Vandalisme au Louvre

Publié le 9 Janvier 2009


Le 18 décembre dernier, lors d’un examen par réflectographie infrarouge, des employés du Louvre ont découvert trois ignobles tags au dos du célèbre tableau « la Vierge, l'Enfant Jésus et sainte Anne » de Vinci (ci-dessus) qui est ainsi irrémédiablement salopé.
Un vandale décérébré a en effet sans aucune vergogne (mal) dessiné une tête de cheval, un crâne et un petit bébé.
Ayant mes entrées au Louvre, je vous livre une photo d’un de ces barbouillages odieux : La tête de cheval.
 
Ainsi, cette racaille de tagueur en rajoute au malheur et au bestiaire de ce tableau. Déjà que ce pauvre et délirant Freud y voyait un vautour et subséquemment la preuve de l’homosexualité de Vinci (Mon Dieu !) maintenant on a droit à un canasson de labour.
On ne connaît pas l’auteur de ce crime insupportable, ni comment il a pu s’y prendre pour le commettre, mais selon les premiers éléments de l’enquête, on soupçonne un dangereux récidiviste surnommé « Léo » qui habiterait dans la ZUP du Clos Lucé (Banlieue d’Amboise)
 
Ce Léo Davinechi, un immigré italien sans papier, plus ou moins anarchiste, n’en est pas à son premier coup dans le genre profanation artistique : Il avait déjà accroché sans permission dans une des galeries du Louvre le portrait de sa petite amie Mona, une croûte immonde qui est un pastiche fort laid de la stupéfiante et universelle Joconde du grand et regretté Maître Andy Warhol.
Etant encore mineur à l’époque des faits, c’est son tuteur Frank Premier qui a payé l’amende et les frais de réparation du mur de la salle.
 
Toujours est-il que selon les spécialistes, ce tableau prestigieux de la Vierge et Sainte Anne doit être considéré comme perdu et à mettre à la poubelle.
J’ai offert de le récupérer pour débarrasser le musée (dans mes toilettes, ça pourrait encore faire de l’effet) mais je n’ai pas encore reçu de réponse à ce jour (Je vous tiens au courant)
 
Note : Pour voir la tête de vautour de cette tête à claques de Freud, il faut tourner la tête sur la gauche et regarder les fesses de Marie. Il est évident alors que Vinci était un gros pédé de rital et surtout, il apparaît urgent de foutre ce crétin de Sigmund sous camisole dans un asile (Saint Anne, par exemple)

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

Lapinos 17/01/2009 12:13

Freud confond le milan, que Vinci utilise parfois pour signer ses toiles, étant originaire de Milan, avec un vautour. C'est le fait d'accorder une importance aussi grande à la signature du peintre et à sa sexualité qui trahit chez Freud le crétin fétichiste.

L'homosexualité est une obsession de Christine Boutin ou de la secte freudienne. Elle date du XIXe siècle. La Renaissance catholique a des préoccupations un peu plus élevées que celle d'un Viennois puritain.

Martin-Lothar 19/01/2009 21:06


Lapinos : Pour le coup, je suis entièrement d'accords avec vous. Merci pour le milan, je ne l'avais pas à mon bétisier celui-là !


Saturnin Abadie 12/01/2009 16:28

Saturnin enfin de retour déclare:
C'est en sciant que Léonard devint scie et c'est en psychanalysant que Sigmund fit chier beaucoup de monde. Ad vitam eternaman.

Martin-Lothar 12/01/2009 20:27


Saturnin : Ah te revoilà toi. Où es-tu encore allé trainer hein ?


la Mère Castor 11/01/2009 19:24

J'ai vu un flamant rose bleu, j'attends l'interprétation de maître loup.

Martin-Lothar 12/01/2009 20:24


Mère Castor : Un flamant. Oui, oui, oui. Tiens tu me donnes une idée de billet : On va faire une thérapie de groupe hein !


Berthoise 11/01/2009 07:07

J'ai eu beau tourner la tête sur la gauche, j'ai même essayé sur la droite, j'ai cligné les yeux, soyons clairs, en fermant les deux, je ne voyais rien, avancer, reculer : pas plus de vautour que de soupes en boite sur les fesses de Marie.

Martin-Lothar 11/01/2009 19:14


Berthoise : En fait il faut se mettre à l'envers tout nu sur les mains après avoir mangé au moins trois kilos de confiture de groseilles et regarder avec des jumelles pour myopes tuberculeux en
illuminant le tout avec une lumière à infra-rouge. Dans ces conditions, ça devient plus évident. Il y a un vautour, si Freud le dit hein ! Merdre ! Vile incroyante ! Sorcière ! Au bûcher Berthoise
!


Alf 09/01/2009 20:32

Moi je vois pas le cheval, je vois un diable avec le début de ses cornes et des dents crochues.

Martin-Lothar 11/01/2009 19:08


Alf : Un diable, avec des cornes et des dents crochues. C'est cela oui. Il y a longtemps que tu n'a pas consulté un véto psy ?