Amour permanent

Publié le 24 Mars 2007

Dédicace du jour : A Nijenn et à tous nos sages ouragans pour que la mort nous prenne de ses plus beaux gants.

La mort m’étant impossible à vivre, voici la stèle de tous les possibles ; ma trace sur une pierre d’éternité. Il en va de ma survie.

Les jouteurs coiffent l’ondine
Que le voyou repousse cordialement ;
Dans l’ombre, l’amasseur jardine
Et l’amour est permanent.

Les suicidés s’agiteront plus tard.

Je vois s’enfiler les militants
Dont les clopes sont gelées ;
L’arnaqueur est sortant
Et j’attends.

J'irai froisser les bougres dans ces écoles dorées.

Nous étions de pauvres bavards
De pavots et de buvards.

Je leur ai dit de gratter ces heures granitiques.

Je vois frissonner le gibier
Dont l’étoile est brisée ;
Le courtier est sincère
Et je serre.

A termes, les ignorants chahutent.

Je leur ai dit de livrer leurs abbayes gouachées.

Le pochard supporte une beuverie
Que les bébés mesurent en grognant ;
Loin du bief, ces dames zappent
Et la suite est bonne.

Il y a des navires tueurs
Que l’Indien démonte
Et de faux inventeurs.

Les marmottes fument l’été.

Sape le nuage qui randonne
Et patine sur la tonne.

Il y a des couleurs rythmées
Que savoure l’attoucheur
Et des rapaces chauves.

Les hommes s’enferment à temps.

Je vois s’embraser l’iguane
Au pull étonnant ;
Le pauvre est déchiré
Et  s’acharne.

Je leur ai dit d’amputer ces bustes provisoires.

Fâche le pendu qui file
Et baille sur la pile.

Je leur ai dit de perfuser ces fossiles
spécieux.

Forge le jaguar qui s’enferre
Et lézarde sur nos terres.

Les flâneurs fermentent en fait.

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

luce 28/03/2007 04:37

Flairant la trace des neiges sauvages un hurlement retenti, strident ,aigu, perçant l'horizon lointain qui s'éteind... Je devine sa présence grise et la salue.. Avec une lune magique......

laouen 26/03/2007 09:17

1) les marmottes ne fument pas l'été, du moins pas pendant le travail: elles mettent le chocolat dans le papier alu!2) le gibier frissonne bien. hier, j'ai vu un cerf proche de la mort, et à y repenser j'en frissonne.3) le jaguar? on arrive à l'ère du léopard chez Apple, oublions les jaguar!bises de survie

Nijenn 26/03/2007 08:53

Un petit diamant sur le bord du chemin, ce microconte à l'ondine. Quand à la stèle aux bavards de pavots et de buvards... Stupéfiant ! Merci pour ce petit bonheur du lundi matin et ta dédicace qui me touche beaucoup. Bise