D’une horloge hélas non quantique

Publié le 18 Juin 2009

Hier soir, je suis arrivé en avance à mon train du retour, dans lequel, en attendant son départ prévu à 20 H, je me suis affalé sur une des banquettes pour y fermer mes yeux fatigués de plusieurs heures d’écran…
Je ne me suis pas assoupi, mais un instant plus tard, j’ai voulu vérifier l’heure et, rouvrant les yeux, j’ai jeté un œil (que j’ai récupéré ensuite, rassurez-vous) par la vitre du wagon  et j’ai alors aperçu le cadran d’une horloge indiquant 16 heures !

C’est une de ces horloges de quai, analogique et à trois aiguilles, mais sans chiffres.

Je me suis incontinent dit que cette pendule de la SNCF était « hors service » ce qui n’est pas en soi inquiétant, ni surprenant de la part de cette honorable société au demeurant aussi tarée que vertueuse — pour dire les choses comme ça.

Ma vieille et fidèle montre (à deux balles de chez Nippon) me confirma illico voire presto, tout juste 20 heures et regardant de nouveau notre horloge citoyenne, j’ai eu le choc d’apercevoir l’aiguille des secondes trotter à rebours !
Oui, oui, cette horloge SNCF marchait bien, mais elle marchait à l’envers, à l’inverse des aiguilles d’une montre bourgeoise, prolétaire, normale, numérique, analogique ou de luxe ou pas !
J’ai cru apercevoir une horloge enfin quantique !

Tout cela se passa en quelques secondes hein !

J’ai vite réalisé que mon regard était en fait et d’abord passé au travers d’un miroir placé dans la continuité de la fenêtre du wagon ; une vitre qu’il reflétait et répliquait avec tout son tutti de chez quanti — mais à l’inverse, comme tout bon miroir qui se respecte !

Cette horloge ne tenait rien du quanta finalement ; elle ne me rajeunissait pas ; elle n’allait pas « contre le temps » et, pour tout vous avouer, si le contribuable que je suis fut rassuré, l’homme que je reste en mourra déçu.
Mais bon, j’ai d’autres ressources et d’autres espoirs quand même…

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

zigmund 21/06/2009 22:23

suffit de demander :=)http://www.youtube.com/watch?v=5Vi7buTx_JE
(j'espère que le lien fonctionne-il y en a d'autres)

Martin-Lothar 22/06/2009 21:34


Zigmund : Merci, j'ira voir ça demain, parce que je dors déjà !


anita 21/06/2009 20:55

Les aiguilles tournaient-elles de droite à gauche ou de haut en bas?

Martin-Lothar 21/06/2009 22:24


Anita la baleine garoue : Bonne question, mais j'ai peur que le temps n'ait aucun sens, ni hiérarchie en fait. Allons savoir ?


zigmund 19/06/2009 17:47

je comprends votre déception...
suis fan d'illusions d'optique.(ma préférée du moment est un mirascope je vous trouve le lien si vs voulez)

Martin-Lothar 21/06/2009 22:04


Zigmund : Chiche !


Prax 19/06/2009 16:50

Quel besoin aussi de vouloir vérifier une heure que tu connais déjà ? Tu ne peux pas essayer de regarder sous les jupes de ta voisine plutôt ?

Martin-Lothar 21/06/2009 22:04


Prax : Dans la zone où j'ai ma tanière, les voisines portent plutôt la burqa que la jupe. Ça tombe bien, j'aime beaucoup les paquets surprises !


Gothic inside 19/06/2009 13:35

Je me suis demandé un instant si tu n'étais pas tout simplement sur la voie 9 3/4 - ce qui ne me surprendrait nullement de ta part ; mais après avoir lu la fin de ton texte, j'en conclus qu'il s'agissait d'une légère crise de lewiscarrolite . Et tu seras ravi d'apprendre que c'est incurable !

Martin-Lothar 21/06/2009 21:55


Gothic Inside, My Lord, quel pseudo ! : Avant le premier café du matin, je suis toujours sur une voie 9 3/4 ! Un jour je vais m'égaré, c'est sûr !


Berthoise 19/06/2009 05:43

Les miroirs, les horloges et les cafetières. Je me méfie des cafetières.

Martin-Lothar 21/06/2009 21:52


Berthoise : Oui, tu as raison, les cafetières sont très ambigues...


Muriel 18/06/2009 21:27

Personnellement, je me suis toujours méfié des miroirs.

Martin-Lothar 21/06/2009 21:51


Muriel : A Lice ou ailleurs ?