Attente florale

Publié le 5 Août 2006

La mort m’étant impossible à vivre, voici la stèle de tous les possibles ; ma trace sur une pierre d’éternité. Il en va de ma survie.

Le soldat goudronne l’anémone
Que l’huître persifle par hasard ;
Au verger, le doyen tonne
Et l’attente est florale.

Je leur ai dit de dégeler les insectes critiques.

Je vois s’enfler le mythe
Dont l’édifice est forcé ;
Le gosse est valide
Et j’ânonne.

Allons voir les visiteurs saliver sous la pluie.

Il y a une place nitreuse
Où des mômes s’égrainent
Et des parieurs maigrelets.

Brasse le soleil qui s’expose
Et sombre dans les roses.

Les grenouilles règnent à temps.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le manuel de survie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article