Lagan 100 (Sang ?)

Publié le 26 Février 2009


Il n’y a que trois façons de tourner les pages d’un journal maudit : La première est de le faire distrait en admirant un nouveau paysage ; la deuxième, est de les arracher une à une après une lecture la plus diagonale possible et la troisième, c’est de jeter d’emblée le tout dans le premier feu venu puis, de boire à la meilleure volatilité de ses cendres.

Ces derniers jours, j’ai pratiqué ces trois manières au gré de mon humeur en commençant par la troisième…
Et je m’en fous parce que ça sera comme cela désormais (et vice vertu)
Ah mais !

Illustration : Baron Charles de Steuben (1788-1856) La Force. Musée des Beaux-Arts. Quimper.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Lagans

Repost 0
Commenter cet article

charlie bregman 03/03/2009 21:21

Autant je comprends ta volonté, autant j'ai du mal à croire que le journal en question méritait de terminer au feu.
Souviens-toi que Kafka a bien failli nous priver de son oeuvre toute entière, lui, si son ami Max Brod n'avait décidé d'un autre sort...

Berthoise 27/02/2009 17:33

L'humeur est enjouée, le regard indulgent, vivement le printemps.

la Mère Castor 27/02/2009 17:32

C'est la force tranquille ? Comme dit Saturnin, ça fait du bien de tout balancer quelquefois, et boire un coup par là dessus, que demander de plus ?

Prax 27/02/2009 10:10

Ton Hercule illustratif n'a pas ce genre d'état d'âme : il cogne avec sa massue et sa vie est belle.

Saturnin Abadie 26/02/2009 23:32

Entièrement d'accord car ça fait un bien fou de détruire certaines de ses "créations" car il parait que ça veut dire qu'on a un regard sur ce qu'on fait. Si tu savais le nombre de peintures que je balance... En 1995, lors d'un déménagement et suite à un trou noir dans ma peinture et dans ma vie, j'ai brûlé la quasi totalité de mes peintures: Un feu de joie et ça m'a fait un bien pour la suite...