De l’origine du haut et du bas con.

Publié le 27 Février 2008

« La mort c'est un peu comme la connerie. Le mort, il ne sait pas qu’il est mort, ce sont les autres qui sont tristes. Pour le con, c’est pareil… » Philippe Geluck.
CourbetOrigineMonde.jpg
Le mot « con » est sans aucun doute un des plus anciens de notre belle langue et c’est de nos jours, l’insulte sinon l’injure et l’interjection la plus employée au pays de Clovis, de Rabelais, de Voltaire, de Cambronne, de Brassens et de Nicolas Sarkozy.
D’ailleurs, ô con, ce dernier vient une fois plus de s’illustrer et de l’illustrer en illustrant vert l’étiquette d’un péquin et ce, en un lieu mythique de la France profonde et éternelle : Le salon de l’Agriculture.
Bon moi, vous le savez, si j’avais encore quelques affinités politiques, je n’en aurais sûrement pas pour Notre Saigneur président, mais pour une fois, je ne lui donne pas tord d’avoir prononcé sans le vouloir ce « pauvre con » qui tel un pavé ou autre couille médiatique fait encore déborder certaines mares ou potages de canards pressés ou ouébiques.
Pour le moins, je me mets à sa place (s’il ne peut s’y mettre calmement) et dès lors, j’aurais pour ma part non seulement répété audit péquin qu’il était un pauvre con méga grave à chier, mais en plus, je lui aurais mis sur sa grande gueule de con la main qu’il aurait refusé de me serrer en affirmant ne pas vouloir s’en salir.
Ce quidam de mes deux devrait en effet apprendre que les mots « démocratie » ou « société » qu’il doit avoir sans doute dans la bouche ou au bord de l’anus à longueur de sa vie de merde signifie un comportement politique réservé aux gens respectueux de l’opinion de ses concitoyens sinon de ses congénères même si le vote est de plus en plus un piège à cons.
A injurier bêtement, on se fait insulter ou du moins, on se fait envoyer justement se faire voir chez les Grecs Turcs ou les Albanais.

L’injure, l’insulte et l’invective sont des armes à double tranchant dont le maniement sans danger requiert une grande expertise, une vaste culture ou du moins un minimum d’intelligence, sinon d’éducation.

Ceci étant, ce n’est pas la première fois qu’un président de la République française a quelque écart de langage indigne ou pas de son rang et de sa fonction : De Gaulle avait bien qualifié les Français de « veaux » et Mitterrand avait traité de « chiens » certains journalistes trop aboyeurs.
Si ces deux hommes d’Etat sont en l’état, morts, les Français n’en restent pas moins un troupeau avachi de veaux cons comme leurs cornes, aboyés en panique par des clébards pouilleux, ringards et sycophantes. 

Pour en revenir au glorieux mot con, l’incontournable encyclopédie Wikipedia consacre à ce monument de la civilisation française un long article bien intéressant et documenté (en lien en fin de cette note)
Où l’on apprend ou l’on réapprend qu’à l’origine, le con désignait le sexe féminin ; qu’à l’instar de ce dernier, il nous vient des fonds des âges sinon de la plus haute Antiquité et qu’il n’a été remis que très récemment dans le vocabulaire vulgaire ou officiel tout en changeant de sens. Il est en devenu un « gros mot » comme synonyme de « niais », puis de « bête et méchant » et enfin une insulte, une injure, une expression en forme de couteau suisse.

Ce mot est au demeurant (et au demeuré) si utilisé qu’il en perd d’ailleurs à la fois ses origines, ses sens précis et son mordant (pour ne pas dire son venin).
De nos jours en effet, le mot « con » est urticant, réactif, défensif, machinal, spontané, comminatoire ; le « con » est populaire, militaire, poétique, agressif, politique. Le « con » est snob, bobo, de gauche comme de droite et de bon ou de mauvais ton et aloi ; le « con » est héroïque, de haute et de basse noblesse ; le « con » est raciste, royal, jubilatoire, incantatoire, réactionnaire et rhétorique.
Le « con » est impérial, haddockien ou anarchiste ; le « con » est pavlovien, gaulois en diable et en Toutatis ; le con est cosmique, astronomique, polysémique, universel et enfin quantique.

