Chronique de la vieille poule qui avait des dents

Publié le 26 Août 2008

Vieillir, ce n'est pas un boulot pour les poules mouillées. (Stephen King, Insomnies)

Je vous avais parlé il y a quelques mois du velociraptor à plumes, voici maintenant le tyrannosaure en cocotte !
Un chercheur étasunien de l’école de médecine de Harvard a en effet publié en 2007 dans la célèbre revue « Science » un article démontrant que notre bonne vieille et vivante poule (Gallus gallus cotcotkodacus) de nos omelettes et de nos œufs à la neige serait une descendante directe de l’abominable et gigantesque t-rex (Tyrannosaurus rex, lézard tyran roi) décédé on ne sait comment et sans testament connu, il y a la bagatelle de 70 millions d’années (au bas mot)
Ce Nimbus Americanus Simplex qui, après polémique, vient encore récemment de soutenir mordicus cette thèse, a en effet comparé les ADN du gallinacé avec celle du terrifiant et monstrueux roi des jungles jurassiques et il y a trouvé une telle similitude dans les codes génétiques qu’il en avait incontinent pondu un œuf dans le nid de ce canard scientifique.
C’est vrai que cette nouvelle est stupéfiante car quand on regarde une poule et un t-rex, nous avons du mal à priori, à trouver quelques airs de famille entre cette indispensable et souvent insupportable volaille et ce megaraptor antédiluvien.
Par contre, en réfléchissant un peu, ces deux-là peuvent avoir au moins en commun une stupidité sans borne et affligeante voire une insondable bêtise, flagrante, pour la poule et supposée, pour le t-rex.

Ainsi donc la poule avait autrefois des dents et même de très belles dents bien assassines (C’était sûrement pour mieux faire l’œuf, mon enfant ?) et elle avait une telle taille (environ 5 m de haut et 13 m de long, 13 tonnes avant le dîner) qu’elle pouvait avaler une vache en deux bouchées pour ne pas dire cul sec !
Comme quoi l’évolution a ses mystères, ses grandeurs et ses décadences comme celle de notre brave poule à jamais rétrécie et anodonte et qui, de nos jours, ne fait plus peur qu’aux misérables vers de terre ou aux jeunes coqs homosexuels (et encore…)
Une telle évolution aurait aussi ses paradoxes car elle dément quelque peu l’expression « ceci se passera quand les poules auront des dents » car comme elles en auraient eues, l’évènement que nous voulions reporter ainsi aux calendes grecques, risque fort de s’être déjà produit !

Je dois toutefois ajouter deux bémols à cette stupéfiante découverte :
Primo, un collègue du susdit savant s’est gentiment foutu de sa gueule dans un article acide publié par cette année dans la même revue.
Il émet en effet l’hypothèse très insolente qu’après une inhumation de plusieurs millions d’années, l’ADN tiré de l’os du dinosaure était sans doute quelque peu « rancie » sinon polluée par tout le tremblement du monde voire de tout son train.
Il est clair que même un échantillon d’ADN tout chaud et tout neuf d’un être bien vivant peut être « contaminé » très vite par les gènes d’un moustique ou d’un acarien quelconque qui aurait posé dessus ses pattes sales dans la nuit du laboratoire.
Bon, si cet insecte sera suspecté quelque temps d’avoir massacré 150 personnes à la hache dans un hôtel californien, heureusement que l’informatique et les contre-expertises l’innocenteront rapidement devant n’importe quelle cour d’assise.
Pour un os de dinosaure, c’est une autre histoire et une autre expertise, surtout s’il a été découvert il y a 107 ans  par un chien bâtard et plein de puces aux fins fonds d’une basse-cour américaine.

Secundo, bien que je ne sois ni paléologue, ni généticien, ni biologiste, je contesterai cette thèse en constatant simplement que d’après ce qu’on l’on sait, si le Tyrannosaure Roi avait sans doute des plumes, il n’avait pas d’aile et que, de mémoire d’homme, de loup et de singe, jamais personne ne l’a vu servi avec de la farce et des marrons au repas de Noël, sinon, ça se saurait ! CQFD !

Enfin, je conseille fermement aux éleveurs d’appeler toutes leurs poules « t-rex ». Elles s’en foutront comme de leur première coquille, mais on ne sait jamais !

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Bestiaire

Repost 0
Commenter cet article

la Mère Castor 29/08/2008 20:36

T Rex ou pas, j'ai fréquenté ces jours-ci une bande de poules édentées et auvergnates bien familières, si je les avais laissées faire elles seraient venues picorer dans mon assiette et dormir sous la table.En attendant, manger des oeufs et du poulet ne les dérange pas, c'est ce qui s'appelle recycler, non ?

Martin-Lothar 05/09/2008 19:38


Mère Castor : Si la poule n'existait, il faudrait l'inventer, c'est sûr !


Gino Gordon 29/08/2008 08:56

Ah, ... que voilà un texte qui, si je l'avais lu plus jeune, disons un peu moins de 70 millions d'années, m'eut donné le goût de la préhistoire pour l'éternité !

Martin-Lothar 05/09/2008 19:36


Gino : Merci mon (très) vieux Je passe te lire dès que possible !


Prax 28/08/2008 09:58

La traitrise des béarnais est connue (ils ont même la préfecture)mais celle des bigourdans serait donc égale ?

Martin-Lothar 05/09/2008 19:34


Prax : Démerde toi avec tes voisins hein !


Berthoise 27/08/2008 18:12

C'est l'image d'une batterie de T-Rex qui s'impose. Impressionnant non ?
En Bigorre, j'ai mangé de la poule farcie au pain aillé ? les Bigourdans sont des voisins des Béarnais et pas très loin des Basques, en tout cas vu d'ici.

Martin-Lothar 27/08/2008 22:18


Berthoise : Merci de me défendre culinairement fâce à Prax.
Prax : Tra la la lère heu !


Prax 27/08/2008 09:56

Ouais, la poule farcie, je ne connais pas. L'oie, le canard, la caille, voir la pintade (farcie aux trompettes de la mort)d'accord mais la poule farcie, jamais. Les béarnais font de la poule au pot mais sans farce. Vous avez de drôles de cuisines près de la capitale.

Martin-Lothar 27/08/2008 22:14


Prax : Poule, dinde, poularde, le contribuable sera toujours le dindon de la farce hein ! (A noël ou pas)


26/08/2008 22:14

Dire qu'ils ont des crédits de recherche à profusion pour publier de telles inepties. C'est pareil en économie appliquée, ils écrivent n'importe quoi avec des équations qui n'ont de rapport qu'avec les pixels ou les OGM qu'ils bricolent. Le résultat, c'est la crise des subprimes... Pour le business, un autre écrira le contraire dans la même revue dans moins de dix ans, et l'on aura oublié le premier. Ils emmèneront des poules dans leurs prochains vols interplanétaires, pour vérifier qu'elles pondent en apesanteur...

Martin-Lothar 27/08/2008 22:13


Gé : Bienvenu. IL faut bien que jeunesse et que les budgets se passent et se tassent. Remarquez, casser un oeuf à omelette en apesanteur serait une expérience rigolote, sinon intéressante et
chère...