Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

La destinée d’Harry Potter (8/8) Epilogue

9 Mai 2009 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Runes

« Wit beyond measure is man's greatest treasure (L’Esprit est définitivement le plus grand trésor de l’Homme) J. K. Rowling, Harry Potter et les reliques de la mort.

Si vous avez manqué le début

Oui, je le reconnais, j’ai mis du temps à écrire et à publier cette dernière partie de ma saga « critique » sur la saga non moins critique d’Harry Potter, mais c’est sans doute parce que je sais trop que les meilleures choses ont hélas une fin et qu’à l’instar de la vie et de la mort, il ne faut pas trop se presser d’aller au bout des actes et des êtres.
J’aime Harry Potter, ce fait de littérature qui, en ces temps paumés, incertains et toujours barbares ne manque d’aucun rebondissement, d’horreurs, de clartés et surtout d’intelligence, de racines, de culture et d’âme dont nous manquons et que nous réclamons tous en fait depuis des siècles et des siècles, ah mais.
Pour tout vous dire, je n’ai pas été choqué outre mesure par le « buzz » que J. K. Rowling a provoqué en avouant à ses lecteurs qu’elle voulait « tuer » Harry Potter.
En fait, elle leur demandait sans doute ce qu’il fallait faire d’un tel « héros » et si telle était vraiment cela son intention, alors, chapeau madame Rowling !
Parce que si Harry Potter aura vieilli et donc vécu en même temps que ses lecteurs, comme je l’ai déjà écrit — et en littérature, ce n’est déjà pas banal, reconnaissons-le, l’écriture contemporaine a sans doute cette autre chance — et défi – de l’interactivité, de la participation, de l’imagination collective — même si ce n’est pas franchement franchouillard hein !
J’ai bien aimé l’intervention de Stephen King (bel écrivain et loup-garou que celui-là — j’en reparlerai) et de John Irving (je ne le connais pas trop) pour sauver le soldat Harry des griffes de la mort.
Sur la destinée d’Harry Potter je me suis exprimé (CF partie 7) je le croyais mort et j’ai perdu — à priori – car je ne suis pas certain que Rowling ne l’ait pas tué quelque part !

Harry Potter – Les reliques de la mort

Bon déjà ce dernier roman est inabordable (on n’y pige que dalle) si l’on a pas lu les épisodes précédents. Cela peut être agaçant, certes, mais tout compte fait, c’est pareil chez tous les auteurs petits ou grands (si une telle échelle existe) pour peu que leur graal nous intéresse un tant soit peu hein !
Il n’est pas recommandé en effet de lire « une saison en enfer » du divin Arthur avant de connaître par cœur (ou par chœur) le « bateau ivre » ou « sa première communion ».
De même pour le Marcel (Proust hein !) ou l’autre Honoré (de Balzac) il est conseillé de lire et relire leurs oeuvres de jeunesse parce qu’en vérité, je vous le dis, vous pourrez alors louper pas mal de fils importants pour ne pas dire des épisodes vitaux.
Mais bon, faites comme vous pourrez et surtout comme vous le voulez sachant que ce que je vous dis est valable pour tout plumitif, du nègre smicard oublié et suicidé au prix Nobel hyper médiatisé, français ou pas et encensé à tord, à mort ou à raison.

Pour ce qui est du style de ce dernier roman, il faut dire que les premières pages (en anglais ou en français) sont vraiment lourdingues… Pff ! Même si le contexte est brutal, voire violent, on soupire ; on s’ennuie…
Mais ça s’arrange très vite heureusement : Rowling se met alors à vibrer au diapason de son récit et la lecture devient très vite palpitante.
Car le récit de cet ultime épisode en ses multiples rebondissements est passionnant !
C’est une suite de très belles scènes où l’on apprend (ou pas) des choses et des autres et où l’on se doute (ou pas) de la suite des évènements.
L’épisode du mariage se terminant dans la tempête est à cet égard une splendeur du genre.
C’est vrai qu’on en apprend plus du monde des vivants dans un banquet de mariage, de baptême ou d’enterrement que dans toute la Bible ou que dans Platon en pléiade, je vous le dis.
Idem la bataille finale (que tout le monde attendait depuis des lustres) d’où Harry sort indemne ( ?) mais qui est aussi (mais pourquoi hélas ?) le théâtre de la mort de sympas seconds rôles dont un jumeau — et ce symbole primordial, antique, fraternel et social, reste sans doute à méditer grave.
Il ya aussi le signe (cygne) d’une licorne… Et d’une horloge.
Au fil des épisodes, on apprendra que les bons ont leurs faiblesses ; que les mauvais ont leur honneur ; que les méchants peuvent avoir quelques grâces ; que les innocents ont les mains pleines d’armes létales et pire encore ; que les brutes ont toujours un cœur d’or à cacher ; que les truands sont à chier, mais qu’ils vont faire pipi comme tout le monde et que les sages philosophes à barbe n’ont pas toujours de slip ou une conscience bien propres de chez Nickel.
Mais bon, c’est la vie hein !
Et c’est notre monde en vérité.