Quelle destinée et que de « lettres de noblesse » désormais pour un si petit mot de seulement trois lettres et d’une syllabe dont les origines sont barbares voire obscures et qui fut pendant des siècles banni honteux de tout discours et de tout texte !
Le mot « con » devrait désormais avoir assurément sa place de choix dans les plus grands dictionnaires et autres panthéons linguistiques ; en trônant flamboyant sur un piédestal en or massif aux côtés des « Liberté » « Laguiole » « fraternité » « pandiculation »  « égalité » « brimborion » « Champagne » « oxymoron » « Beaujolais » « ornithorynque » « Camembert » « palimpseste » et autre « anticonstitutionnellement » des familles franchouillardes !

Pour ce qui concerne l’étymologie du mot « con » tout le monde s’accorde sur le mot latin « cunnus » (vulve ou coin, creux) qui dériva sur un « cuniculus » puis en vieux Français « connil et connin » désignant le lapin.
Ce « cunnus » latin proviendrait d’un mot indo-européen «*kust »  (intestin, rein, vessie) «*sker » (couper) ou encore de «*(s)keu » (cacher)
Or donc, comme nous sommes tous des cons quelque part, nous n’en sortons tous pas moins de l’antique con de la vierge déesse Mère comme des lapins du chapeau du magicien du monde.

Sans penser que cette explication étymologique est une connerie grosse comme le braquemart du Grand Pan, je vais en rajouter là, sous vos yeux et méninges éblouis, de ma propre thèse hardie, lupine et néanmoins garoue :
J’affirme en effet qu’avant de désigner le sexe féminin, le mot con ne signifiait pas autre chose qu’un vulgaire « jambon »
HedaJambon.jpg

Pour le prouver, je vous rappelle que le très british « bacon » des œufs incontournables de tout breakfast britannique qui se respecte de sa Reine, d’Oxford, de Cambridge et de leur Rule est un mot d’origine plus française tu meurs ! (Honni soit qui mal y pense !)
Maître François Rabelais l’employa bien souvent pour parler des jambons de France, de Thélème et de Navarre et l’orthographia parfois par « bas con »
Le mot français « bacon » (jambon) attesté depuis au moins le siècle n° 13, viendrait du Francique « bakko » (jambon ?) et dériva en « baconer » (dépecer un jambon) et « baconier » (Celui qui vend ou fait du bacon, du jambon, un charcutier enfin)
Or donc, le mot « con » n’a rien a faire avec les lapins, mais avec les cochons qui dans le bas coin de leur corps engraisse du « bas con » en n’arrêtant pas comme d’autres gens bons de faire le « con » dans le « con » de leur truie. CQFD !
C’est pourquoi tous les hommes sont des cons et que ce sont aussi tous des cochons.

[NDA : Ici reposait avant autocensure un passage un peu scabreux garni des mots jambon, crème, torchon, con, serviette, cru, à l’os, périodique]

Le mot « con » vient donc du con jambonnant du cochon et ne désigna le blason du sexe faible que beaucoup plus tard et du moins par un artifice en flou artistique.
Si ma thèse est conne pour certains, elle a pour mérite (agricole) au moins de rapprocher le plus puissant mot français du totem magique et sacré de toutes les Gaules romaines ou pas et de tous les Gaulois, Celtes ou pas, cons ou pas : Le Sanglier !

Vive le con !
Vive le cochon !
Vive le jambon !
Vive Bayonne, les Ardennes, l’Ardèche, l’Auvergne, la Vendée, la Savoie, la Corse, Aoste, Parme, Paris, York, la Westphalie et la Forêt-noire !

Et surtout : M.A.C. ! Morts Aux Cons ! (affreux, sales, méchants, riches ou pauvres)


Illustration : Gustave COURBET (1819-1877) L’origine du monde (1866) Musée d’Orsay, Paris.
Willem Claesz HEDA, (vers 1594-1680, Haarlem) Nature morte au jambon (1651) Collection du prince de Liechtenstein, Vaduz.

Référence : Article pas con sur le mot con : in Wikipedia

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico, #Boire & manger

Repost 0
Commenter cet article

Servumpecus 02/03/2008 21:42

Il faut le dire : il y a aussi du beau monde au bas' con..

Martin-Lothar 02/03/2008 21:59

Servumpecus : Ah pas mal !

Gondolfo 29/02/2008 10:50

oui vive la bacon :)

Martin-Lothar 02/03/2008 21:18

Gondolfo : Et les gens bons !

