Chronique de l’impossible labyrinthe.

Publié le 23 Juin 2008


Le vrai labyrinthe est un endroit d’où l’on ne sort jamais.
Le vrai labyrinthe a une seule ouverture qu’il est souvent difficile de trouver, mais il n’a aucune issue ; pas même cette improbable entrée que de toute façon on oubliera bien vite.
L’intérêt d’un vrai labyrinthe, c’est de le découvrir entièrement ; d’en visiter chaque couloir, chaque escalier, chaque cellule, chaque salle, chaque chambre qui en fait ne seront jamais les mêmes à chaque passage.
La force et le mystère d’un vrai labyrinthe, c’est qu’il nous amène à en refaire les plans à tous les carrefours ou au fond de toutes ses impasses.
Même son architecte en perdra toujours son Latin, son Grec ou sa géométrie, pour ne pas dire son algèbre.
Ainsi ce pauvre Dédale n’en est sorti qu’au péril de sa vie et au prix de la mort de son fils Icare.
Le secret du labyrinthe est dans le milieu, dans son cœur où brillent, se morfondent ou battent encore sans doute bien des secrets ou des mythes antédiluviens.
Il y aurait peut-être en ce mitan quelque minotaure ou autre Pan terribles et cornus ?
Un Graal, un chaudron, la carte des cartes ou encore un manuel de survie ?
Pourtant, ce cœur n’est jamais au centre : Ce serait trop facile et donc, pas vraiment humain.
Les linéaires de ses couloirs se perdent dans l’infini, dans l’éternel ou sans aucun doute dans ce centre impossible, incalculable.
Le mythe du labyrinthe est né en Crête dit-on sans que l’on sache vraiment ce que signifiait ce mot.
Thésée et Ariane n’auront rien inventé avec leur fil à la gomme : Ils ont triché en fait et cela du reste ne leur a pas porté bonheur…
Aujourd’hui, il y a beaucoup de labyrinthes tracés et effacés à travers toute notre belle et grande Europe : De l’Ukraine à l’Irlande en passant par les cathédrales ; en visitant bien des châteaux de Versailles ou d’ailleurs ; en allant à Compostelle ou à Stonehenge.
Non seulement on ne peut que se déplacer dans le vrai labyrinthe pour aller on ne saura jamais où, mais en plus, il se déplace avec nous.

Illustration : Labyrinthe de l’église de Lucques (Lucca) (Italie)


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Divers et d'autres saisons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Servumpecus 28/06/2008 08:55

Je me suis perdu ce matin comme un Gaston Lagaffe dans mon labyrinthe de 500 X 500 de chez De MazeMaker (http://hereandabove.com/maze/mazeorig.form.html)
C'est par où la sortie ?!?

Martin-Lothar 29/06/2008 20:42


Servum Pecus : Très rigolo ce site ! Merci.


werewolf 25/06/2008 16:38

Et gravés sur des dalles, en plus !

Martin-Lothar 26/06/2008 20:35


Werewolf : Oui, il faut le faire hein !


werewolf 25/06/2008 09:08

ça me fait penser à mon hypermarché!

Martin-Lothar 26/06/2008 20:33


Werewolf : Le rayon fruits et légumes est toujours sur ta droite, au fond.


Prax 24/06/2008 14:03

oups! ce sont les chaises

Martin-Lothar 24/06/2008 20:04


Prax : Pour cette faute impardonnable : Privé de galipettes avec madame (ou mlle) pendant... cinq minutes (Ce n'était pas si grave que ça hein !)


Prax 24/06/2008 09:29

Le pénible dans les labyrinthes des églises se sont les chaises qui sont maintenant dessus et qui les cachent. (C'est en fait une métaphore de l'évolution : avant on cheminait, maintenant on reste sur son cul à consommer)

Martin-Lothar 24/06/2008 20:01


Prax : Oui c'est bien vrai. Je trouve les cultes de maintenant pas assez ésotériques et en plus on s'engraisse sans Grèce. On s'ennuie avec le bon dieu en fait et il doit se faire chier aussi...


Alf 23/06/2008 22:19

GPS, boussole, TNT, lance-flammes, fromage, piège à souris. Ok j'y vais. Heu Cédric, passe devant.

Martin-Lothar 24/06/2008 19:59


Alf : Que la force soit avec toi !


Berthoise 23/06/2008 20:54

Ce que m'évoque ton texte c'est que dans une quête, ce qui est important, c'est le chemin.

Martin-Lothar 23/06/2008 21:53


Berthoise :  Le chemin oui ou le passage aussi. IL y a toujours des ponts vertigineux dans un vrai labyrinthe ; des ponts qui s'écroulent avant, avec ou après nous.


la Mère Castor 23/06/2008 20:33

le labyrinthe m'évoque deux œuvres : Harry Potter et Shining. On a les références qu'on peut.
Je n'ai pas bien le sens de l'orientation, l'idée même d'entrer dans un labyrinthe me terrifie. Cauchemar.

Martin-Lothar 23/06/2008 21:48


Mère Castor : Ce sont de très bones références et terrifiantes en effet. Mais il y a des labyrinthes plus calmes et plus intérieurs aussi.