertait de la nouvelle inscription d’un « éventuel ancien copain pouvant correspondre à mon profil » c’était pour découvrir trop souvent un nom qui certes, me disait vaguement quelque chose, mais auquel je ne pouvais raccrocher un quelconque pan de souvenir, ou trop peu.

 

Quand, très rarement, j’en ai reconnu un, ma timidité maladive et ma haine de moi-même m’ont aussitôt ordonné de le rejeter dans la fosse de l’oubli, si bien qu’au bout de quelques années, je me suis complètement désintéressé du site en me convainquant, tel ce pauvre Rutebeuf, que tous mes copains du temps d’antan avaient disparu dans le vortex de la foule des anonymes ou avaient été balayés par le vent mauvais de l’inexorable mort.

 

Je dois préciser cependant que ce n’est pas par nostalgie que je me suis inscrit au site, mais par une curiosité quasi scientifique, philosophique, en un temps et un âge où j’avais mis ma vie en perspective pensant y trouver un sens ou un non sens quelconque.

J’étais persuadé qu’une telle anabase (comme disait saint Jean Perse) et l’expérience de retrouvailles « d’anciens vieux enfants » devenus adultes (comme moi ?) me permettrait de prouver certaines lois relatives à la personnalité et au caractère de l’individu.

Je pense toujours en effet, que la vraie personnalité d’un être humain se forge – presque que complètement et à jamais – en une poignée d’années (de 10 à 15 ans, environ)

Au-delà (de 15 à 25 ans, voire 30) c’est son caractère que se tempère ou tempête comme son corps ne cesse d’évoluer et son cerveau de durcir en s’organisant, plus ou moins contraint de l’intérieur ou de l’extérieur.

Après, tous tes os seront enfin soudés, tes neurones reliés et tu seras éventuellement un homme, mon fils, avant d’être un parfait, poussiéreux et inutile squelette…

 

Quel que soit notre destin, notre condition, notre âge, nous gardons, jusqu’à la faucheuse, la même personnalité, la même lame, la même « âme » que celle que nous nous sommes forgée au sortir de l’enfance, durant nos premiers pas solitaires dans « notre labyrinthe » ; le reste n’étant qu’une question de carte, de boussole, de fil d’Ariane ou de signes.

C’est finalement et surtout par la lecture de blogueurs de tout sexe racontant leur enfance entre deux billets d’adulte que j’ai pu vérifier cette loi.

 

Et puis, j’avais complètement oublié cette anabase et les « copains d’avant » jusqu‘à quelques mois, où je reçus via le site, un message d’une certaine « Anne-Marie V. » une copine de la sixième à la terminale.

Alors là hein, j’ai fait un bond sur ma chaise, je vous le dis !

Parce que l’Anne-Marie, ce n’est pas le genre de « nana » qu’on oublie : intelligente, efficace, fiable, franche, directe, rigolote, cool, mais surtout, sympa comme pas croyable.

Ni pin-up à claquer, ni boudin grognon, mine de rien, elle savait les mener par le bout du museau les matous et les loupiots de la classe hein ! Et nous, on aimait ça ; et nous on aimait Anne-Marie, voilà…

 

Il y avait aussi une photo de notre classe de troisième (moi, je n’en ai pas) et des années après, j’ai pu à ma grande surprise, mettre un prénom et un nom sur la quasi-totalité des visages (trop fort !)

 

Enfin, il y a quelques jours, j’ai encore fait un bond, car j’ai découvert avec bonheur horreur qu’Anne-Marie s’était abonnée à ce blogue début août !

Par mail, elle m’en a causé : j’ai retenu ces deux mots : humour et dérision.

C’est tout moi ça, c’est vrai : quantique depuis chez Tout Petit.

 

Bienvenue Anne-Marie sur ce blogue de fou et surtout, n’hésite pas à me commenter hein ! Et puis, je te conseille d’aller visiter aussi les blogues de l’arachnide Ennairam (en lien aussi à droite, pub) parce que quand je l’ai rencontrée en réel de chez Live, il y a cinq ans, j’ai immédiatement pensé à toi (va comprendre…)

 

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nitie 18/09/2010 09:35


La haine de soi...

Je suis peut-être bête et sans doute, ridicule, mais je n'arrive pas à appréhender intellectuellement cette haine de soi. Comment est-ce possible de ressentir et d'affirmer un tel sentiment envers
sa propre personne ? Est-ce une dérision, un degré x d'humour dont je n'ai pas l'accès ?

Sinon, j'apprécie vos textes sans pourtant avancer tout comprendre :o)

Et puis, j'aime beaucoup l'inspiration offerte par l'image du philosophe et son loup. Plus que n'importe quel bel énoncé, elle exprime une simple vérité : l'amour hors soi est seule, idéalité...


Martin-Lothar 18/09/2010 14:48



Nitie : Bienvenu(e) Déjà votre commentaire commence vraiment mal : "je suis peut-être bête" sic. Nous sommes TOUS bêtes, ah mais ! Puis, vous semblez intégrer le mot "haine" dans l'ensemble I de
l'Intellect (soit donc, dans la Raison cartésienne) non ? Dans l'affirmative, c'est une grave erreur, padawan Nitie, surtout qu'il s'agit de ma haine à moi et pas à un autre (non mais sans
blague) et j'en fais ce que je veux.


Par ailleurs et enfin, si j'admire plus que tous René Descartes, c'est qu'il fut (sans le savoir) un des fondateurs de la philosophie quantique dont je veux être le Platon, sinon le Socrate (vous
voyez que, quand je veux bien, j'arrive à m'aimer — un peu... Merci à vous et à bientôt.



werewolf 17/09/2010 20:14


@Martin Lothar: Non ! pas lu dans le texte, mais (mal) traduit, oui ...


Martin-Lothar 18/09/2010 14:36



Werewolf : pff ! la traduction est un art, c'est vrai. Même plus de prof de Grec pour aller se faire voir. Pôvres de nous...



werewolf 17/09/2010 18:40


L'anabase rend zen, au fond ! (pas pu m'empêcher..je sors..)


Martin-Lothar 17/09/2010 19:40



Werewolf : oh là, c'est du lourd en effet. Mais tu sais que j'adore ça !  Il faut un peu de Grèce pour comprendre. Tu es allé sur Wiki ? Cela étant, je te soupçonne d'avoir lu l'Anabase de
Xenophon (et dans le texte en plus) A+ min fu.



TG 17/09/2010 18:30


Vous avez raison de penser que la personnalité d'une personne se forge très tôt… 10 ou 15 ans ; j'aurais dit 5 à 8 ans, qu'importe.
Voyez pour moi par exemple : à 5 ans j'étais déjà idiot…


Martin-Lothar 17/09/2010 19:37



TG : arrêtez de vous faire du mal. De toute façon, vous le savez, j'ai été idiot avant vous. Na !



monsieur 15/09/2010 21:08


La citation en italliques (est-ce une citation ou une création maison?...) est absolument fantastique.
Désolé, un peu prompt à réagire pour finalement pas en dire beaucoup.


Martin-Lothar 17/09/2010 19:36



Monsieur : Oui, c'est fait main et par la maison Martin Lothar pour sa nouvelle ligne "le manuel de survie" (deuxième leçon — à paraitre chez Pas Quand) Cela étant, j'invite un artiste tel que
vous à méditer sur le squelette qui est avec l'âme... Mais bon, j'en reparlerai... PS : je vous rappelle que vous êtes chevalier loup-garou et que dès lors, vous êtes ici chez vous.