Un coup de Schadenfreude

Publié le 13 Janvier 2009

Le mot allemand « Schadenfreude » n’a aucun équivalent en Français ni dans bien d’autres langues.
C’est une des particularités de la langue allemande, à l’instar du Grec ancien, de « fabriquer » des mots à partir d’autres pour créer de véritables « logogrammes » qui deviennent alors plus de véritables petits « paquets » conceptuels voire philosophiques, scientifiques, théologiques que des « mots » ou des expressions.
 
Schadenfreude est l’assemblage des mots « Shaden » (Dommage, nuisance, peine, malheur) et « Freude » (Joie, plaisir, bonheur) et littéralement, il peut se traduire par « Joie du malheur - des autres »
 
Mais en fait c’est beaucoup plus compliqué, plus quantique et plus signifiant que le mot français « sadisme » par exemple.
Il n’y a pas dans le « Schadenfreude » de méchanceté, ni de revanche ou de vengeance quelconque : C’est un « sentiment » qui peut envahir à tout moment et à n’importe quel propos les meilleurs, les plus purs et les plus gentils parmi nous.
Il n’y a pas non plus forcément de « cynisme », d’égoïsme ou de jemenfoutisme dans le « Schadenfreude » : C’est une sensation à la fois plus intellectuelle que psychique ou caractérielle et plus instinctive (de survie) que politique ou morale.

Le « Schadenfreude » est finalement une sorte de cocktail de toutes ces attitudes, mais qui reste profondément refoulé en nous-même : Le « Schadenfreude » est muet, personnel, secret, intime.

Quand il est, par impossible, sonore, verbal, le « Schadenfreude » reste pourtant profondément blotti dans la tanière de notre âme et si l’on s’écrie « Ah les pauvres gens ! » à l’endroit des victimes en apprenant une tragédie quelconque (tremblement de terre, naufrage, guerre, attentat) au fond de nous, s’illumine une petite flamme d’allégresse à la pensée du « heureusement que je n’y étais pas ! » ou encore l’on dirait « c’est dommage pour lui » tout en pensant « c’est bien fait » (ou l’inverse)
 
On peut avoir aussi un coup de « Schadenfreude » quand un personnage que l’on admire beaucoup (et que l’on jalouse donc) subit quelques malheurs : Ainsi le prince Harry a récemment « schadenfreuder » le cœur de bien de ses pipoles groupies (qui rassurez-vous sont toujours prêtes à l’épouser hein !)
Ainsi, ce brave Mr Obama à la place duquel beaucoup de gens « n’aimeraient pas être » et qui schadenfreudent pour lui encore, en attendant d’être carrément voire joyeusement déçus.
 
Le « Schadenfreude » a donc un mouvement de balance très rapide de la pitié à la haine ou de la compassion à la déception et de la passion vers l’indifférence la plus totale en long en large et en travers (et vice vertu)
« Heureusement que je n’y étais pas, mais combien j’aurais voulu en réchapper pour en parler et pour enfin être « intéressant » médiatique au moins une fois dans ma vie ; pour avoir enfin quelque chose à raconter aux autres ! »
 
Je ne sais pourquoi, mais cet inavouable « Schadenfreude » est bien à la mode en ce moment, je trouve… Une épidémie ? Un signe de notre époque ?

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Commenter cet article

Nils 19/01/2009 14:49

Très bel article sur ce mot. Je me réjouis en voyant ton intérêt pour notre belle languepleine de particularités. Et là c'est juste de la Freude, sans Schaden ! :-)

Martin-Lothar 19/01/2009 21:17


Nils : Merci mein "Freude" Un tel commentaire de la part d'un sale petit boche bien-aimé et bien élevé, ça fait toujours plaisir !


Prax 15/01/2009 09:17

Oui, et si le mot est déjà fabriqué à partir de son antonyme (cas fréquent en basque), tu refabriques sur du déjà fabriqué, cela donnerait un truc comme zorionzorigaitz (aucune garantie culturelle dans mon propos)

Martin-Lothar 15/01/2009 20:34


Prax : En tout cas ce mot "zorionzorigaitz" est très rigolo. Je l'adopte et tu as ma bénédiction académique. Ah mais !


Berthoise 14/01/2009 17:59

Et de quoi te réjouis-tu donc ? Quel est le malheur qui te fait jubiler ? Moi, c'est pas bien charitable, mais les marins qui démâtent, provoque chez moi un peu de Schadenfreude, puisque c'est comme ça que ça s'appelle.

Martin-Lothar 15/01/2009 20:32


Berthoise : Tout me fait jubiler, tu les sais bien !


unevilleunpoeme 14/01/2009 12:41

Tous à vos dictionnaires...

Martin-Lothar 15/01/2009 20:30


UneVilleUnPoème : Oui, et oui et on révise hein ! Belle idée que ton blogue. J'irai pondre un des mes iCuls un de ces jours.


farf 14/01/2009 12:41

On le rend souvent en français par des expressions telles que "prendre un malin plaisir à..." mais qui ne restituent effectivement pas toutes les subtilités du concept d'origine...

Martin-Lothar 15/01/2009 20:31


Farf : Ah voilà les grands spécialistes ! Ravi de te revoir ici et tous mes voeux de tout et de plus encore. A+


STV. 14/01/2009 11:54

J'étais justement en train de penser à une note sur le même thème. :)

Martin-Lothar 15/01/2009 20:29


STV : Les grands esprits se rencontrent vraiment !


anton skomager 13/01/2009 21:52

En danois, on dit "skadefryd".

Martin-Lothar 15/01/2009 20:28


Anton : Merci pour cette précision utile et scandinave. Superbe ton site hein !


la Mère Castor 13/01/2009 20:07

C'est un bien joli mot, dommage que notre langue compliquée n'en fasse pas de tel, c'est un sentiment pourtant bien connu et très pratiqué par chez nous.

Martin-Lothar 15/01/2009 20:27


Mère Castor : Les Allemands sont nous cousins Germains hein !