Pour Roxane (et autres)

Publié le 12 Novembre 2005

Haïku n° 1 irrégulier

kare eda ni (5)
karasu no tomaritaru ya (10)
aki no kure (5)

Sur une branche nue
Un corbeau s’est posé
Crépuscule automnal

(Bashô, 1644-1694)

Haïku n° 2 régulier

furu ike ya (5)
kawazu tobikomu (7)
mizu non oto (5)

Une vieille mare
Une raine en vol plongeant
Et le bruit de l’eau

(Bashô, 1644-1694, traduction de Etiemble)

Icul régulier

Mal au cœur ce soir et pas le cœur d’en avoir. (12)
Est-ce rancœur, est-ce désespoir ? –
Je vais voir. (9 + 3 = 12)
(Martin Lothar, 2005- ? Pas décidé, ni décèdé)


Note du loup : Cette note s’adresse plus part(icul)ièrement à Roxane enfin de retour. Son absence de plusieurs années causée par un déménagement avait fait largement chuter mes statistiques dans la mesure où elle est une de mes grandes lectrices et commentatrices.
Le problème avec Roxane en effet, c’est qu’elle commente souvent des notes qu’elle n’a pas lues !
C’est curieux, agaçant souvent, mais finalement, c’est sympa dans la mesure où elle sait créer des débats qui n’ont rien à voir avec le thème de la note commentée (souvent chiantes, je vous l’accorde)
Dans un dernier commentaire d’ailleurs, elle se pose des questions sur la rythmique du haïku et de l’icul.

Roxane tu peux commencer à lire à partir d’ici :

Je répète que l’icul est au haïku ce que le tiramisu est au cassoulet toulousain (ou à la ficelle picarde)
Le haïku est japonais de chez Nippon et sa forme (rythme) régulière est bien 5/7/5 = 17 syllabes réparties en trois vers (CF haïku n° 2)
Certains grands auteurs classiques, comme Bashô ici, adoptent parfois des rythmes irréguliers (CF haïku n° 1)
Le icul est une invention de Mapomme of chez Martin Lothar.
Il se compose de deux alexandrins (12 pieds X 2 soit 24 pieds) répartis en trois vers dont le troisième n’est qu’une césure du second alexandrin.
Un vrai icul comporte une rime interne au point de césure afin qu’il y ait trois vers rimant. (CF icul plus haut)
Peu importe le nombre de pieds constituant cette césure, pourvu qu’il y ait deux alexandrins.

Roxane tu peux arrêter de lire ici.

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

werewolf 12/11/2005 18:41

...Roxane !

lewis 12/11/2005 18:34

S'il faut écrire en gras là où l'on doit commencer à lire, je vais de ce pas faire retoucher mon tatouage.

Roxane 12/11/2005 18:32

Et ça permet de cibler les parties intéressantes (les titres en gras pour délimiter ce qui me concerne) Je retiens donc que: 1) Avant d'écrire un commentaire sur une note ancienne, il faut lire ladite note. Cela évite d'écrire une connerie.2) Avant d'écrire un commentaire sur une note ancienne, il faut lire les notes plus récentes. Cela évite d'écrire une connerie déjà obsolète.3)Avant d'écrire un commentaire, il faut avoir quelque chose à dire.Je vais méditer sur mon prochain commentaire. D'ailleurs, je vais aller faire un comm' chez Lewis, c'est sans risques!!!Werewolf: Joyeux anniversaire!

werewolf 12/11/2005 17:18

pour Roxane ? !...abonnées au rouge ces Roxane ;-)