Du travers de porc d’hamster dame

Publié le 7 Mai 2009

Frères humains, glorieux enfants du Grand Pan, heureux disciples de l’aimable Dionysos, humbles serviteurs du sylvestre Esus  et vous libres adeptes du divin Bacchus, vous tous qui avec moi vivez, en vérité je vous le dis et vous le redis : Tout est bon dans le cochon !

Surtout de nos jours viraux, crisés et protectionnistes où de sombres crétins pervers prennent cet animal sacré pour le bouc-émissaire de leurs imbécilités crasses et de leurs délires pseudo-modernes.
En ce moment encore, où tant des ces lombrics agités et stupides prennent l’animal en grippe, tout est encore meilleur dans le cochon et surtout son prix.
En ce moment, où tant de ces raclures de bidet le regarde de travers, moi, je vous le dis, c’est le moment ou jamais de se farcir des travers de porcs jusqu’à s’en faire péter la sous-ventrière.

Griller le travers plutôt que le farcir certes, soit nature, soit mariné selon de multiples recettes que vous pourrez trouver partout.
Moi, je préfère le travers de porc grillé tendrement nappé de miel et d’un chouia de moutarde après qu’il ait mariné des heures dans un bain d’épices diverses et variés, de soja (avec une goutte de Nuoc-mam) de jus de citron, de Xérès (en vin ou vinaigre éventuellement) etc…
En matière de travers, l’imagination n’est pas un vice et la viande de porc, qui a beaucoup de vertus, ne sera jamais prise en défaut par trop d’excès.
Il faut évidemment de la bonne viande porcine, point trop sèche ni trop grasse, d’un cochon ayant couru bondissant dans les près du matin au soir, fier de sa race et de sa condition, nourri de tout avec amour, métier et délicatesse et tué en grande cérémonie pastorale avec tous les honneurs, les réjouissances, les regrets, la reconnaissance et la compassion voulus.
Et puis, bonheur suprême, le travers de porc se mange avec les doigts que d’ailleurs l’on se mord trop souvent, tellement c’est bon.
Il peut s’accompagner de tout, mais surtout de frites et d’une bonne bière bien fruitée (ou un blanc sucré léger, d’Alsace ou d’ailleurs)

Note : Cette recette m’a été transmise par un honorable hamster-garou (femelle) d’où le titre de ce billet : « le travers de porc d’hamster dame » (que maître Jacques me pardonne) Dans le porc d’hamster dame, il y a des sels marins qui pissent comme je pleure en bouffant un travers au miel. Dans le porc d’hamster dame ! Dans le porc d’hamster dame ! Dans le porc d’hamster dame ! (J’ai honte de moi parfois)

Illustration : Albrecht Dürer (1471-1528, Nuremberg) Le fils prodigue parmi les cochons (1497-98) Crayon (217 x 219 mm) British Museum, London, Europe

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Divers et d'autres saisons, #Boire & manger, #Bestiaire, #Dürer

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

STV. 09/05/2009 14:43

Mlle Moi est prêteuse quand il s'agit de mots. Quant à mon commentaire, je suis surpris que tu n'en ais pas saisi toute la profondeur : il y avait tant derrière ce mot ! Ma nature d'homme et de bon vivant, mon amour de la cochonnaille et des cochoncetés (© Mlle Moi), mon aval à ton post, mon acquiescement vivace car - oui ! - tout est bon dans le cochon. Bref.
...
Gruik quoi.

Martin-Lothar 09/05/2009 21:00


STV : Quand on connait la demoiselle Moi, on saisit dès le le premier 'G" (jet) toute la profondeur du Verbe 'Grouik" et là, je ne rigole pas hein !


Muriel 08/05/2009 21:02

Comme disait Confucius,les travers de porc restent ce qu'ils sont même parfaitement alignés sur la grille du barbecue.

Martin-Lothar 08/05/2009 22:02


Muriel : Merci pour cette belle citation d'un philosophe qui m'était déjà très cher.


STV. 08/05/2009 18:44

Gruik.

Martin-Lothar 08/05/2009 22:01


STV : Je te signale que le mot (et style) "Gruik" sont la propriété de Mlle Moi. Je te dénonce. (Tu tiens la forme dis donc pour faire des commentaires aussi profus !)


Gothic+inside 08/05/2009 18:44

Ton porc d'Hamster-dame est bien réconfortant après ce porc de l'angoisse qu'on nous fait bouffer quotidiennement aux zinfos . mais je m'insurge contre cette appellation calomnieuse , "travers de porc " .Sache, cher Loup, que ,comme toi ,le porc n'a pas de travers, il n'a que des vertus !

Martin-Lothar 08/05/2009 21:58


Gothic Inside (Quel pseudo !) : A force, ces porcs de 20 heures ne m'angoisse plus vraiment. Je m'ennuie...


monsieur 08/05/2009 16:10

Il y adeux types de cochons: ceux qui nous demandent de les servir, souvent sur une estrade ou sur un plateau télé, et ceux qui nous servent. Un de ces jours, il y aura des cochons aux balcons, derrière le comptoir des épiciers, sur les photographies de l'Elysée.

Martin-Lothar 08/05/2009 21:52


Monsieur : Ils sont partout ces cochons !


Toto 08/05/2009 09:34

Malheureusement, pour ce qui comme moi on vu de près la façon dont ces pauvres bêtes sont élevés dans nos campagnes (où du moins ces zones industrielles hors de nos villes que l'on ose encore appeler campagne!) l'enthousiasme est quelque peu refroidi. Mais cela va s'arranger! enfin, sûrement… Cependant, tout est bon dans le cochon c'est bien vrai.

Martin-Lothar 08/05/2009 21:51


Toto : Oui, ça va s'arranger et cochon qui s'en dédit.


Berthoise 08/05/2009 08:46

Petit rigolo !
Le porc d'hamster-dame....
Petit rigolo.

Martin-Lothar 08/05/2009 21:49


Berthoise : Rigolo peut-être, petit, pas vraiment, mais bon...


Prax 08/05/2009 08:38

Je n'ai jamais compris pourquoi le chaud lapin Brel voulait absolument pisser sur les femmes infidèles.

Martin-Lothar 08/05/2009 21:48


Prax : Moi non plus, mais c'est une des chansons parmi toutes de tous que je préfère, c'est sûr !