Les cinq crânes de Descartes et leur iCul consécutif

Publié le 16 Janvier 2009


Pour le grand art de la controverse (aïe !) de la polémique (ta mère) et de la tétrapiloctomie (art de couper les cheveux en quatre — Merci Umberto Eco) notre belle France est bien la digne héritière de la Gaule chevelue ou d’autre chauve qui peut avec son poil dans la main et sa bitte sous le bras.

Aussi ai-je appris hagard, que notre bon et inutile premier ministre franchouillard, François Villon Fillon (pour qui j’ai une sympathie quelque peu interlope, je l’avoue) eut l’idée sotte et grenue de rapatrier au prytanée militaire de La Flèche (Sarthe, France, Europe, planète Terre, système solaire, Voie Lactée, Univers, etc) un des cinq crânes de René Descartes (1596-1650) mathématicien, (méta) physicien, chimiste, astronome et sans doute, le dernier des vrais philosophes encore vivants.
Certes, en écrivant cette dernière ligne je me sens partial, sinon spartiate, mais bon, nous sommes sur un manuel de survie, pas sur une notice de four à micro-ondes ou un supplément gratuit de « Point de vue et images du monde » hein !

Or donc et subséquemment, il s’en est suivi une bafferie médiatique et de routine de laquelle nous retiendrons substantiels que notre bon sage René (Descartes, pas Villon, ni Fillon) a bel et bien cinq crânes, ce crâneur !
Il les mérite bien ; il faut le dire ! (Et cela n’engage que moi qui pense comme j’essuie ma vaisselle)
Ça me fait penser en passant et sur mes ergots qui cogitent aux dix mille doigts de Jean le Baptiste et aux millions de morceaux de la sainte croix avec lesquels on pourrait monter une vraie tour Eiffel toute en bois ! (Voire un World Trade Center à faire baver Ben Laden)

Je tiens à préciser de suite pour être clerc, clair, cartésien de carnaval voire pataphysicien, que Descartes est mort (de pneumonie) en Suède dans les bras de la reine de là-bas et que son corps fut rapatrié en France et en mille morceaux quelques 17 ans plus tard.
A sa mort, en France en 1650, il y avait la fronde infâme contre un petit garçon qui portait le pseudo de « Louis XIV » qui ne rêvait que de danse, de musique, de jardin et d’autres bacchanales.

Il y a maintenant un des cinq crânes de René au musée de l’Homme et le reste, du cou aux orteils en passant par le plexus solaire et les deux tibias, repose in pace et ad aeternam (hélas) dans l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris (France, pas Texas encore)
Remarquez, Descartes passe sa sieste éternelle en bonne, paisible et sainte compagnie car ses ossements reposent entre deux moines bien froqués et bien couillus :
  1. Le dominicain Jean Mabillon (1632-1707) chouchou de notre indispensable, indéfendable et indémerdable Colbert et qui fut le fondateur de la diplomatique (le moine, pas le proto-énarque Colbert) et qui a toujours sa station de métro éponyme dans le centre du monde des Bobos flamboyants et saoudiens.
  2. Le bénédictin Bernard de Montfaucon (1655-1741) qui a inventé — tout simplement — l'archéologie en tant que science sérieuse et universelle, mais qui n’aura aucune station de métro ou de RER en propre comme en figuré et qui n’a rien à voir avec les gibets du susdit François Villon.
Tout ça pour vous dire que in fine, le cinquième crâne de Descartes restera au musée de l’Homme en pleine révolution (le musée, pas l’Homme hélas…) et que Saint-Germain (des Prés, pas en lait cru) continuera à ronger ses autres reliques pour de longues années encore.

A l’attention de tous les cancres las qui s’ipodent comme des sourds au fond de notre belle blogosphère et autres lieux, je précise que le cartésianisme n’a rien (mais alors, rien!) à voir avec le débile rationalisme dont on leur rebat les oreilles, la cervelle et les yeux à longueur de journal de 20 heures et autres.
Cons se le disent !

Cela étant, quand je serai empereur du monde (faites gaffe, ça peut arriver vite hein !) je foutrai illico presto tous les crânes et tous les os de René Descartes au Panthéon dans une tombe à la droite de la (future) mienne.
A ma gauche, il y aura celle de son pote Blaise Pascal ou celle de Steve Jobs (à discuter hein !)
Mais mon mausolée à moi sera en forme d’urinoir ou de crachoir : Comme ça mes voisins auront enfin la paix.

