Du big-bang et d’un autre verre en pyrex

Publié le 14 Mai 2009

Comme vous le savez (ou pas) le télescope Hubble se fait refaire un lifting à quelques 600 km au dessus de nos têtes.
Cette bonne et brave machine qui, depuis près de vingt ans, scrute le fond de notre univers — sinon la pensée de ou des dieux — était il y a peu vouée à la casse (l’abandon du moins) mais comme elle a rendu jusqu’ici de fieffés service et a permis de faire pas mal de belles découvertes, les Etasuniens ont décidé de lui donner du rab de service.
Il faut dire que cette grosse loupe nous aura fait voir pas mal de choses nouvelles, et des vertes et des pas mûres en plus.

Bon sinon, j’ai appris des dernières nouvelles de là-haut que notre univers aura quelques 14 milliards d’années aux fraises (et des brouettes en plus ou en moins) mais que nous ne pouvons voir sa photo que quand il avait seulement 330 000 ans où il était déjà un gros bébé braillard, chaud et agité enveloppé dans des langes noires.
Il serait né le jour du big-bang, mais cette information est encore à mettre au conditionnel car personne n’a encore jamais vu son certificat de naissance ni ses parents d’ailleurs.
De plus, il y a un litige sur l’identité de ces derniers sachant que plusieurs en réclament la création : Une foultitude de dieux, l’espace, le temps, le hasard, la nécessité et Toussa de chez Tout-plein.
Je ne rentre pas dans ce débat ni les détails hein !
On se demande aussi comment le petit Univers grandit et se développe : D’aucuns pensent qu’il est stable, grave et se refroidit lentement ; d’autres qu’il est en pleine croissance explosive et révolutionnaire du genre « j’en fous partout et le plus loin possible » et enfin, certains affirment qu’il se gonfle comme un gros soufflé au fromage sur lequel les galaxies ne seraient que de minuscules grains de sel perdus sur une croûte de matière noire et s’éloignant les unes des autres.

Cela étant, pas plus tard qu’hier, un de mes verres en pyrex a fait son big-bang dans ma cuisine et ce fut terrible !
Il m’a glissé des doigts pour tomber sur le carrelage ; il a rebondi une fois pour me passer entre les jambes et après j’ai entendu « bing, bang, bang et flop » dans mon dos.
Au second « bang » j’avais espéré entendre un « ding, ding, ding » décroissant et d’espoir, mais hélas ce fut un « flop » de très mauvaise augure.
En me retournant en effet, tout le sol de la cuisine était couvert de minuscules bouts de verre : Il y en avait partout, même sur la table.
Dieu était-il si maladroit ?


Illustration : Gerrit DOU (1613-1675, Leyde) Un astronome (1650-55) Huile sur toile (27 x 29 cm) Stedelijk Museum de Lakenhal, Leyde, Europe.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Nature & sciences

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

melusine 17/05/2009 23:02

!!!!!!!!!!!!!!!!!
les coincidences!!!!
un verre m'a échappé des mains ce soir,de pas tres haut.....j'étais à pattes par terre déjà...
je l'ai vu rebondir!!
en une fraction de seconde je me suis dit...faut que je le rattrape avant qu'il ne retombre...
et le fameux bruit,le second,celui du verre qui casse!!!!
mais pas en mille morceau le mien !!!
j'ai lu tes écrits.....
je suis toujours autant "happé" par tes mots qu'on ne lache plus quand on les attrape...eux....
:)

Martin-Lothar 18/05/2009 20:55


Mélusine : Les grands maladroits se rencontrent trop souvent ! BIses


Berthoise 15/05/2009 19:00

C'est pas possible aussi d'avoir deux mains gauches comme ça. On peut rien leur confier, ni aux dieux, ni aux loups.

Martin-Lothar 15/05/2009 19:42


Berthoise : Et s'il n'y avait que les mains, ma pôvre !


Prax 15/05/2009 17:14

Einstein avait donc tort : Dieu ne jouait pas aux dés mais s'enfilait des canons derrière la cravate et l'ivresse divine a été fatale au verre univers.

Martin-Lothar 15/05/2009 19:42


Prax : Le divin Albert était partisan de la première théorie (Univers stabilisé, calme, au bord de la sieste) ce qui d'aileurs colle très bien avec la relativité. Quant à Dieu, c'est vrai, c'est un
ivrogne comme moi et un bon pote de tournée de bistrots (chut, cette révélation ne doit sortir de l'enceinte de ce blogue, hein !)


monsieur 15/05/2009 11:25

Encore une note qu'on prend beaucoup de plaisir à lire... un plaisir cosmique.
Toute ces théories se valent, toutes sont séduisantes..
Conaissez-vous une chanson chantée des monty python, qui s'appelle "The Galaxy song" et dont émane un charme navrant?

Martin-Lothar 15/05/2009 19:38


Monsieur : J'adore les Monthy Python, mais je ne me souviens plus de cette chanson.


Gothic inside 15/05/2009 09:42

Tu nous gâtes toujours avec tes superbes tableaux ... aujourd'hui, un auto-portrait, chouette ! la barbe te va très bien ...

Martin-Lothar 15/05/2009 19:35


Gothic Inside (Palsambleu, quel pseudo) : Je ne fais que partager mes trésors de vieux loup de l'amer hein ! Je ne porte pas la barbe, tu le sais bien (!) d'abord parce que ça me gratte et surtout
parce que feue ma Môman me l'a interdit.


Saturnin+Abadie 14/05/2009 23:03

L'univers est en expansion mais heureusement qu'il y a les portes des étoiles qui nous permettent de visiter nos lointains voisins. S'il n'y avait pas ces maudits Goa'ulds, ce serait quand même plus agréable.

Martin-Lothar 15/05/2009 19:32


Saturnin : Ça va venir, fait moi confiance (j'ai des infos et des clés surtout !)


Leila 14/05/2009 20:55

pour la chute, je crois que la maladresse est existentielle...
Quant au rétrécissement-dilatation de l'univers, qui sait si, au fond, nous ne nous perdons pas tout simplement dans les soufflets d'un accordéon ?

Martin-Lothar 14/05/2009 21:19


Leila : Un accordéon, pourquoi pas. C'est plus mélodieux qu'un soufflé au fromage. C'est ce qu'on appelle la musique des sphères !