ICul du plus jeune été

Publié le 21 Juin 2008


Il est midi à l’or des moissons en clarté,

A l’ombre où somment nos corps entés ;
C’est l’été.

Illustration : Lucas van Valkenborch (Vers 1530, Louvain, 1597, Frankfort) Paysage d’été (1585) huile sur toile (116 x 198 cm) Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Giovinetta 23/06/2008 20:05

entée ? y pousserait-il des membres turgescents ?
pas entés les uns sur les autres quand même !
ou bien parle-t'il de greffes bien imbriquées ? en écusson ?

Martin-Lothar 23/06/2008 21:43


Giov :  Oui on peut avoir une lecture très symbolique comme légèrement coquine, mais bon. Il vaut mieux être enté qu'être hanté hein !


Prax 22/06/2008 22:48

Ah, le petit somme à l'ombre pour ronfler d'aise !

Martin-Lothar 23/06/2008 21:39


Prax : Oh oui... (soupir)


Alf 22/06/2008 21:26

Une tétée ? Où ça ?

Martin-Lothar 23/06/2008 21:39


Alf : Non, non rien. Dors...


Saturnin Abadie 22/06/2008 15:04

C'est l'été, aurait t'elle été,
Plus têtue qu'entêtée,
Pour la têtée.

Martin-Lothar 23/06/2008 21:39


Saturnin : Merci. C'est très beau et très naïf.


Saturnin Abadie 22/06/2008 15:00

C'est l'été comme elle était,
Si elle l'était entétée;
Et pas autrement.

Martin-Lothar 23/06/2008 21:38


Saturnin : On ne peut pas être au lavoir et avoir l'été non plus.