ICul du 14 juillet avec contrepet tard et consécutif

Publié le 14 Juillet 2009

Vous ne voyez pas le drapeau, mais mon nichon,
Je dis « marchons » ; vous pensez « couchons »,
Cornichons !

Pensée du jeune Gavroche loin de la débandade : « Même si j’en suis cané et plein de poux, avec elle, je viderai bien mes douilles dans sa bastille »

Illustration : Eugène DELACROIX (1798-1863) La liberté guidant le peuple (1830) Huile sur toile (260 x 325 cm) Musée du Louvre, Paris, Europe.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup, #iCuls & haïkus, #Quantisme

Repost 0
Commenter cet article

muriel 20/07/2009 00:15

Rohhhh...c'est qu'ils sont faciles à émouvoir les messieurs. Une paire de seins et hop!

monsieur 19/07/2009 21:06

Des seins fulligineux. Un dessin à se damner.
Je trouve votre jeu de mot très riche et j'approuve.

Tippie 19/07/2009 10:44

Arf! "Pour les sEIns" !

Tippie 19/07/2009 10:43

Je suis d'accord avec Prax, pour les siens.

~

C'est une étude de tableau assez... euh, osée.

Prax 17/07/2009 11:59

Faut quand même reconnaitre que les seins sont magnifiques

Flivo 17/07/2009 11:04

Herméneutique des douilles et mémoires des cultures

Flivo 17/07/2009 11:04

Herméneutique des douilles et mémoires des cultures

muriel 14/07/2009 22:38

Je crois bien que j'ai compris aussi.

Martin-Lothar 15/07/2009 21:47


Muriel : Alors, heureuse ? (bises)


Berthoise 14/07/2009 21:49

Je crois que j'ai compris ce que pense Gavroche.

Martin-Lothar 15/07/2009 21:46


Berthoise : De la pensée à l'acte, il y a bien des révolutions non ?