Enfin le diable est mis à mort : Dans un ultime duel (hollywoodien) Harry Potter envoie ad patres cet ignoble, cette ordure, ce pourri de Voldemort.
Ce diable de Satan ( ?) n’était pourtant pas à jeter complètement : Des romans précédents nous avaient en effet appris qu’il avait souffert dans sa jeunesse et tout et tout et puis voilà, tout le monde est dans la merde maintenant alors que tout le monde se croit libéré par de faux alliés hein !
Cet ignoble Lucifer de Voldemort était de plus lié, impliqué spirituellement, voire corporellement par un serpent ¬ voire un serment à notre trop bon Harry qui en sera délié par un Neville (le véritable élu en fait, comme je l’ai pré écrit)
Comme je l’avais un peu prédit aussi d’ailleurs — en passant – à croire que Rowling lit mon blogue, Harry Potter est bien mort dans ce dernier épisode.
Mort et ressuscité d’ailleurs, mais ça, je ne l’avais pas prévu !

Car Rowling a bien tué son personnage et elle l’a d’abord envoyé dans une sorte de purgatoire à King’s Cross (chapitre 35) une sorte de remise du quai quantique d’où partent les trains pour Poudlard…
Très belle scène platonique et dantesque du reste, très beau dialogue entre un jeune Platon crisé et  un vieux Socrate spectral et encore plus paumé que son élève, non loin d’une créature stressée qui tente par tous les moyens de ne rien entendre et de s’enfuir.

Mais c’est Harry qui s’enfuit des enfers purgés (ou non) pour reparaitre dans le monde des vivants et devenir un moldu comme tout le monde.
Un couillon bobo en costar cravate, un contribuable moyen qui, au dernier chapitre, accompagnera gentiment ses gosses au train pour l’internat, non loin de son « ancien ennemi » qui fera de même pour sa propre engeance ; non loin de son pire ami qu’il aura sauvé de la guillotine quelques années plus tôt.
Oui Harry, tu es bien mort.
Mais tu es ressuscité en fait, car tu nous montres ainsi que pour devenir un homme comme tous les autres, ce n’est pas bien sorcier.

Résumons-nous : La saga d’Harry Potter est une belle œuvre qui n’a pas à rougir des Jules Verne, des Alexandre Dumas, des Sherlock Holmes, du club des Cinq, des Kipling ou de Peter Pan (et tutti quanti)
Et bien de nos bons auteurs citoyens, académiques et « sérieux de chez Publié » en sont jaloux, je vous le dis.
Au delà des aspects commerciaux et médiatiques — bien de chez nous, de notre temps et pour le meilleur ou le pire du reste, c’est un phénomène qui aura au moins « fait lire » et « imaginer » une très grande partie de notre belle jeunesse (et des plus vieux encore)
J’en rajoute en affirmant que la saga d’Harry Potter est sans doute plus initiatique que d’autres et j’en veux pour preuve tous les symboles, références, signes, légendes, contes, et mythes antiques ou pas qui la maille et l’émaille.
En vérité je vous le dis, il n’y a pas que les sorciers qui chevauchent des licornes, des griffons, des centaures ou encore, des loups-garous !

Je t’aime Harry Potter et surtout, oh oui, surtout, reste avec nous (même en costar cravate et ta déclaration d’impôts sous le bras, hein !)

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Prax 11/05/2009 09:59

Moi, je voulais qu'Harry, il fasse sa vie avec Luna Lovegood (un peu décalée quoi, pas comme cette reproductrice de l'ordre établi de Ginny)

Martin-Lothar 14/05/2009 21:17


Prax : Tout à fait d'accords. Cependant, la Luna, elle craint un peu quand elle s'y met hein !


Saturnin+Abadie 10/05/2009 23:33

Je n'ai jamais lu Harry Potter mais je sais qu'il aime les pommes de terre et qu'il n'a pas besoin d'hélicoptère.

