Langues Zoo

Publié le 31 Mars 2009

Le mensuel scientifique « la Recherche » propose dans son édition d’avril 2009, un dossier sur la disparition quotidienne de langues plus ou moins parlées sur notre belle planète bleue.
Bon, le monde entier sait que chaque jour, des « locuteurs » s’en vont « ad patres » en oubliant de laisser le dictionnaire de leurs ancêtres à leurs enfants qui, de toute façon n’ont en plus rien à cirer de ces paroles inaudibles, tous empêtrés qu’ils sont dans leurs zones infernales, suburbaines, incultes et globalisées.
« Vae victis » comme j’aime à dire.
Cela étant, ce dossier accorde une « certaine» espérance de vie supérieure à certaines langues grâce (notamment) à l’Internet…
Pourquoi pas hein !
A voir.
Moi, j’y crois.

A titre d’exemple, prenons le blogue cru et parfois fleur bleue de notre bon Prax : Voilà une basque quête qui n’est pas près de déjanter pour faire survivre une noble et originale langue.

Rassurons-nous tout de même, en cette période de crise fin de cycle, certaines langues reprennent une vigueur sans pareil : La « langue de bois » (parlée, éructée et vociférée) à droite comme à gauche et en haut comme en bas et sur le net surtout, la langue de vipère (avec sa variante « de pute »)

Il y a donc de l’espoir !

Enfin, un cas très particulier à la France : Une langue qui disparaît tous les jours et qui revient le lendemain : La langue de bœuf !
C’est vrai que celle-là qui mâche ses mots et ses maux est à sauvegarder mordicus même si beaucoup de cornichons l’entretiennent (savoureusement, d’ailleurs)

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Prax 03/04/2009 14:10

J'ai déjà du mal à dire bonjour, bonsoir, bon appétit, les gros mots cela sera dans une dizaine d'années.

Martin-Lothar 05/04/2009 20:33


Prax : Mais non, on apprend plus vite une langue par les injures ou les gros mots.


Prax 01/04/2009 09:37

La basque quête est, de plus, d'actualité car ce weekend a eu lieu la "korrika" une course à pied, avec relais tous les kilomètres, une course de la langue afin de collecter des fonds pour les cours du soir d'adultes (en euskara) : tu cours, tu donnes ton euro et accessoirement tu apprends un mot. Plus de 1 000 kilomètres et des milliers de coureurs. Donc, bai, basque quête.

Martin-Lothar 02/04/2009 20:44


Prax : ET pour les gros mots, c'est plus cher ?


Saturnin Abadie 31/03/2009 22:46

"Oh, il a dû manger de la langue de boeuf" me dit Mlle Beulemans..." N'empêche que j'espère que s'il en a mangé, elle était bonne".

Même chose pour moi

Martin-Lothar 02/04/2009 20:42


Saturnin : Non, mais j'adore ça, c'est vrai.