À propos des contes à ressorts

Publié le 25 Novembre 2011

« Par ce temps pourri, il ne faut pas perdre le nord et rester à des résumés clairs et précis. Est-ce que l'on sait si on a ou si on aura encore une rose des vents ? […] Je crois que ce qui importe c'est d'être un joyeux pessimiste. » (Jean Giono)

 

La « crise » (annoncée depuis des lustres, mais bon) qui n'en finit pas de commencer, m'obligeant de m'accrocher grave aux rames de la galère de mon boulot, m'empêche de me consacrer à ce blogue. Partant, je n'ai pas le temps d'y faire grand-chose et notamment, de terminer la rédaction d'un trente et unième spectre que dame Berthoise (en lien aussi à gauche, pub) m'a sommé d'écrire (avec menaces de mort à la clé en plus, si, si)

Toutefois, pour la faire patienter comme les autres, j'ai eu l'idée de sortir de derrière les fagots, parmi les feuilles mortes et les ossements, un conte inédit, écrit il y a plusieurs mois en pensant qu'il pût être le premier d'une nouvelle série intitulée « les contes à ressorts » et ce, eu égard tant à leurs fonds des plus « déjantés » de chez Pétage de Plomb Unlimited qu'à leur structure « à ressorts » voire à chausse-trappes prévues ou pas.

Bref, autant de couloirs surprenants et comiques d'un joyeux labyrinthe où j'espère que vous aurez le plaisir, la jubilation de vous perdre en toute confiance.

De plus, chacun de ces contes, toujours très longs, sera publié en feuilleton quotidien (ou pas, selon mes disponibilités) et il serait rigolo d'imaginer que vos éventuels commentaires sur un épisode puissent influer un tant soit peu la suite du récit ou ressurgir comme un diable à ressort en tout ou partie dans le texte des épisodes suivants ; ou même qu’un des personnages soit votre avatar dans une de ces folles histoires de fous (à mon gré et sous réserve encore de mon agenda)

En outre, dans chacune de ces histoires « abracadabrantesques » (merci Arthur — le poète, pas le roi) apparaîtra un ou plusieurs personnages ou objets ou que sais-je encore que l'on retrouvera plus ou moins dissimulés dans d'autres contes. (Il s'agit en effet de construire ou de tracer in fine, le plan d'un authentique labyrinthe, même s'il est plus que délirant et que tel un Minotaure enfin heureux et à jamais à l'aise dans ses baskets sabots, je n'ai plus l'envie d'en sortir, même pour tout l'or du monde.)

Je vous aurai prévenus ô chers lecteurs trop gâtés hein ?


Bientôt donc, le premier conte à ressorts.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Contes du Labyrinthe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ESTHER 01/12/2011 12:55


Je m'inscris ... on signe où ?

Martin-Lothar 02/12/2011 23:24



Esther : on ne signe jamais ici. On prend son billet pour Marseille-Paris en commentant. C'est tout.



Berthoise 27/11/2011 10:49


Y'a pas, je suis gâtée. Mais pas comme les fruits, hein. Gâtée dans le sens vernie.

Martin-Lothar 27/11/2011 19:57



Berthoise : non, tu n'est pas ni gâtée, ni vernie : tu es une louve. Fonce, fonce ; ne te retourne pas, fonce droit devant. Tu es une louve. Ne t'inquiète pas, nous sommes tous derrière toi.
Fonce ! Courage et mille bises.