Martin-Lothar 14/05/2009 21:15


Saturnin : Poil au derrière.


bregman 10/05/2009 23:32

Oh, grand Loup, cela fait longtemps que je ne suis pas venu trainer mes pattes par ici, et j'espère que tu ne t'en offusqueras pas car le temps m'a beaucoup manqué, mais cette critique est excellente, et ta formulation est toujours un pur régal. Si tu n'y vois pas d'inconvénient, celle-là, je la recaserai quelque part : "pour devenir un homme comme tous les autres, ce n’est pas bien sorcier."

;)

Martin-Lothar 14/05/2009 21:14


Bregman : Merci. Recase, recase, de toute façon c'est une loi de la plus haute antiquité et même de la nuit des temps, alors...


Berthoise 10/05/2009 18:46

Comment ça, t'as le même âge que moi ?
Qui c'est qui te l'a dit ? c'est un secret normalement.

Martin-Lothar 10/05/2009 19:53


Berthoise : J'ai l'âge de mes artères, c'est-à-dire que je suis jeune et quand on est jeune (dans sa tête surtout) on a tous le même âge. Na ! Cela étant, si tu m'apprends à jouer à la marelle, je
t'apprendrai à jouer au docteur, voilà hein ! (bises)


Gothic inside 10/05/2009 18:42

J'ai hâte de découvrir quels sont tes King préférés ... je les ai pratiquement tous lus, et j'aurais bien du mal à faire un choix ; faut dire qu'il est prolifique, le bougre !

Martin-Lothar 10/05/2009 19:49


Gothic Inside (Vingt dieux quel pseudo !) : Je ferai une rune bientôt sur un des roman du King — un truc un peu prophétique en plus. Parce qu'en fait, la société (d'Europe ou d'Amérique), lui il
connaît !


Berthoise 10/05/2009 18:29

J'en ai lu quatre, et puis je me suis lassée.
Faudrait que j'essaie à nouveau.

Martin-Lothar 10/05/2009 18:36


Berthoise : T'inquiète, on a toute la vie devant nous, à nos âges...


monsieur 10/05/2009 18:05

Photte d'orteaugraphe

Martin-Lothar 10/05/2009 18:34


Monsieur : C'est la faute de votre clavier. Foutez-le à la poubelle, na !


monsieur 10/05/2009 18:04

Je Peux pas dire
j'ait pas lu
com inutile

Martin-Lothar 10/05/2009 18:33


Monsieur : Ce n'est pas une maladie grave de n'avoir rien lu d'Harry hein ! On a tant de chosess à faire par ailleurs !


la Mere Castor 10/05/2009 10:47

J'ai été décue par cette fin "ils se marièrent et papati et patata", mais j'ai dévoré et tout relu avant d'attaquer ce dernier tome. Jamais lu Stephen King, c'est bien, alors ? Si c'est toi qui le dit, je vais essayer.

Martin-Lothar 10/05/2009 18:25


Mère Castor : Une fin très banale en fait. oui. C'est pourquoi je dis que Rowling a bel et bien tué son héros. Voilà. Quant au King, attention, ses oeuvres sont très inégales, mais même la plus
mauvaise mériterait de faire sortir cet auteur de la série B dans laquelle "on" le confine en Europe comme aux USA


Gothic+inside 09/05/2009 20:13

Ah, le Loup, heureusement que je l'ai lu, ce dernier H.P., sinon je t'étranglerais pour nous avoir défloré l'histoire et révélé ce qui était devant être caché - soyons un peu British dans la syntaxe, ça nous rafraîchira ! ta chronique, excellente au demeurant, mais ce n'est pas la question, me rappelle certains "Le Masque et la Plume " où les critiques prenaient un malin plaisir à dévoiler la fin du film - ils m'ont fait le coup notamment pour "la Planète des Singes ", tu imagines !
Enfin, puisque tu aimes aussi le King Stephen,grandissime maître du suspense et des méandres du coeur humain, il te sera beaucoup pardonné ... mais c'est bien parce que c'est toi !

Martin-Lothar 09/05/2009 21:05


Gothic Inside (Foutre, quel pseudo) : A ce jour, je ne dévoile plus rien qui n'ait été dit bien avant la parution de ce tome, d'ailleurs. Alors... Pour le Stephen et j'en reparlerai, plus qu'un
maître du supsens et de l'angoisse (comme dit son éditeur) c'est aussi un écrivain qui vous tient la main en écrivant de l'autre et çà, ma chère, ce n'est point banal ! Bises