Orage clément

Publié le 10 Mars 2007

Dédicace de circonstance : A Laouenanig, face au vent, qui va très mal, pour un remède de loup sinon de cheval.

La mort m’étant impossible à vivre, voici la stèle de tous les possibles ; ma trace sur une pierre d’éternité. Il en va de ma survie.

Leur silence traverse le monastère
Qu’un long nuage dément ;
Nos corps vibrent en ce mystère
Mais l’orage est clément.

Il y a des cèpes dans la sépulture.

Dans la crypte je vois se gâter l’harmonie
Dont les chimères sont stériles ;

Le gouverneur est hollandais
Et  je blondis.

J'irai rouler leurs idoles dans l’herbe veloutée.

Nous étions des plaignants gris
De paupières et de prix.

Les mandataires se signalent sept fois.

Je vois s’apaiser l’aménageur
Dont les disgrâces sont vernales ;
La mémoire est vénérable
Et je meurs.

Les matous marchent en mars.

Il y a d’humbles mousses
Qui giclent en secousse
Sur nos mâtures rousses
Et je tousse.

Il faut savoir si les frelons sont poilus.

Tire le satyre qui chancelle
Et se lèche sur la selle.

Je leur ai dit de troquer leurs doctrines reluisantes

Ces mômes torchent nos musées
Que l’ambition piste en sous-main ;
Au nord, les mutins s’éveillent
Et l’histoire est cruelle.

Les persifleurs poussent au solstice.

Il y a des paradoxes aimables
Que le savant défroque
Et des miracles sûrs.

Je leur ai dit de vitrifier leurs torses virils.

Nous étions des hirondelles réglées
D’enclaves et de gelées.

Les canotiers s’attouchent cette année.

Je vois agoniser des temps
Dont l’exigence est nouvelle ;
Le jour est urticant
Et je ruisselle.

Allons voir les peuples rutiler du pied.

Il y a des saphirs poivrés
Que l’exposant sable
Et des mères vulnérables

Frappe l’éternel qui rutile
Et tremble sur la pile.

 

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le manuel de survie

Repost 0
Commenter cet article

saturnin abadie 02/04/2007 00:19

On dirait presque celle d'Alain Cuny...... Très beau texte.

Nijenn 13/03/2007 20:19

L'inventaire des saphirs poivrés et la stèle des hirondelles m'enchantent particulièrement. Et je m'exalte souvent aux quantiques du jour.

laouen 12/03/2007 18:45

bah... si j'avais sur que j'aurais des cèpes dans ma sépulture, peut être que je me serais laissée mourir!m'enfin, c'est très très gentil cette dédicace.çà me touche énormément (si si), car tu sais que j'apprécie ces lignes étranges...bises (encore un peu contagieuses)

akhenathon 12/03/2007 10:22

Les deux reines et Les fouilles curieuses n'y pourront rien car les poules s'enfuirent du poulailler dès qu'on leur avait ouvert la porte.Alors prends patience mon petit un jour toi aussi tu seras grand

Daniel 11/03/2007 18:04

Deux? Je prend un porto et je recompte...bize

melusine 10/03/2007 22:38

ah non...va tres bienelle est shooté aux médocset elle joue les rambo dans la savane..euhhhhnon...dans le bruyère....avec pimponet des boules scintillantes!!:)))))