Tippie 29/02/2008 00:46

T'es fou, toi ! Y manquerait plus qu'ça ! :)

Martin-Lothar 02/03/2008 21:15

Tippie : Ah ! C'est bien ce que je pensais hein !

tippie 28/02/2008 18:51

Han ! La photo de con ! Mais t'es con ! J'ouvre ça au boulot, sans me douter de rien et pan ! C'te photo en plein écran !
Un truc à me faire virer juste le jour de ma dernière journée de travail dans cette entreprise... Tss.

Martin-Lothar 28/02/2008 21:07

tippie  : Quoi ! Tu ne travaillais pas le dernier jour !

Daniel Paillé 28/02/2008 03:12

Et moi qui ouvre ta page avec plein de gens de la cuisine... le con!
A+ pour reprendre ta notification
Bize

Martin-Lothar 28/02/2008 21:06

Daniel Paillé  :  La cuisine est bon endroit pour s'en payer un tranche...

werewolf 28/02/2008 00:08

M'en paierais bien une tranche, tiens !

Martin-Lothar 28/02/2008 21:05

werewolf  : Tu parles du jambon, bien sûr hein !

saturnin abadie le magnifique 27/02/2008 23:15

Et le cunnilingus? Gouter un jambon? Pourquoi pas.
Ce tableau de Courbet est très beau. Je l'ai vu en vrai et ...toute la salle Courbet à Orsay est superbe.

Martin-Lothar 28/02/2008 21:04

saturnin :  Ah le cunnilingus ! Pour l'étymologie, je donne ma langue au chat...

Richard 27/02/2008 23:05

Quel bel effort de recherche documentaire ! Et j'adore cette Origine du Monde, quand bien même je la trouve un poil trop gironde.
(Et ne suis pas loin d'avoir le même avis que toi sur ce triste épisode agricole).

Martin-Lothar 28/02/2008 21:02

Richard  :  Merci. En fait, je n'aime pas trop ce tableau même si dans le genre...

DJ 27/02/2008 20:50

Quel rapport avec Carla : Y a pas 1 indice ?

Martin-Lothar 28/02/2008 21:01

DJ  :  Personnellement, je n'ai eu aucun rapport avec elle, je le jure.

Zetron 27/02/2008 17:45

La réaction de Sarkozy change de l'habituel sourire hypocrite de tout homme politique se faisant insulter. Après, je pense pas qu'un tel comportement soit très bien vu venant un chef de l'État... mais au moins c'est rigolo ^^

Martin-Lothar 28/02/2008 20:58

Zetron : Moi aussi, j'ai trouvé ça très rigolo

bregman 27/02/2008 13:15

Eh bien voilà encore un excellent article digne des sommets de la Blogosphère grand Loup !

Grand Loup, Président !

Martin-Lothar 28/02/2008 20:57

bregman  : Merci, la blogosphère est pleine de gens bon et de jambon désormais.

la Mère Castor 27/02/2008 11:25

J'en était restée au lapin, va pour le jambon. Votre érudition, cher loup, me laisse... sur le cul.

Martin-Lothar 28/02/2008 20:56

la Mère Castor  :  Je n'en espérai pas tant de mon érudition, mais bon...

Prax 27/02/2008 10:42

Après "Mangeons des pommes" voici le nouveau slogan politique : "Mangeons du jambon"

Martin-Lothar 28/02/2008 20:55

Prax  :  Absolument et honni soit qui...

alf 27/02/2008 10:31

Oh oh, il met des photos de chattes le toutou !

Martin-Lothar 28/02/2008 20:53

alf  : Elle est trop grande pour toi !

laouen 27/02/2008 08:15

et bien... j'en reste sans voix!
Quel article, quel travail de recherche, quelle verve!
Quand ton blog s'est ouvert, j'ai cru à une erreur d'aiguillage, me croyant sur un blog catégorie adulte, mais non, il y avait des mots sous l'illustration, et quels mots!
Que dire? Vive le jambon, vive toi, et M.A.C aussi ! :-)
Petite remarque, rien que pour t'embêter:
tout en bas, à propos des illustrations:
il y a un "e" après le "i" de Liechtenstein :-)
Maintenant je sais pourquoi j'aime ce pays, ses montagnes et ses habitants: le Prince aime le jambon!
Bises

Martin-Lothar 28/02/2008 20:42

laouen  : Merci. J'ai pondu l'e dans son nid.