Je t’aime René, reste avec nous !
De la pensée moderne, il traça la carte,
Et des Sciences, tria les cartes :
C’est Descartes !

Illustration : Frans HALS (1580-1666), René Descartes (1649) Huile sur toile (19 x 14 cm) Statens Museum for Kunst, Copenhagen, Europe.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Loups et loups-garous, #Descartes, #Quantisme

Repost 0
Commenter cet article

Gino Gordon 20/01/2009 22:52

Des savants prétendent - à tort - que l'un des cinq cranes serait celui de Descartes enfant. Je m'inscris en faux contre cette allégation : le crane de Descartes est bien unique et je n'ai pas l'intention de m'en séparer.

Martin-Lothar 21/01/2009 20:24


Gino : Pff ! Menteur, crâneur, j'ai ses crânes de bébé et de 25 ans et je peux te dire qu'ils sont vrais !


Berthoise 19/01/2009 19:00

Un crâne me fait déjà souffrir. Alors 5.

Martin-Lothar 19/01/2009 21:19


Berthoise : Oui mais dans le "je" des cartes, il y a cinq as (pirine) !


iPidiblue crâne 19/01/2009 12:02

Moi j'aime mon ours Martin-Lothar mais je n'ai pas encore vendu sa peau, ni son crâne précieux !

Martin-Lothar 19/01/2009 21:15


iPidiblue qui crâne : Mon totem est le loup, mais j'adore l'ours aussi que je suis tous les matins avant le café.


werwolf 19/01/2009 06:41

Je vis avec mon temps : J'ai remplacé Descartes par G. Péesse.

Martin-Lothar 19/01/2009 21:13


Werewolf : Tiens salut vieux ( et bonne année hein !) Ah G. Péesse qui n'a jamais perdu le nord, il faudra que j'écrive sa biographie un jour !


Prax 18/01/2009 09:26

Lorsque tu seras maitre du monde, tu auras Descartes en main.

Martin-Lothar 19/01/2009 21:11


Prax : Bravo, très joli, comme d'hab !


Mr Picwick 17/01/2009 16:52

Cinq crânes ne serait ce pas pour brouiller les cartes?...

Martin-Lothar 19/01/2009 21:10


Mr Picwick : Bienvenu. Hi ! hi ! Bravo pour le jeu de mots. Notre brave René avait une belle méthode pour débrouiller les crânes (comme les oeufs, d'aillleurs)


Lapinos 17/01/2009 11:57

Avec sa bobine de croque-mort, Fillon était prédestiné pour cette tâche macabre.

Martin-Lothar 19/01/2009 21:04


Lapinos : Merci de n'avoir pas taper sur René. Quant à Fillon, il nous enterrera tous après nous avoir croqués ou pas...


iPidiblue crâneries en tous genres 16/01/2009 23:41

Tu es mon Pope favori et je partagerais bien ton manteau Saint-Martin-Lothar !

Martin-Lothar 19/01/2009 21:01


iPidiblue : Pope ? Non, ni moujik d'ailleurs (pope moujik ha ! ha !) En lisant ce blogue tu le partages déjà mon manteau de peau de loup et plus que tu ne le penses.


Monsieur 16/01/2009 22:32

Cinq crânes pour les cinq âges de la vie? Seraient-ce les cinq Crâges de la vie? (enfance, adolescence, âge médiant des questionnements profonds et existentiels, quadragénairisme puis gâtisme, pour les ignams)
J'adore Descartes, oui!! Rendons-lui hommage.

Martin-Lothar 19/01/2009 20:58


Monsieur : On voit de suite que Monsieur a bon goût...


la Mère Castor 16/01/2009 20:19

s'il y a cinq crânes, qu'ils se les partagent, et basta !

Martin-Lothar 19/01/2009 20:58


Mère Castor : Attention quand même, car sur les cinq, je sais qu'il y en a au moins deux d'authentiques !


Saturnin Abadie 16/01/2009 18:48

Comme Descartes, je pense donc j'essuie
Mes nombreuses vies.
Descartes toi de là
Que je m'y mettâs
De thé.

Bien sur, c'est du vieux françois.

Martin-Lothar 19/01/2009 20:57


Satirnin : Nos bons maîtres françois, Villon et Rabelais te remercient de ce beau poème.