Quantique de Jean Lafforgue

Publié le 18 Avril 2009

Frères humains qui avec moi vivez, en vérité je vous le dis, nous n’entrerons dans un siècle vingt-et-un qu’une fois nous aurons compris ce qu’est une âme et à quoi elle servira après que nous l’ayons forgée de tout notre être et de notre vie.

Nous ne sortirons de l’abominable labyrinthe de notre corps, de nos sens, de nos pulsions, de nos répulsions, de nos désirs, de nos haines ou de nos plaisirs qu’une fois nous aurons réalisé la véritable et l’ultime valeur du mot « religion »

En vérité je vous le dis, notre avenir infini de plénitude et de bonheur suit le chemin des arts, des vrais arts, des beaux-arts.
Il n’y a que les artistes pour nous porter enfin au Paradis, au vrai Paradis, pas artificiel ni terrestre, mais l’Eden jamais rêvé et tant espéré, le jardin idéal et divin.

J’ai déjà évoqué Jean Lafforgue à plusieurs reprises sur mon minable blogue et j’ai même une fois, osé déposer des vers phrases maladroites de chez moi de ma Pomme sous la photo d’une de ses toiles (Voir le liens en fin de note, mais pas tout de suite parce que je cause là, hein !)

Parce que si Jean Lafforgue n’est pas un « grand » peintre, il est un peintre dont j’aime beaucoup les œuvres et par conséquent, c’est un peintre immense (ah mais !)

De plus, Jean Lafforgue est un peintre « contemporain » non pas au sens scholastique du terme, mais au sens biologique : Jean Lafforgue est un peintre vivant, bien vivant et en vérité, tous ses confrères ne peuvent pas en dire autant, aujourd’hui, surtout.
Jean Lafforgue est un être humain en effet (et même un loup-garou de première classe, mazette !)
Jean Lafforgue est un humain fait de chair, d’os, de muscles, de nerf, de sang et de poil (et souvent de mauvais poil à ce que j’ai entendu dire)
Bref, c’est un artiste véritable (CQFD – Les ceusses qui n’auraient pas compris cette démonstration magistrale sont priés de bien vouloir tout reprendre depuis le début)

Or donc et subséquemment, il est (enfin) temps pour moi — qui ne suis pas trop ni égoïste ni chien, tout compte fait — de faire de la pub pour la monographie de Jean Lafforgue, rédigée par Sylvio Brianti et parue il y a quelques mois, aux éditions Atlantica.

Ce bouquin est passionnant, instructif et agréable en diable et on y voit de très belles choses, en portrait, en formes et autres couleurs, en paysages et en Tutti de chez Quanti.
On remarquera avec stupeur et grand plaisir les jardiniers masqués qui ont eu vraiment du pot d’être ainsi croqués et plantés.
Et puis, il y a les montagnes, les rocs, les cimes, les adrets et les ubacs, les pâtis avec leurs vaches et leurs abreuvoirs : Un avant goût de la possibilité d’un paradis quoi !
Il y a aussi la tasse à café d’une certaine « Corinne » et d’autres personnages, simples, tendres, sympathiques et in fine, aimables.
Que peut-on demander de plus hein ?
Elle est pas belle la vie ?

Frères humains qui avec moi vivez, en vérité je vous le dis, nous ne sortirons des griffes de la mort imbécile ou de la maladie implacable et placable ou pas, nous ne sortirons de notre reptilienne et fangeuse condition qu’en aimant l’art comme Jean Lafforgue aime la peinture et tout le reste n’est que foutaises à deux balles de bazars crasseux et de barbares querelleurs, malpropres, prétentieux et stupides.

On t’aime Jean, reste avec nous hein !

Liens : sur ce blogue : Les monts bleus

Blog des peintures de Jean Lafforgue


Références : Jean Lafforgue, monographie de Sylvio Brianti, éditions Atlantica, Septembre 2008, ISBN : 978-2-7588-0166-5

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Leila 21/04/2009 15:09

moi aussi je ne l'ai vu qu'en toile virtuelle, et chez vous déjà, mais cet hommage vibrant, cher ami lupin, est en effet fort mérité.
bises

Martin-Lothar 24/04/2009 21:35


Leila : Merci pour lui. Il t'a sûrement lue.


la Mère Castor 18/04/2009 20:57

Bien dit et bien mérité, même si je ne connais ses peintures que sur...la toile.

Martin-Lothar 24/04/2009 21:34


Mère Castor : Et sur la toile l'art est niais, souvent. Bises


Saturnin Abadie 18/04/2009 17:55

Je me fais le porte parole de Jean Lafforgue qui est trop ému pour écrire quelque chose d'intelligent, d'ailleurs il ne sait pas écrire et c'est la peinture qui est son moyen d'expression le plus naturel. Il m'a chargé de dire tout le bien qu'il pense sur la justesse de ce qui est dit sur lui et sa façon d'aborder l'art, donc la vie. Il ne va rien dire de plus car ce serait superfétatoire et il n'est pas un super héros. Juste MERCI !

Martin-Lothar 24/04/2009 21:33


Saturnin : De rien, mais alors de rien. J'aime dire ce que j'aime, c'est tout.


MlleBeulemans 18/04/2009 17:24

Pour en savoir plus:http://peintrelafforgue.canalblog.com/

MlleBeulemans 18/04/2009 17:05

J'ajoute que c'est vrai, j'aime le café!

Martin-Lothar 24/04/2009 21:31


Mlle Beulemans : Moi aussi j'adore le café à un tel point que je l'ai proscrit de ma tanière.


MlleBeulemans 18/04/2009 17:01

"Célébrer" de cette manière celui que j'aime, quel joli cadeau le jour-même de mon anniversaire! Merci

Martin-Lothar 24/04/2009 21:30


Mlle Beulemans : En retard : Bon anniversaire. Ce fut un hasard et c'est tant mieux. BIses