Le Bibendum garou

Publié le 29 Avril 2008

Tiens aujourd’hui les actions de Michelin se sont dégonflées plates à la Bourse : Son résultat d’exploitation de 2007 aura crevé en effet sous les pics de l’euro ou plus exactement dans les ornières du dollar et du pétrole.
C’est un signe hein !
Un très mauvais signe d’ailleurs car quand Michelin éternue en éclatant un pneu comme ça, tout le monde dans pas longtemps va se prendre une de ces grippes (asiatique sans doute…) à se viander dans un décor funeste.
Je vous aurai prévenus !

Une belle et vraie entreprise que Michelin, au sens noble et civilisateur du mot.
Une Auvergnate pure sang, racée, de labeur, d’intelligence et d’efficacité et qui a surtout toujours refusé de chausser les déjantés du capitalisme français, européen ou même mondial.
Elle a aussi sans arrêt au péage, méprisé les baudruches de la politicaillerie parisienne et d’autres « hauts lieux » de la magouille.
Un exemple social et industriel à trois étoiles pour tous quoi !

Trois étoiles, car notre Michelin, notre Bibendum garou national a aussi créé le Guide légendaire : Ce petit livre rouge qui fut l’évangile voire le credo de mon père (auvergnat) jusqu’à sa mort et grâce auquel un temps, mes frères et moi nous connaissions la liste des restaurants trois étoiles par cœur, sinon par chœurs dînatoires !
Je peux vous dire que ce genre de messe à communion gourmande fortifie la mémoire, l’estomac, le goût et finalement l’esprit.
Ces temples de haute culture où les gastronomes ne mangent jamais de gastéropodes en caoutchouc à la sauce chimique et d’où l’on sort souvent avec un beau pneu autour de la taille !
Mais bon, autres temps, autres mœurs et autre bouffe (s’il reste quelque chose à manger)

On t’aime Michelin ; ne fais pas comme Manufrance hein ! Reste avec nous (Parce que sinon là, putain de fouchtra, on dérape mortels les gens !)

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Angoisses

Commenter cet article

Alf 29/04/2008

C'est la crise, je renvoie le vieux au jardin, on crèvera pas de faim !

Crooke 30/04/2008

C'est la crise américaine qui, comme toutes les modes, nous vient avec un peu de retard...

la Mère Castor 30/04/2008

Bien vu Crooke. La crise chez Michelin, c'est notre vieux monde qui craque et perd ses roues.
(un père auvergnat, donc.)

Michel 01/05/2008

Eh oui, mon brave ! Ces "vieilles dames" meurent aussi, il faut s'en faire raison ! Comme La Garde, elles ne se rendent pas !